Aristide Briand

 
Aristide Briand
1862 - 1932
 

Homme politique français, 11 fois président du Conseil et 26 fois ministre sous la 3e République. Prix Nobel de la paix en 1926 pour son action en faveur de la réconciliation entre la France et l'Allemagne (accords de Locarno, 1925).

Nationalité française Francais, né le 28 mars 1862 et mort le 7 mars 1932

69 ans Mort à l'âge de 69 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Aristide Briand ?


Contribuez !

Biographie

Né à Nantes en 1862, dans une famille assez modeste, Briand a occupé une vingtaine de postes ministériels entre 1909 et 1929. Jusqu'à sa mort en 1932, socialiste ardent de 1890 à 1906, il n'a eu de cesse de lutter pour la paix. Onze fois Président du Conseil, c'est l'homme politique qui a présidé le plus grand nombre de cabinets français. Son poste de prédilection fut celui de ministre des Affaires étrangères. Il fut aussi ministre de l'Intérieur, de la Justice, des Cultes, etc. Après une rupture avec la SFIO en 1906, pour des raisons internes et des tensions avec Jean Jaurès au sujet des concessions faites aux guesdistes, après avoir été le rapporteur de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, Aristide Briand travaille avant la Grande Guerre en marge du parti des socialistes. Il a contribué à faire voter plusieurs lois sociales en 1909 – 1910, notamment pour les femmes en couche, dont il souhaite protéger l'emploi.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est fait appel aux qualités de diplomate de Briand : il est Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 29 octobre 1915 au 20 mars 1917. Il se mêle de la conduite de la guerre avec une opiniâtreté exceptionnelle. Peu à peu se dessine la lutte entre deux grands hommes : Clemenceau et Briand. Dès 1917, Briand est tenu à l'écart des décisions politiques par Clemenceau. Il n'est pas présent lors des Conférences de la Paix de 1919. Il est favorable au traité de Versailles. Il s'engage alors dans une campagne contre l'élection de Clemenceau à la Présidence de la République en 1920, ce pour se venger d'une mise à l'écart très stricte. Paul Deschanel gagne les élections, puis il démissionne assez vite. Aristide Briand contribue alors à faire élire Alexandre Millerand. Le septième cabinet Briand est formé le 16 janvier 1921. Il garde à nouveau les Affaires étrangères.

Briand fait glisser dans les années vingt la politique étrangère de la France d'une stricte application des clauses du traité de Versailles par l'Allemagne vers une négociation sur le montant et le calendrier des réparations. Il est le fervent défenseur de relations plus idoines et calmes avec les Anglais et les Allemands.

Poincaré va entraver la marche de Briand pendant plusieurs années entre 1922 et 1925. A cette date, il est appelé par Paul Painlevé pour occuper le Quai d'Orsay ; il y resta jusqu'en 1932. Seul l'épuisement l'a arrêté, semble-t-il, après son échec à l'élection présidentielle de 1931.

Pendant les années 1925-1932, Aristide Briand a considérablement imposé – et durablement - son empreinte à l'histoire des relations internationales puisqu'il a défendu sans compter la «sécurité collective». La France, qui a connu de plein fouet la crise économique, sociale et politique, doit assurer sa sécurité coûte que coûte. Briand s'emploie à appuyer le renforcement de la SDN avec le soutien des Anglo-Saxons. Il est l'artisan du traité de Locarno en 1925, de l'entrée de l'Allemagne à la SDN en 1926 avec un discours resté célèbre («arrière les fusils, les mitrailleuses, les canons !»), du pacte qu'il construit avec Kellog en 1928. Il a même proposé en 1929 devant l'Assemblée générale de la SDN la mise en place d'un lien fédéral entre les pays européens. Il est donc l'un des porteurs d'une idée d'union européenne large dans le but d'apaiser les tensions ancestrales entre les vieux ennemis, notamment allemand et français. En 1930, il propose un «marché commun» européen...

L'apport d'Aristide Briand à l'idée de paix et d'une Europe unie est immense et incontestable même si cela n'a pas suffi à constituer de solides verrous dans les années trente, qui voient la montée des fascismes et des totalitarismes. Il est alors moqué par ses adversaires, notamment de droite, pour ses idées considérées comme utopiques et naïves. Il appartient alors à l'ancienne génération politique bientôt supplantée par de nouveaux dirigeants. En 1932, il meurt épuisé.

Source : www.parutions.com  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Aristide Briand en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Aristide Briand.

Vous savez où se trouve la tombe d'Aristide Briand ?

Citations

Les meilleures citations d'Aristide Briand.

L'homme qui n'est pas socialiste à vingt ans n'a pas de coeur, mais s'il est encore socialiste à quarante ans, il n'a pas de tête.
C'est un travers de notre démocratie de courir aveuglément aux réformes. On demande une réforme... et elle n'est pas plus tôt votée qu'on s'en détourne, qu'on court à une autre.
Des savants luttent chaque jour pour nous préserver de la tuberculose, du cancer. Et la guerre, l'horrible guerre serait le seul mal contre lequel l'humanité se déclarerait impuissante ? Je ne veux pas le croire.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases d'Aristide Briand. Vous pouvez consulter les meilleures citations d'Aristide Briand, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Aristide Briand & Henri de Toulouse-Lautrec Répondu à 0%
0 Richou

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Aristide Briand
  • Nom complet : --
  • Prénom : Aristide
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Briand
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 28 mars 1862
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 69 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Aristide Briand ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Aristide Briand, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Aristide Briand ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Le tombeau d'Aristide Briand dans le cimetière de Cocherel à Houlbec-Cocherel.
Répondre - il y a 8 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Aristide Briand et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres homme politique francais

Portrait de Victor Schoelcher
 
Notez-le !

Drapeau France 1804 - 1893
Francais, 89 ans

Politicien français connu pour avoir agi en faveur de l'abolition définitive de l'esclavage en France, via le décret d'abolition, signé par le gouvernement provisoire de la deuxième République le 27 avril 1848.
Portrait de Jules Ferry
 
Notez-le !

Drapeau France 1832 - 1893
Francais, 60 ans

Homme d'État français, considéré comme le promoteur de « l'école publique laïque, gratuite et obligatoire », il a été considéré, plusieurs décennies après sa mort, comme l'un des pères fondateurs de l'identité républicaine. Il est l'auteur des lois restaurant l'instruction obligatoire et gratuite qui avait été instituée en 1793 (sous l'impulsion de Louis-Joseph Charlier).
Portrait de Aimé Césaire
 

Drapeau France 1913 - 2008
Francais, 94 ans

Écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe. Il fut le fondateur et le représentant majeur du mouvement littéraire de la négritude avec Léopold Sédar Senghor. Anticolonialiste résolu, il mena en parallèle une carrière politique en tant que député de la Martinique, et maire de Fort-de-France durant 56 années consécutives, de 1945 à 2001.
Portrait de Georges Clemenceau
 

Drapeau France 1841 - 1929
Francais, 88 ans

Homme d'État français, Président du Conseil en 1906, Ministre de l'Intérieur et Sénateur, défenseur de l'amnistie pour les Communards, prôna la séparation des Églises et de l'État, s'opposa à la colonisation et fit tomber le gouvernement Jules Ferry sur cette question. Il pris une part active dans la défense du capitaine Dreyfus et ne cessa de militer en faveur de la restitution de l'Alsace-Moselle (perdues à la suite de la défaite de 1871). Il fut pour la poursuite de la guerre en 1917 car partisan farouche d'une victoire totale sur l'Empire allemand, . puis négocia à la Conférence de paix de Paris où il fait promulguer la loi des huit heures. Qualifié de « Père la Victoire » en raison de son action pendant la guerre, très populaire dans l'opinion publique, il renonce néanmoins à se présenter à l'élection présidentielle de janvier 1920.
Portrait de Michel Baroin
 
Notez-le !

Drapeau France 1930 - 1987
Francais, 56 ans

Haut fonctionnaire français, franc-maçon, grand maître du Grand Orient de France et père de François Baroin (politicien).
Portrait de Gilles Ménage
 
Notez-le !

Drapeau France 1943 - 2017
Francais, 74 ans

Haut fonctionnaire français spécialiste des affaires de police, de terrorisme et du renseignement, connu pour avoir été un proche du président français François Mitterrand dont il fut l'ancien directeur de cabinet (de 1988 à 1992) et condamné en 2005 dans l'affaire des écoutes de l'Elysée (puni d'une peine de prison avec sursis et d'une amende de 5 000 euros pour « atteinte à l'intimité de la vie privée », confirmées par la Cour de cassation en 2008).