Marc Ferro

 
Marc Ferro
1924 - 2021
 

Historien français, spécialiste du XXe siècle, de la Grande Guerre à Vichy et à la décolonisation, il a été pionnier dans l’utilisation des images comme source historique. Il fut aussi spécialiste de la Russie, de l'URSS et de l'histoire du cinéma.

Nationalité française Francais, né le 24 décembre 1924 et mort le 21 avril 2021

96 ans Mort victime du coronavirus (maladie) à l'âge de 96 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Marc Ferro ?


Contribuez !

Biographie

Marc Ferro, né le 24 décembre 1924 à Paris et mort le 21 avril 2021 à Saint-Germain-en-Laye, est un universitaire et historien français. Spécialiste du XXe siècle, de la Grande Guerre à Vichy et à la décolonisation, il a été pionnier dans l’utilisation des images comme source historique. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, il est spécialiste de la Russie, de l'URSS et de l'histoire du cinéma ainsi que codirecteur des Annales pendant de longues années.

Marc Roger Ferro est né au 47, rue du Rocher à Paris (8e arrondissement). Son père, Jacques Ferro, né le 23 juillet 1887 à Corfou (Grèce), est un agent de change italo-grec. Sa mère, Oudia Fridmann, est née le 4 avril 1897 à Novohrad-Volynskyï, aujourd'hui en Ukraine. Marc Ferro a 5 ans lorsque meurt son père. Sa mère est modéliste chez Worth, première maison de haute couture et s'est remariée.

En 1941, Marc Ferro habite Paris avec sa mère et son beau-père. Il est élève au lycée Carnot. Il est menacé par la politique antisémite du régime de Vichy en raison de l'origine juive par sa mère. Son professeur de philosophie, Maurice Merleau-Ponty, recommande alors à Marc Ferro et à d’autres de ses condisciples également menacés de fuir au plus tôt la zone occupée. Marc Ferro part se réfugier à Grenoble car situé en zone non occupée. Sa mère est détenue à la Caserne des Tourelles, puis déportée, par le Convoi No. 55, en date du 23 juin 1943, de Drancy vers Auschwitz, et meurt le 28 juin 1943 à Auschwitz.

C'est à la faculté de Grenoble que Marc prépare le certificat d'histoire-géographie. Âgé de 20 ans en 1944, il est sous la menace d'une réquisition par le Service du travail obligatoire (STO). Une amie communiste, Annie Kriegel anime un réseau de résistants à Grenoble. Elle le recrute en raison de sa connaissance de la langue allemande. Il est chargé d'identifier de potentielle cible pour le réseau parmi les soldats qui stationnent aux portes de la ville. Mais une partie du réseau est arrêté et Marc Ferro à partir de début juillet 1944 part rejoindre la Résistance dans le maquis du Vercors. Sa capacité à lire les cartes d'état-major décide de son affectation. Il reçoit pour mission de pointer avec précision sur les cartes les mouvements des forces en présence. Il est aussi chargé de transmettre les ordres du lieutenant-colonel François Huet, alias Hervieux, commandant la défense du Vercors. Mais quelques jours à peine après l'arrivée de Marc Ferro, l'armée allemande prend d’assaut le massif du Vercors pour réduire entièrement le bastion de la résistance. Marc Ferro effectue de périlleux ravitaillements. Le réseau reçoit l'ordre de se disperser. Marc Ferro retourne alors à Grenoble. Il participe à la libération de Lyon le 3 septembre 1944, puis reprend ses études et devient enseignant en histoire.

Après la guerre, il épouse le 7 février 1948 Yvonne France Blondel (1920-2021) à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime).

Il enseigne à Oran au lycée Lamoricière entre 1948 et 1956. Il y déclencha l'hilarité générale lorsqu'il annonça à ses élèves qu'ils allaient étudier ensemble la culture arabe. "Mais, m'sieur, les Arabes, ils ne sont pas civilisés...". Il découvre l'Algérie française de l'époque et prend conscience du fait colonial. Après les événements violents de la Toussaint en 1954, il participe à la fondation de Fraternité algérienne, un mouvement progressiste dit de la troisième voie, hostile à la fois au système colonial en cours et à guerre radicale menée par le FLN.

Bien que très attaché à cette terre, il la quitte car nommé professeur à Paris, aux lycées Montaigne, puis Rodin. Après avoir enseigné à l’École polytechnique, il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) — groupe de recherches Cinéma et Histoire —, président de l'Association pour la recherche à l'EHESS et codirecteur des Annales, où il est nommé par Fernand Braudel en 1970. Il est un utilisateur régulier de la bibliothèque de la Fondation Maison des Sciences de l'homme créée par ce dernier. Ancien directeur de l'Institut du monde soviétique et de l'Europe centrale, il est également membre élu de l'Academia Europaea.

Concomitamment à son professorat, il travaille à sa thèse. L'historien contemporanéiste Pierre Renouvin lui propose de la consacrer à la Révolution russe de 1917.

Ainsi il se spécialise au début des années 1960 dans l'histoire soviétique, domaine dans lequel il a tenté de porter un discours non idéologique et de montrer par les archives audiovisuelles et écrites que la révolution prolétarienne est faite non par la classe ouvrière, mais par des femmes, des soldats et des paysans. Ses études dans le domaine de l'histoire sociale tranchent avec les analyses alors dominantes de l'« école » du totalitarisme.

Selon lui, l'insurrection d'Octobre ne se réduit pas au coup d'État bolchevique, car elle est indissociable du mouvement révolutionnaire et populaire en cours. Il analyse également le processus de bureaucratisation-absolutisation du pouvoir à partir du sommet, mais aussi de la base.

Il s'affirme de gauche, mais non communiste. En mars 2007, lors de la campagne présidentielle française, il signe avec 150 intellectuels un appel à voter pour la candidate socialiste Ségolène Royal, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance » après avoir soutenu en 2002 la candidature de Jean-Pierre Chevènement.

En février 1979, il fait partie des 34 signataires de la déclaration rédigée par Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet pour démonter la rhétorique négationniste de Robert Faurisson. Il est plus tard l'un des auteurs de la pétition Liberté pour l'histoire.

Marc Ferro est mort dans la nuit du mercredi à jeudi 21 avril 2021, à l'âge de 96 ans, du coronavirus, à Saint-Germain-en-Laye (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Marc Ferro en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Marc Ferro.

Vous savez où se trouve la tombe de Marc Ferro ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Marc Ferro pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Marc Ferro, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Marc Ferro.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Marc Ferro
  • Nom complet : --
  • Prénom : Marc
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Ferro
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 96 ans
  • Cause de mort : Coronavirus (Maladie)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Marc Ferro ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Marc Ferro, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Marc Ferro est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Marc Ferro au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Un grand historien, qui a éclairé des générations d'étudiants et de profanes.
Un grand historien, qui a éclairé des générations d'étudiants et de profanes.
Commentez - il y a 3 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Marc Ferro ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Marc Ferro et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres historien francais

Portrait de Bartolomé Bennassar
 

Drapeau France 1929 - 2018
Francais, 89 ans

Historien et écrivain français, spécialiste de l'histoire de l'Espagne à l'époque moderne, et de l'histoire de l'Amérique latine.
Portrait de Marc Fumaroli
 
Notez-le !

Drapeau France 1932 - 2020
Francais, 88 ans

Historien de la littérature français, professeur de renommée internationale, spécialiste des auteurs du Grand Siècle et du XIXe siècle, il avait dénoncé les menaces pesant, selon lui, sur la culture par la dissolution de l’élitisme. Il est également connu pour ses prises de position concernant la politique culturelle de la France et l'art contemporain.
Portrait de Michel Roquebert
 
Notez-le !

Drapeau France 1928 - 2020
Francais, 91 ans

Historien français, spécialiste du catharisme (les cathares sont ces hérétiques du Midi violemment éradiqués au XIIIe siècle), il a raconté l’épopée dans un monumental récit.
Portrait de Henri Amouroux
 
Notez-le !

Drapeau France 1920 - 2007
Francais, 87 ans

Historien français, son oeuvre principale est « La Grande Histoire des Français sous l'occupation » (1976). Il fut membre de l'Institut de France et président du prix Albert-Londres pendant 21 ans.
Portrait de Pierre Laborie
 
Notez-le !

Drapeau France 1936 - 2017
Francais, 81 ans

Historien français spécialiste de l'opinion publique sous le régime de Vichy, connu pour être l'auteur du livre « Le Chagrin et le venin » (un des ouvrages les plus importants sur la France des années 1940).
Portrait de Jean-Yves Veillard
 
Notez-le !

Drapeau France 1939 - 2020
Francais, 81 ans

Historien français, grand spécialiste du patrimoine populaire breton et ancien conservateur du Musée de Bretagne à Rennes de 1967 à 2000, il était un spécialiste de l'histoire de Rennes.

Autres points communs avec Marc Ferro