Ismaïl Kadaré

 
Ismaïl Kadaré
1936 - 2024
 

Romancier franco-albanais, connu comme l'un des plus grands écrivains et intellectuels européens du XXe siècle et comme une voix universelle contre le totalitarisme. Il reçoit le prix international Booker en 2005, le prix Prince des Asturies de littérature en 2009, le prix Jérusalem en 2015, et le prix Park Kyung-ni en 2019.

88 ans Mort victime d'un infarctus du myocarde (maladie) à l'âge de 88 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Ismaïl Kadaré ?


Contribuez !

Biographie

Ismaïl Kadaré, aussi écrit Ismail Kadare selon l'orthographe albanaise originale, né le 28 janvier 1936 à Gjirokastër, dans le sud de l'Albanie, et mort le 1er juillet 2024 à Tirana, est un écrivain albanais naturalisé français. Il était l’un des rares auteurs d’Albanie connu et traduit dans le monde entier. Kadaré étudie les lettres à l'université de Tirana et à l'institut de littérature Maxime-Gorki de Moscou. En 1960, la rupture avec l'Union soviétique l'oblige à revenir en Albanie où il entame une carrière de journaliste. Il commence à écrire très jeune, au milieu des années 1950, mais ne publie que quelques poèmes dans un premier temps. En 1963, la parution de son premier roman, Le Général de l'armée morte, lui apporte la renommée, d'abord en Albanie puis à l'étranger grâce à la traduction française de Jusuf Vrioni. Dès lors, son œuvre est vendue dans le monde entier et traduite dans plus de quarante-cinq langues. Kadaré est considéré comme l'un des plus grands écrivains et intellectuels européens du xxe siècle et, en plus, comme une voix universelle contre le totalitarisme. Il reçoit le prix international Booker en 2005, le prix Prince des Asturies de littérature en 2009, le prix Jérusalem en 2015, et le prix Park Kyung-ni en 2019.

Ismaïl Kadaré commence à publier très jeune, en 1953. Au sortir du lycée, il suit des études de littérature à l'université de Tirana et obtient une bourse pour l'institut Gorki de littérature à Moscou. En raison du jeu des alliances, c'est un passage obligé pour tout intellectuel en herbe. À l'institut Gorki, les auteurs de valeur côtoient les médiocres, les marginaux, les « écrivains officiels », sous le sceau unificateur du réalisme socialiste. Kadaré comprend ce qu'il ne faut pas écrire, ce qui n'est pas littérature. Rejetant les canons du réalisme socialiste, il s'engage intérieurement à faire le contraire de ce que les dogmatiques enseignent en matière de « bonne » littérature.

En 1963, Kadaré publie le roman Le Général de l'armée morte. Son roman suivant, Le Monstre, est fortement critiqué lors de sa publication, en 1965, dans une revue littéraire. Interdit, le texte ne paraîtra d'ailleurs pas sous forme de livre avant la fin de 1990, après vingt-cinq années de patience. Entre-temps, l'écrivain lui-même n'aura pas le droit de parler de ce texte, qui ne sera plus cité nulle part. En 1967, l'Albanie lance sa Révolution culturelle ; le régime oblige les écrivains à vivre dans les campagnes, à la rencontre du peuple. Kadaré passe ainsi deux années à Bérat, dans les montagnes du Sud, de 1967 à 1969. Il n'en continue pas moins sa lutte constante contre le totalitarisme[non neutre]. Il poursuit un temps sa carrière d'écrivain, nonobstant la charge corrosive de ses textes contre la dictature. Son œuvre est publiée et accueillie très favorablement à l'étranger.

Le Général de l'armée morte paraît en France en 1970. Après la parution du poème Les Pachas Rouges en 1975, Kadaré se voit interdire de publier des romans. Le poème est interdit et son auteur accusé d'incitation à la rébellion. Kadaré vit ses heures les plus graves. L'écrivain doit se soumettre à une période de travail manuel, sorte de stage de rééducation à la chinoise, au fin fond des campagnes. C'est ainsi qu'il se retrouve dans une coopérative de village, dans la région de la Myzeqe. Après son retour à Tirana, il accumule dans ses tiroirs des manuscrits qu'il publiera par la suite sous le label « récits ».

En 1981, il publie Le Palais des rêves, un roman antitotalitaire écrit et publié au cœur d'un pays totalitaire. L'ouvrage est sévèrement critiqué et interdit. Kadaré finit par être qualifié d'« ennemi » lors du Plénum des écrivains en 1982. Le dictateur albanais lui-même pense que Kadaré est un agent de la France. La presse mondiale réagit aux condamnations visant le roman et des protestations s'élèvent pour défendre son auteur, qui échappe aux sanctions. Entré en disgrâce pour ses écrits subversifs, conçus comme une critique détournée du régime, il est finalement contraint de publier ses romans à l'étranger. Se sentant menacé, il émigre en France où il obtient l'asile en octobre 1990. Ultérieurement, il partage sa vie entre la France et l'Albanie.

Ismaïl Kadaré publie ses fables au centre même de la dictature. Il réussit le tour de force que n'auraient jamais pu réussir, dans l'URSS stalinienne, des Pilniak ou des Mandelstam. Avec ses romans à double fond, il porte la critique plus loin que les dissidents soviétiques qui ont écrit après la mort de Staline, alors que le totalitarisme était déjà sur le déclin. La dénonciation dans l'œuvre kadaréenne vise l'essence même du système et non sa périphérie. L'analyse de l'écrivain surpasse souvent en pessimisme et en visions macabres celles des maîtres du genre.

Son œuvre considérable, reconnue par le public et la critique comme une pièce maîtresse de la littérature contemporaine, concentre romans, nouvelles, essais, poésie et pièces de théâtre. Ses thèmes essentiels sont l'histoire des Balkans et de l'Albanie, et la dénonciation du totalitarisme à travers des métaphores habiles et des légendes anciennes. Avec le souci d'un observateur scientifique et d'un ethnographe, il puise ses images romanesques dans le passé yougoslave et ses souvenirs d'enfance. Kadaré revisite les grandes étapes historiques, le folklore et les mythes de son pays natal dans une prose dramatico-bouffonne d'une ironie mordante. Son talent de conteur volubile se double d'un rôle de moraliste corrosif et percutant dans la dénonciation du totalitarisme à travers des fictions situées à des époques révolues. Son style puise son inspiration dans les grands classiques de l'histoire littéraire : Homère, Eschyle, Dante Alighieri, William Shakespeare, Miguel de Cervantes ou encore Nicolas Gogol.

À partir de 1996, il est membre associé (à vie) de l'Académie des sciences morales et politiques, où il a remplacé le célèbre philosophe Karl Popper.

En 1992, il reçoit le prix mondial Cino-Del-Duca.

En 2005, il devient lauréat du premier prix international Man-Booker.

En 2009, il remporte le prix Princesse des Asturies, une des plus prestigieuses récompenses littéraires internationales. « Écrivain, essayiste et poète, Ismail Kadaré, l’une des plus grandes figures de la littérature albanaise, a traversé les frontières pour s’ériger en voix universelle contre le totalitarisme », a souligné le jury du prix. La même année, l'université de Palerme, en Sicile, lui décerne un diplôme honorifique en sciences de la communication sociale et institutionnelle, demandé et vivement souhaité par les Arberèches de Piana degli Albanesi.

En 2015, il remporte le prix Jérusalem.

Il est l'auteur albanais le plus lu à l'étranger. Kadaré est considéré comme l'un des plus grands écrivains contemporains et son nom a d'ailleurs été plusieurs fois cité comme favori au prix Nobel de littérature sans jamais l'obtenir toutefois, à l'instar de Philip Roth, Amos Oz, Milan Kundera, Yves Bonnefoy, Adonis, Haruki Murakami et Claudio Magris. En Albanie, Kadaré est souvent présenté et désigné comme le « Victor Hugo albanais », ou le « Charles Dickens albanais » du fait de ses vues à caractère sociétal.

En 2019, il remporte le prix Neustadt.

Ismaïl Kadaré est mort le lundi 1er juillet 2024, à l'âge de 88 ans, d'une crise cardiaque, à Tirana (Albanie).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Ismaïl Kadaré en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Ismaïl Kadaré.

Vous savez où se trouve la tombe d'Ismaïl Kadaré ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Ismaïl Kadaré pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Ismaïl Kadaré, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Ismaïl Kadaré.

Fiche d'identité

Identité

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Ismaïl Kadaré
  • Nom complet : --
  • Prénom : Ismaïl
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Kadaré
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 88 ans
  • Cause de mort : Infarctus du myocarde (Cardiopathie coronarienne)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Ismaïl Kadaré ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Ismaïl Kadaré, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Ismaïl Kadaré ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Ismaïl Kadaré et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres romancier francais

Portrait de Frédéric Mitterrand
 
Notez-le !

Drapeau France 1947 - 2024
Francais, 76 ans

Animateur de télévision, romancier et politicien français, animateur de télévision, passionné de Cinéma, il fut ministre de la Culture de 2009 à 2012. Il était le neveu de François Mitterrand (président de la République française de 1981 à 1995).
Portrait de Denis Tillinac
 

Drapeau France 1947 - 2020
Francais, 73 ans

Romancier français, connu pour ses romans connus : « Le Bonheur à Souillac » (1982), « Spleen en Corrèze : Journal d’un localier » (1984) ou « L'Irlandaise du Dakar » (1986). Très attaché à la Corrèze, il avait suivi les campagnes électorales du Président français Jacques Chirac, dont il fut le conseiller à la francophonie.
Portrait de Marcel Pagnol
 

Drapeau France 1895 - 1974
Francais, 79 ans

Écrivain, dramaturge et cinéaste français devenu célèbre avec sa pièce de théâtre Marius (1929), puis ses nombreux films avec les grands acteurs de l'époque (en particulier Raimu, Fernandel et Pierre Fresnay) : Angèle (1934), Regain (1937), La Femme du boulanger (1938)... Élu à l'Académie française en 1946. Auteur de "La Gloire de mon père" et "Le Château de ma mère", "Jean de Florette" et "Manon des Sources".
Portrait de Albert Camus
 

Drapeau France 1913 - 1960
Francais, 46 ans

Romancier, dramaturge et essayiste français, prix Nobel de littérature en 1957, son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ». Ses oeuvres les plus connus sont L'Étranger (1942, roman), Le Mythe de Sisyphe (1942, essai), Caligula (1944, pièce de théâtre) La Peste (1947, roman), Les Justes (1949, pièce de théâtre), L'Homme révolté (1951, essai) ou La Chute (1956, roman).
Portrait de Romain Gary
 

Drapeau France 1914 - 1980
Francais, 66 ans

Écrivain français de la seconde moitié du XXe siècle connu pour la mystification littéraire qui le conduisit, dans les années 1970, à signer plusieurs romans sous le nom d'emprunt d’Émile Ajar, en les faisant passer pour l'œuvre d'un tiers. Il est ainsi le seul romancier à avoir reçu le prix Goncourt à deux reprises, sous deux pseudonymes avec « La Promesse de l'aube » (1960) et « Les Racines du ciel » (1956).
Portrait de Jules Verne
 

Drapeau France 1828 - 1905
Francais, 77 ans

Écrivain français, l'un des plus grands romanciers du monde dont l'œuvre est principalement constituée de romans d'aventures utilisant les progrès scientifiques propres au XIXe siècle dont : « Voyage au centre de la Terre » (1864), « Vingt mille lieues sous les mers » (1870), « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1873), « L'Île mystérieuse » (1874-1875) ou « Michel Strogoff » (1876). L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'écrivain.

Autres points communs avec Ismaïl Kadaré