Sandra Milo

 
Sandra Milo
1933 - 2024
 

Actrice italienne, figures de proue du cinéma italien des années 1960 et actrice fétiche de Fellini, elle est connue pour ses rôles dans des films comme « Huit et demi » (1963, comédie dramatique, de Fellini), « Elena et les Hommes » (1956, comédie, de Jean Renoir) ou « Un témoin dans la ville » (1959, policier, avec Lino Ventura).

Nationalité italienne Italienne, née le 11 mars 1933 et morte le 29 janvier 2024

90 ans Morte à l'âge de 90 ans (de quoi ?).

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Sandra Milo ?


Contribuez !

Anniversaire !

Sandra Milo aurait fêté ses 91 ans le lundi 11 mars 2024. Plus que 7 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Sandra Milo (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Sandra Milo est une actrice et animatrice de télévision italienne, née le 11 mars 1933 à Tunis et morte le 29 janvier 2024 à Rome. Elle est l'une des figures de proue du cinéma italien des années 1960 avec sa participation à des films tels que Le Général Della Rovere de Roberto Rossellini (1959), Adua et ses compagnes (1960) et Les Joyeux Fantômes (1961) d'Antonio Pietrangeli, Huit et demi (1963) et Juliette des esprits (1965) de Federico Fellini. Sandra Milo a également joué dans plusieurs films français : Elena et les Hommes (1956) de Jean Renoir, Les Aventures d'Arsène Lupin (1957) de Jacques Becker, Le Miroir à deux faces (1958) d'André Cayatte, ainsi que des rôles de premier plan dans Un témoin dans la ville (1959) d' Édouard Molinaro et Classe tous risques (1960) de Claude Sautet.

De son vrai nom Salvatrice Elena Greco, elle naît le 11 mars 1933 à Tunis d'un père sicilien et d'une mère toscane. Elle passe son enfance à Vicopisano, un village médiéval situé non loin de Pise. Elle y fréquente l'école primaire jusqu'à la quatrième année. Adolescente, elle déménage avec sa famille à Viareggio.

Sandra Milo fait ses débuts au cinéma aux côtés d'Alberto Sordi dans Le Célibataire d'Antonio Pietrangeli (1955). Reconnaissable à ses formes généreuses et à sa voix de fausset, elle devient une vedette du grand écran et participe à de nombreux films de genre.

Elle obtient son premier rôle important en 1959 grâce au producteur grec Moris Ergas (qu'elle épousera) : dans Le Général Della Rovere, réalisé par Roberto Rossellini, elle joue le rôle d'une prostituée aux côtés de Vittorio De Sica. Elle tient un rôle semblable en 1960 dans Adua et ses compagnes d'Antonio Pietrangeli, avec Simone Signoret, Emmanuelle Riva et Marcello Mastroianni. La même année, elle est dirigée par Claude Sautet dans Classe tous risques, avec Lino Ventura et Jean-Paul Belmondo. Cela a ouvert une époque intense et prometteuse de films d'auteurs pour Milo. En 1961, elle joue avec Eduardo De Filippo, Vittorio Gassman et Marcello Mastroianni dans Les Joyeux Fantômes, réalisé par Antonio Pietrangeli.

La même année, cependant, sa carrière s'arrête brusquement après le rejet à la Mostra de Venise de Vanina Vanini, adaptée de la nouvelle éponyme de Stendhal et réalisé par Roberto Rossellini. Le film, et surtout le jeu de Milo, ont été sévèrement critiqués et l'actrice a été sarcastiquement surnommée « Canina Canini » pendant un certain temps. En 1962, elle revient au cinéma avec Le Jour le plus court de Sergio Corbucci, où elle joue aux côtés de Totò, Eduardo et Peppino De Filippo, Jean-Paul Belmondo, Ugo Tognazzi, Aldo Fabrizi et d'autres.

Cruciale est la rencontre de Sandra Milo avec Federico Fellini, qui a contribué à son développement artistique et avec lequel Sandra Milo a également entamé une liaison secrète qui a duré 17 ans. Dans les deux chefs-d'œuvre du maestro riminien, Huit et demi (1963) et Juliette des esprits (1965), Sandrocchia (comme la surnommait affectueusement le réalisateur) est une femme fatale ironique et désinhibée qui, en plus d'incarner l'imagerie érotique du réalisateur, est souvent mise en contraste avec ses épouses, des femmes à l'apparence plus modeste et à la mentalité plus bourgeoise. Pour ces deux films, elle a remporté le Ruban d'argent de la meilleure actrice dans un second rôle.

Après ses importantes expériences avec Fellini, elle est dirigée, entre autres, par Luigi Zampa dans Frénésie d'été (1963), de nouveau par Antonio Pietrangeli dans Annonces matrimoniales (1963), aux côtés de François Périer, où Milo fournit une caractérisation complexe, par Pasquale Festa Campanile et Massimo Franciosa dans Le Sexe des anges (1964), avec Paolo Ferrari, et par Dino Risi dans Play-Boy Party (1965), où elle incarne la femme pleine de vie de l'ingénieur Enrico Marletti (Enrico Maria Salerno). En 1964, elle joue aux côtés des Français Fernandel et Jean-Pierre Cassel, respectivement dans Relaxe-toi chérie de Jean Boyer et Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca. Elle participe ensuite à d'autres films, mais de moindre importance, dont Comment j'ai appris à aimer les femmes (1966) de Luciano Salce, La notte pazza del conigliaccio (it) (1967) d'Alfredo Angeli, où elle donne à nouveau la réplique à Enrico Maria Salerno, Est-ce amour ou est-ce magie ? (1967) de Duccio Tessari et Pour un dollar, je tire (it) (1968) d'Osvaldo Civirani, aux côtés de George Hilton et John Ireland, après quoi l'actrice s'est éloignée du cinéma pendant une dizaine d'années.

En 1968, Sandra Milo interrompt brusquement en 1968 en faveur de sa famille. Interviewée dans l'émission Diva e donna, elle a raconté la guérison de sa troisième fille Maria Azzurra, née prématurément à sept mois de grossesse, qui semblait morte à la naissance, mais qui est revenue à la vie. L'Église catholique a reconnu l'authenticité du miracle lors de la béatification de sœur Maria Pia Mastena, fondatrice des Sœurs de la Sainte Face. Milo elle-même, également après cet épisode, s'est déclarée croyante et catholique.

Après une longue pause, elle revient au cinéma en 1979, jouant dans quelques comédies de genre, comme Aldo fait ses classes de Luciano Salce et Tesoro mio de Giulio Paradisi, suivis de Grog (1982) de Francesco Laudadio et de Cendrillon 80 (1984) de Roberto Malenotti. Pendant ce temps, sa nouvelle carrière à la télévision prend forme.

La participation de Sandra Milo en tant que présentatrice d'un cycle de cinq émissions de Studio Uno en 1966 et l'interview accordée à Luigi Silori pour Uomini e Libri en 1962 seront ses seules apparitions télévisées pendant sa jeunesse.

Plus de vingt ans s'écoulent avant que, aidée par sa proximité avec Bettino Craxi, Sandra Milo ne revienne à la télévision sur Rai 2, une chaîne de télévision à l'époque proche du parti socialiste italien. En 1982-1983, elle collabore et anime une chronique sur les modes de vie dans l'émission Mixer de Giovanni Minoli.

De 1985 à 1989, elle a animé Piccoli fans, une émission pour enfants diffusée l'après-midi (précurseur d'émissions telles que Ti lascio una canzone et Io canto), qui a marqué l'histoire de la télévision italienne : la conduite exagérément naïve et enfantine de Milo (due également à sa voix de fausset) et une série de situations grotesques l'ont rendue à nouveau célèbre auprès du public italien.

Sandra Milo est également entrée involontairement dans l'histoire de la télévision italienne pour un canular téléphonique qui lui a été joué : le 8 janvier 1990, pendant l'émission de l'après-midi L'amore è una cosa meravigliosa qu'elle présentait sur Rai 2 pendant la saison 1989-90, un appel téléphonique anonyme provenant d'une voix féminine informait la présentatrice que son fils Ciro était hospitalisé dans un état grave à la suite d'un accident de voiture. La nouvelle de l'accident était fausse, mais les cris de la présentatrice affolée ont été repris par des programmes tels que Blob, Striscia la notizia et Target. Les cris de la présentatrice ont été utilisés dans la chanson La strana famiglia de Giorgio Gaber et Enzo Jannacci, enregistrée en 1991. Cette anecdote a ensuite inspiré le titre d'une émission satirique sur Italia 1 : Ciro, il figlio di Target. L'autrice de l'appel téléphonique n'a jamais été identifié (elle s'était présentée aux standardistes sous le nom de Maria Ramondio, ce qui s'est avéré être une fausse identité), mais le téléphone d'où il a été passé a été identifié, il se trouvait à l'intérieur des bureaux d'Alemagna, Via del Corso à Rome.

Après avoir quitté la Rai, Milo est passée, au cours de la saison 1991-1992, à Fininvest (devenue Mediaset en 1996) pour succéder à Enrica Bonaccorti dans la réalisation du jeu télévisé Cari genitori, diffusé du lundi au vendredi dans la tranche matinale de Rete 4. Elle est ensuite la protagoniste, sur la même chaîne, d'une parodie musicale du feuilleton La donna del mistero intitulée La vera storia della donna del mistero, aux côtés de Patrizia Rossetti, des Ricchi e Poveri entre autres. Toujours sur Rete 4, elle a présenté l'émission de variétés dominicale Giorno di festa au cours de la saison 1992-1993.

En 1995, elle a déclaré à une chaîne de télévision privée iranienne qu'elle possédait une collection d'environ 60 000 culottes. Cette déclaration a provoqué une réaction du gouvernement de Téhéran, qui lui a refusé un visa touristique pour transiter par le pays.

Pendant le festival de Sanremo 2001, Sandra Milo participe à l'émission La vita in diretta. En 2002, elle joue aux côtés de Giampiero Ingrassia et Anna Mazzamauro dans le feuilleton de Canale 5 Ma il portiere non c'è mai?. En 2003, elle revient au cinéma avec le film Un cœur ailleurs, de Pupi Avati. En 2005, elle participe à l'émission de télé-réalité Ritorno al presente, terminant deuxième. En 2005, elle participe à l'interview-spectacle La mia vita uno spettacolo, mis en scène par Giacomo Rizzo, sous la direction artistique d'Arnolfo Petri, qui remporte le « prix Nike per il Teatro ». La collaboration avec Arnolfo Petri se poursuit en 2009, avec une contribution vidéo pour la pièce Madame B.

À partir de 2006, elle tourne dans les théâtres italiens avec la comédie Huit Femmes, adaptée du film français homonyme. En 2007, elle a joué, avec Barbara D'Urso et Maurizio Micheli, dans la comédie théâtrale Il letto ovale, mise en scène par Gino Landi.

Le 11 février 2007, lors d'un entretien dans l'émission Buona Domenica de Canale 5, elle raconte qu'elle avait contribué, de nombreuses années auparavant, à soulager les souffrances de sa mère mourante, en soutenant ouvertement l'euthanasie. Dans son récit, l'actrice affirme que sa mère « se consumait d'une douleur immense qui n'avait pas de fin ». « Alors, elle m'a demandé de l'aider à mourir », a poursuivi Milo, en pleurant. « Elle m'a fait quitter la pièce, et elle est morte, seule, comme elle le voulait. Je ne pense pas que ce soit vrai quand les gens disent que tout cela est de la fausse pitié. Je sais qu'il y a beaucoup de gens pour et beaucoup de gens contre, mais comment pouvez-vous dire “non, continuez à souffrir” si vous savez que cette personne n'aura aucune chance d'échapper au mal qui la ronge ? Les gens doivent pouvoir mourir dans la dignité ».

En 2008, elle a participé au film Chi nasce tondo... (it) d'Alessandro Valori (it), avec Valerio Mastandrea. Pour la saison théâtrale 2008-09, elle a mis en scène Fiori d'acciaio (d'après le film Potins de femmes d'Herbert Ross), avec Caterina Costantini, Eva Robin's et Rossana Casale, dans une mise en scène de Claudio Insegno. Elle a joué dans l'un des cinq sketches du film Impotenti esistenziali de Giuseppe Cirillo, sorti en salles en mars 2009. Toujours en 2009, elle partage l'affiche du film W Zappatore (it) de Massimiliano Verdesca, sorti en 2011, pour lequel elle a remporté le prix de la meilleure actrice au Festival du film de Brooklyn 2011. Lors de l'émission Porta a Porta du 29 octobre 2009, elle a affirmé avoir été la compagne de Federico Fellini pendant 17 ans.

En 2010, elle participe à la 7e saison de l'émission de télé-réalité L'isola dei famosi. Elle est en compétition du 1re au 62e jour, et est éliminée lors de la demi-finale. À la même période, la comédie Happy Family (it) de Gabriele Salvatores, avec Milo en vedette, est sortie dans les salles de cinéma. En 2011, elle a fait une tournée avec Il club delle vedove, mis en scène par Caterina Costantini. En 2013, elle a joué dans la pièce de théâtre Federico... Come Here, écrite par Nicola Bonimelli et réalisée par Walter Palamenga. De 2013 à 2015, elle part en tournée avec Harry & Sally 9 mesi dopo, mis en scène par Claudio Insegno. En octobre 2016, elle joue dans la pièce Una fidanzata per papà, avec Stefano Antonucci, Savino Zaba et Angela Melillo.

En 2018, elle fait une incursion dans le monde de la chanson d'auteur en participant à la chanson La fotogenia d'Alessandro Orlando Graziano, contenue dans l'album Voyages Extraordinaires. En été 2019, sur Rai 1, elle a tenu une chronique consacrée au courrier du cœur dans l'émission Io e te, animée par Pierluigi Diaco, avec Valeria Graci. En 2020, aux côtés de Paolo Ruffini, elle a participé en tant qu'animatrice et juge au sixième épisode de l'émission La pupa e il secchione - E viceversa, sur Italia 1. À l'été 2020, elle revient toutefois à la Rai en tant que correspondante de l'émission Estate in diretta, animée par Andrea Delogu et Marcello Masi. En 2021 elle est invitée lors de la saison 16 de Ballando con le stelle.

Le 11 mai 2021, elle reçoit le prix David di Donatello pour l'ensemble de sa carrière. En 2022, elle devient la présentatrice du docu-réalité Quelle brave ragazze avec Mara Maionchi et Orietta Berti.

En 1948, à l'âge de 15 ans, Sandra Milo épouse le marquis Cesare Rodighiero. Elle tombe enceinte mais perd son enfant en raison d'une naissance prématurée. Le couple se sépare seulement vingt-et-un jours après le mariage, obtenant une annulation de la Sacra Rota.

De sa relation de onze ans avec le producteur Moris Ergas naît une fille, Deborah, journaliste de télévision.

Remariée en juin 1968 avec Ottavio De Lollis, Sandra Milo a deux enfants : Ciro et Azzurra. En 1985, elle se retrouve avec son mari et leur fille dans les attentats des aéroports de Rome et de Vienne du 27 décembre, qui ont fait treize victimes.

Militante du parti socialiste italien depuis au moins les années 1960, Sandra Milo était très proche de Pietro Nenni. Dans les années 1980, elle était la compagne de Bettino Craxi, alors dirigeant du PSI. Elle faisait partie des vedettes du spectacle qui entouraient la classe politique dirigeante italienne, particulièrement autour de Craxi, Claudio Martelli et Gianni De Michelis. En outre, elle a participé à plusieurs campagnes électorales, posant même pour des affiches.

En 1999, Sandra Milo a négocié une peine de treize mois de prison et une amende de 1,3 million de lires pour avoir participé, avec son associé de l'époque Giuseppe Lo Presti, à une escroquerie immobilière au détriment de treize particuliers et de huit banques pour un montant d'environ 3 milliards de lires. Ils faisaient signer à des personnes de fausses procurations pour vendre des biens de grande valeur, afin de les acheter ensuite et de les utiliser pour obtenir des prêts auprès d'établissements de crédit.

Sandra Milo est mort le mardi 29 janvier 2024, à l'âge de 90 ans, à son domicile de Rome (Italie).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Sandra Milo en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Sandra Milo.

Vous savez où se trouve la tombe de Sandra Milo ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Sandra Milo pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Sandra Milo, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Sandra Milo.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Salvatrice Elena Greco
  • Nationalité (à sa mort) : Italienne Drapeau italien
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Sandra Milo
  • Vrai nom : Salvatrice Greco
  • Prénom : Salvatrice
  • Prénom (2) : Elena
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Greco
  • Pseudonyme : Sandra Milo
  • Surnom : Sandrocchia
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 11 mars 1933
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 90 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Sandra Milo ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Sandra Milo, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Sandra Milo ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Sandra Milo et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres actrice italienne

Portrait de Gina Lollobrigida
 

Drapeau Italie 1927 - 2023
Italienne, 95 ans

Actrice italienne, connue pour ses rôles dans le film d'aventure « Fanfan la Tulipe » (1952, avec Gérard Philipe) et Esmeralda dans le film dramatique « Notre-Dame de Paris » (1956, réalisé par Jean Delannoy) et plusieurs épisodes de la série « Falcon Crest » (1981-1990, drame).
Portrait de Antonella Lualdi
 
Notez-la !

Drapeau Italie 1931 - 2023
Italienne, 92 ans

Actrice italienne, connue en France pour son rôle de Lucia Cordier dans « Les Cordier, juge et flic » (1992-2005) et dans le monde pour ses films « Le Rouge et le Noir » (1954, drame, avec Gérard Philipe), « Une vie » (1958, drame) ou « J'irai cracher sur vos tombes » (1959, drame).
Portrait de Catherine Spaak
 

Drapeau Italie 1945 - 2022
Italienne, 77 ans

Actrice italienne, figure de la comédie italienne de l’après-guerre, a joué dans 80 longs-métrages pour le cinéma et la télévision comme « Le Fanfaron » (1962, comédie, de Dino Risi, avec Jean-Louis Trintignant), « Le Chat à neuf queues » (1971, horreur, de Dario Argento), « Week-end à Zuydcoote » (1964, drame / guerre, d’Henri Verneuil, avec Jean-Paul Belmondo), ou encore « Scandale secret » (1990, drame, de Monica Vitti).
Portrait de Anna Magnani
 

Drapeau Italie 1908 - 1973
Italienne, 65 ans

Actrice italienne ayant reçu de nombreux prix (Oscar, Golden Globe Award, BAFTA, etc) pour ses films : Rome, ville ouverte (1945, guerre), Bellissima (1951, drame), La Rose tatouée (1955, Oscar de la meilleure actrice), Car sauvage est le vent (1957, drame), L’Homme à la peau de serpent (1960, drame) ou Mamma Roma (1962, drame).
Portrait de Anna Maria Ferrero
 
Notez-la !

Drapeau Italie 1934 - 2018
Italienne, 84 ans

Actrice italienne active dans les années 1950 et 1960 où elle a joué dans environ 50 films, dont 2 téléfilms et notamment celui de « Cime tempestose », l'adaptation du roman d'Emily Brontë, « Les Hauts de Hurlevent ». Il a joué notamment dans les films « Le Christ interdit » (1951, drame), « Guerre et paix » (1956, historique, avec Audrey Hepburn), « Austerlitz » (1960, historique, avec Pierre Mondy et Jean Marais), « L'Homme aux cent visages » (1960, comédie), « Le Capitaine Fracasse » ou « La Bataille de Naples » (1962, drame). Ex-compagne de Vittorio Gassman, elle épouse en 1962 l'acteur Jean Sorel.
Portrait de Lucia Bosè
 
Notez-la !

Drapeau Italie 1931 - 2020
Italienne, 89 ans

Actrice italienne, connue par son rôle de Lucia Silvestri dans le film « Pâques sanglantes » (1950, de Giuseppe De Santis).

Autres points communs avec Sandra Milo