Jules Ferry

1959ème
Jules Ferry
1832 - 1893
Score : 200

Homme d'État français, considéré comme le promoteur de « l'école publique laïque, gratuite et obligatoire », il a été considéré, plusieurs décennies après sa mort, comme l'un des pères fondateurs de l'identité républicaine. Il est l'auteur des lois restaurant l'instruction obligatoire et gratuite qui avait été instituée en 1793 (sous l'impulsion de Louis-Joseph Charlier).

Nationalité française Francais, né le 5 avril 1832 et mort le 17 mars 1893

60 ans Mort victime d'un infarctus du myocarde (maladie) à l'âge de 60 ans.

Enterré en France à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges).

Cimetiere Foucharupt
Zoomez sa tombe

Biographie

Jules Ferry naît le 5 avril 1832 à Saint-Dié dans les Vosges. Il est le second enfant d'un avocat au barreau de la ville et est élevé dans un atmosphère austère en compagnie de sa soeur Adèle, née en 1826, et de son frère cadet, Charles, de deux ans plus jeune. Les Ferry quitte Saint-Dié en 1846 pour Strasbourg, puis s'installent en 1850 à Paris. Jules Ferry effectue donc ses études secondaires dans plusieurs établissements, entrant ainsi au Collège de Saint-Dié avant d'être admis au Lycée de Strasbourg. Reçu bachelier en 1851, le jeune homme fait ensuite son droit. Ayant dans un premier temps envisager de servir l'État, il s'inscrit au barreau de Paris et s'emploie en tant que stagiaire chez un avocat d'affaires. Devenu secrétaire de la Conférence des avocats en 1854, il est désigné par Pierre Antoine Berryer pour prononcer le discours de rentrée l'année suivante. Cet exercice oratoire, qu'il intitule De l'influence des idées philosophiques sur la barreau au XVIIIème siècle, lui permet d'exposer ses convictions politiques.

Des références à la justice sociale, à la liberté de conscience et à la laïcité le classent alors parmi les opposants au Second Empire et lui permettent d'accéder à la notoriété. Jules Ferry est reçu à présent dans les salons parisiens, dans celui d'Émile Ollivier notamment. Il collabore au Courrier de Paris, à La Presse d'Émile de Girardin ou à La Revue des Deux Mondes, livrant des articles sur la politique industrielle et économique. Jules Ferry fait paraître le 3 août 1861 un Manuel électoral, suivi de La Lutte électorale de 1863. Dans ce dernier pamphlet, il s'élève contre la pratique des candidatures officielles aux élections législatives, celles-ci faussant selon lui le jeu électoral. Traduit en justice et condamné, Jules Ferry récidive quelques années plus tard dans sa dénonciation des tares du régime impérial. En 1868, il rédige pour le journal Le Temps une série d'articles sur Les Comptes fantastiques d'Haussmann, dénonçant avec virulence l'éventrement et la curée du vieux Paris par l'omnipotent préfet de la Seine.

L'année suivante, Jules Ferry prend part à la campagne électorale qui précède les élections législatives et crée avec l'aide de Jules Favre L'Électeur libre, un hebdomadaire républicain. Le candidat de l'opposition adresse alors à ses électeurs une profession de foi d'inspiration radicale dans laquelle il réclame la séparation de l'Église et de l'État, la décentralisation administrative et la réforme de la justice. Le 6 mai 1869, Jules Ferry est élu député de le 6ème circonscription de la Seine. A cette époque et afin de poursuivre la libéralisation du Second Empire, Napoléon III place Émile Ollivier à la tête du gouvernement. En compagnie de Léon Gambetta, Jules Ferry se signale alors par ses prises de position à l'Assemblée contre son ancien ami. En avril 1870, il prononce à la salle Molière un grand discours sur l'enseignement, brodant sur " le problème de l'éducation du peuple ". Quelques mois plus tard, Jules Ferry dénonce le péril de la guerre qui s'annonce face à la Prusse mais vote néanmoins comme la grande majorité des députés les crédits militaires. Cette guerre franco-prussienne, qui provoque la chute de l'Empire, place de nouveau sur le devant de la scène politique un des ses plus virulents opposants.

Le 1er septembre 1870, Napoléon III et les troupes françaises sont encerclées à Sedan. Après une journée de combats, l'Empereur choisit de se rendre. Il refuse cependant de traiter avec les autorités allemandes, la responsabilité en incombe donc à l'Impératrice, régente de l'Empire, et au Gouvernement. Cependant, le 3 septembre, les députés républicains se prononcent pour la déchéance du régime en place tandis que le Corps législatif s'y oppose. Le lendemain, la foule des parisiens envahit le Palais-Bourbon où Léon Gambetta annonce la fin du Second Empire. Plus tard, à l'Hôtel-de-Ville et en compagnie de Jules Ferry et Jules Favre, il proclame la République. Jules Ferry est nommé ministre du gouvernement de la Défense nationale avec une " délégation près l'administration du département de la Seine ". Lui incombe à présent la responsabilité de l'organisation des élections de l'Assemblée constituante. En réponse à la capitulation de Metz, le 31 octobre 1870, des manifestants prennent d'assaut l'Hôtel de Ville. Ferry, à la tête des bataillons fidèles de la Garde nationale, disperse l'émeute.

Alors que le siège de la capitale par les armées prussiennes se poursuit, il est nommé Maire de Paris le 15 novembre 1870 et doit s'employer au ravitaillement en vivres de la capitale. Jules Ferry procède alors au rationnement des subsistances. Bientôt, les boulangers sont contraints de mêler à la farine du son et de l'avoine et Jules Ferry quant à lui, dans une circulaire publiée le 10 décembre 1870, en impose une ration quotidienne de 300 grammes par habitant. Le 12 février 1871, celui que les Parisiens furieux ont surnommé " Ferry famine" est élu député des Vosges. Alors qu'est proclamé la Commune insurrectionnelle, Adolphe Thiers, récemment désigné comme chef du Pouvoir Exécutif de la République Française, lui recommande d'évacuer Paris. Jules Ferry tente néanmoins d'organiser la résistance du pouvoir légal à l'Hôtel de Ville, puis à la mairie du deuxième arrondissement avant de fuir. Nommé Préfet de la Seine le 24 mai 1871, il démissionne le 5 juin suivant alors que la Commune de Paris vient d'être réprimée dans le sang.

Quelques temps plus tard, Adolphe Thiers, pour l'éloigner de Paris, lui confie l'ambassade d'Athènes avec le statut de ministre plénipotentiaire. Après le retrait de ce dernier au mois de mai 1873, Jules Ferry donne sa démission de diplomate et reprend ses activités de parlementaire. Le 9 juillet 1875 et en compagnie d'Émile Littré, il adhère à la franc-maçonnerie, à la loge de la Clémente Amitié. Le 24 octobre de la même année, Jules Ferry épouse civilement Eugénie Risler, petite-fille de Charles Kestner, un riche industriel alsacien et protestant. Réélu député des Vosges le 5 mars 1876, il devient peu à peu, à côté de Léon Gambetta et de Georges Clemenceau, une des figures de l'opposition à l'Ordre moral. Au sein de la gauche républicaine, aux côtés des Opportunistes, Jules Ferry s'attache cependant à tracer une voie médiane. Pragmatiques, ces derniers renoncent à certains de leurs principes – l'abolition des armées permanentes, l'instauration d'une assemblée unique... - afin d'enraciner le régime républicain. Au mois de mars 1878, Jules Ferry est nommé président d'une commission chargée de la révision des tarifs douaniers. Après la démission du maréchal de Mac-Mahon, président de la République, le 30 janvier 1879, et l'élection de Jules Grévy, il est nommé ministre de l'Instruction Publique dans le gouvernement Waddington, un poste qu'il occupera de manière discontinue jusqu'en 1885.

Au cours de ces différentes législatures, le ministre de l'Instruction Publique fait voter un ensemble cohérent de lois, qui constitue une véritable réforme de l'enseignement. Les lois des 12 juillet 1879, 27 février et 18 mars 1880 établissent la liberté de l'enseignement supérieur, conférant à l'État l'attribution exclusive des grades universitaires. Ne pouvant imposer la laïcisation totale des personnels enseignants, Jules Ferry oblige néanmoins les congrégations religieuses à se faire enregistrer dans les trois mois pour obtenir l'autorisation d'enseigner, sous peine de dissolution. C'est bientôt le cas pour trois cent d'entre-elles ! Il complète enfin son action par la loi du 28 mars 1882 relative à l'obligation scolaire et à la laïcité. L'enseignement religieux disparaît de l'école primaire au bénéfice de l'instruction morale et civique. Le ministre de l'Instruction Publique entreprend en parallèle de laïciser les manuels et les livres scolaires, diffusant auprès des instituteurs la liste officielle des volumes autorisés. Le grand historien Ernest Lavisse prêtera bientôt sa plume à la rédaction d'un manuel d'histoire, véritable bible du républicanisme où les grands hommes de l'histoire de France sont présentés comme les artisans de la nation. S'adressant directement aux instituteurs dans sa lettre du 27 novembre 1883, Jules Ferry leur recommande la fermeté dans les principes qui doivent guider leur enseignement mais aussi la modération dans l'application de ces derniers.

Le 25 septembre 1880, Jules Ferry devient pour la première fois président du Conseil, conservant toutefois son portefeuille de ministre de l'Instruction Publique. Il prend également des responsabilité aux Affaires étrangères et à ce titre imprime une orientation décisive à la politique extérieure de la Troisième République. Marquée par la défaite de 1870, celle-ci est travaillée par l'idée de la " Revanche " et le souvenir des provinces perdues. Jules Ferry entend mettre un terme à cette période de recueillement. Certes, afin d'éviter de heurter de front l'Allemagne de Guillaume Ier, la France doit mener une politique de paix. Mais celle-ci doit avoir pour objectif de lui redonner place dans le concert européen. Il justifie notamment cette ambition de renouer avec la " fierté nationale " dans les deux grands discours prononcés devant les députés, les 5 et 9 novembre 1881. Jules Ferry affirme alors que la France ne peut se résigner à " jouer dans le monde le rôle d'une grande Belgique ". Aussi doit-elle reprendre les conquête coloniales et se tourner vers les horizons lointains, l'Afrique ou l'Indochine. Dans les années qui suivent, le Président du Conseil devra faire face aux critiques des républicains les plus intransigeants, Georges Clemenceau en tête, qui lui reprochent, de détourner le regard des Français de la " ligne bleue des Vosges " et d'abandonner le continent européen à la diplomatie du chancelier Bismarck.

A la suite d'une intervention militaire déclenchée contre les Kroumirs au mois d'avril 1881, la France impose son protectorat à la Tunisie par le traité du Bardo signé le 12 mai suivant. Quelques jours plus tard, le 23 mai 1881, le Parlement vote des crédits supplémentaires permettant au gouvernement de prévenir ou de réprimer des révoltes armées outre-mer. La France s'abstient d'intervenir en Égypte, au mois d'août 1882, aux côtés de la Grande-Bretagne mais Jules Ferry soutient les expéditions de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo. Et le 30 novembre 1882, la Chambre des députés ratifie les traités signés par l'explorateur avec le roi Makoko. Le bassin du fleuve Ogoué dans l'Ouest africain est désormais placé sous protectorat français. Après que les forces française aient également pris pied à Madagascar, les ambitions colonisatrice de Jules Ferry se tournent vers l'Extrême-Orient et le Tonkin.

Le 25 avril 1882, le commandant Rivière s'empare de la citadelle d'Hanoi. Sa mort ainsi que celle de 85 soldats, survenue le 19 mai suivant, décident ensuite le gouvernement français à risquer la guerre avec la Chine en envoyant un corps expéditionnaire qu'accompagne la flotte de l'amiral Courbet. Le 25 août 1883, avec le traité de Hué, l'Annam passe sous protectorat français. A Paris cependant, l'extension des combats contraint Jules Ferry à demander davantage de crédits. L'inquiétude saisie l'opinion de plus en plus réticente à ces conquêtes lointaines et, à la Chambre, la majorité du cabinet Ferry s'effrite. Celui-ci chute le 30 mars 1885 à l'annonce prématurée de la nouvelle du " désastre de Lang Son " parvenue à Paris. Victime du secret de sa diplomatie, " Ferry Tonkin " démissionne alors que le 18 avril suivant un traité de paix favorable à la France est signé avec la Chine.

Le 2 décembre 1887, Jules Grévy est contraint à la démission à la suite du " scandale des décorations ". Jules Ferry pose sa candidature à la présidence de la République mais le lendemain, des manifestations hostiles sont organisées à Paris. La presse radicale, sous l'inspiration de Jules Rochefort et de Georges Clemenceau notamment, se déchaîne contre l'ancien président du Conseil et Jules Ferry n'obtient que 212 voix contre 303 à Sadi-Carnot qui est élu. Au cours de ces derniers mois, il s'était posé comme l'une des grandes figures de l'opposition au boulangisme, surnommant le général Boulanger " César de café-concert ". Le 10 décembre suivant, Jules Ferry est victime d'un attentat: à la Chambre. On tire sur lui à bout portant à trois reprises. L'ancien président du Conseil souffrira d'une lésion au nerf aortique. A peine remis du choc psychologique durable et alors qu'il appelle à l'union des républicains contre le boulangisme, Jules Ferry est de nouveau agressé dans Paris, le 20 mars 1888.

Non réélu dans son mandat de député des Vosges le 6 octobre 1889, mais demeurant président du Conseil général des Vosges, Ferry entre au Sénat le 4 février 1891. L'année précédente, il fait paraître un opuscule, Le Tonkin et la Mère-Patrie, défendant sa politique colonialiste. Président de la commission de l'Algérie, Jules Ferry y effectue une longue mission, du mois d'avril au mois de juin 1892. Peu de temps après son retour, il devient le président de l'institution, désigné dès le premier tour par ses pairs, le 24 février 1893. Alors que la Troisième République est secouée par le scandale de Panamá, Jules Ferry multiplie les interventions favorables à l'apaisement. Après le " Toast d'Alger " du cardinal Lavigerie devant l'état-major de l'escadre de Méditerranée puis la publication de l'encyclique Inter innumeras sollicitudines du pape Léon XIII, il appelle les catholiques modérés à se rallier à la République. Jules Ferry décède le 17 mars 1893 d'une crise cardiaque à Paris et est honoré quelques jours plus tard par la Troisième République des funérailles nationales.

Source : www.19e.org  

Tombe

Où se trouve la tombe de Jules Ferry ?

La position exacte de la tombe de Jules Ferry n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Jules Ferry ?

Cimetiere Foucharupt
Rue Jean de Monachis
88100 Saint-Dié-des-Vosges
Vosges
France Drapeau francais

La tombe de Jules Ferry est au Cimetiere Foucharupt, Rue Jean de Monachis, 88100 Saint-Dié-des-Vosges, Vosges, France Drapeau francais.

Citations

Les meilleures citations de Jules Ferry.

Celui qui est maître du livre est maître de l'éducation.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jules Ferry. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jules Ferry, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jules Ferry
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jules
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Ferry
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Jule Ferry, jules ferris, Julles Ferry, jule fery, jules fery, jul férries

Naissance

  • Date de naissance : 5 avril 1832
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 60 ans
  • Cause de mort : Infarctus du myocarde (Cardiopathie coronarienne)

Obsèques

Que recherchez-vous sur Jules Ferry ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jules Ferry, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Jules Ferry afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

1959ème
200 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Jules Ferry
1959ème
Notez-le !

Drapeau France 1832 - 1893
Francais, 60 ans

Homme d'État français, considéré comme le promoteur de « l'école publique laïque, gratuite et obligatoire », il a été considéré, plusieurs décennies après sa mort, comme l'un des pères fondateurs de l'identité républicaine. Il est l'auteur des lois restaurant l'instruction obligatoire et gratuite qui avait été instituée en 1793 (sous l'impulsion de Louis-Joseph Charlier).
+38
places depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Jules Ferry dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Jules Ferry, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Anonyme 59449
200 points en 30 jours (1 action).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Jules Ferry. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Jules Ferry et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Jules Ferry pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Jules Ferry ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 60948 bonjour, je voudrais savoir à quoi correspond le nombre 1409 iéme sur sa tombe?
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) Aujourd'hui c'est 1412 ième. C'est sa position dans la classement du site, classement réalisé à partir des votes des internautes (via le jeu de cartes ci-dessus). Il est possible de voir le liste des 50 premiers dans le top 50 (voir dans le menu de navigation).
Répondre - il y a 1 an
Donias Tombe de Jules Ferry
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jules Ferry et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres homme politique francais

Portrait de Georges Clemenceau
201ème

Drapeau France 1841 - 1929
Francais, 88 ans

Homme d'État français, Président du Conseil en 1906, Ministre de l'Intérieur et Sénateur, défenseur de l'amnistie pour les Communards, prôna la séparation des Églises et de l'État, s'opposa à la colonisation et fit tomber le gouvernement Jules Ferry sur cette question. Il pris une part active dans la défense du capitaine Dreyfus et ne cessa de militer en faveur de la restitution de l'Alsace-Moselle (perdues à la suite de la défaite de 1871). Il fut pour la poursuite de la guerre en 1917 car partisan farouche d'une victoire totale sur l'Empire allemand, . puis négocia à la Conférence de paix de Paris où il fait promulguer la loi des huit heures. Qualifié de « Père la Victoire » en raison de son action pendant la guerre, très populaire dans l'opinion publique, il renonce néanmoins à se présenter à l'élection présidentielle de janvier 1920.
Portrait de Aimé Césaire
2528ème

Drapeau France 1913 - 2008
Francais, 94 ans

Écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe. Il fut le fondateur et le représentant majeur du mouvement littéraire de la négritude avec Léopold Sédar Senghor. Anticolonialiste résolu, il mena en parallèle une carrière politique en tant que député de la Martinique, et maire de Fort-de-France durant 56 années consécutives, de 1945 à 2001.
Portrait de Victor Schoelcher
1852ème
Notez-le !

Drapeau France 1804 - 1893
Francais, 89 ans

Politicien français connu pour avoir agi en faveur de l'abolition définitive de l'esclavage en France, via le décret d'abolition, signé par le gouvernement provisoire de la deuxième République le 27 avril 1848.
Portrait de Aristide Briand
1078ème
Notez-le !

Drapeau France 1862 - 1932
Francais, 69 ans

Homme politique français, 11 fois président du Conseil et 26 fois ministre sous la 3e République. Prix Nobel de la paix en 1926 pour son action en faveur de la réconciliation entre la France et l'Allemagne (accords de Locarno, 1925).
Portrait de Michel Baroin
3286ème
Notez-le !

Drapeau France 1930 - 1987
Francais, 56 ans

Haut fonctionnaire français, franc-maçon, grand maître du Grand Orient de France et père de François Baroin (politicien).
Portrait de Roland Leroy
2282ème

Drapeau France 1926 - 2019
Francais, 92 ans

Journaliste et politicien français, directeur du journal L'Humanité de 1974 à 1994, résistant et ancien député PCF de Seine-Maritime.