Jean-Paul Belmondo

 
Jean-Paul Belmondo
1933 - 2021
 

Acteur français, sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure contribuent à en faire rapidement l'une des plus grandes vedettes du cinéma français. Champion incontesté du box-office au même titre que Louis de Funès et Alain Delon à la même époque, Jean-Paul Belmondo a attiré dans les salles, en 50 ans de carrière, près de 160 millions de spectateurs ; entre 1969 et 1982, il a joué à 4 reprises dans les films les plus vus de l'année en France : Le Cerveau (1969), Peur sur la ville (1975), L'Animal (1977), L'As des as (1982), égalant le record de Fernandel et n'étant dépassé sur ce point que par Louis de Funès. Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, tels Alain Resnais, Louis Malle, Philippe de Broca, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Jean-Paul Rappeneau, Georges Lautner, Gérard Oury ou encore Alexandre Arcady, ainsi qu'avec quelques réalisateurs étrangers comme Vittorio De Sica, Mauro Bolognini ou Peter Brook. Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent mille dollars au soleil (1964), Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) ou Hold-up (1985).

Nationalité française Francais, né le 9 avril 1933 et mort le 6 septembre 2021

88 ans Mort à l'âge de 88 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean-Paul Belmondo ?


Contribuez !

Biographie

Jean-Paul Belmondo, né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine et mort le 6 septembre 2021 à Paris, est un acteur français. Il a été également producteur de cinéma et directeur de théâtre. Alternant dans les premières années de sa carrière des films populaires et d'Art et Essai avant de pencher nettement pour la première catégorie, sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure contribuent à en faire rapidement l'une des plus grandes vedettes du cinéma français. Champion incontesté du box-office au même titre que Louis de Funès et Alain Delon à la même époque, Jean-Paul Belmondo a attiré dans les salles, en cinquante ans de carrière, près de 160 millions de spectateurs ; entre 1969 et 1982, il a joué à quatre reprises dans les films les plus vus de l'année en France : Le Cerveau (1969), Peur sur la ville (1975), L'Animal (1977), L'As des as (1982), égalant le record de Fernandel et n'étant dépassé sur ce point que par Louis de Funès. Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, tels Alain Resnais, Louis Malle, Philippe de Broca, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Jean-Paul Rappeneau, Georges Lautner, Gérard Oury ou encore Alexandre Arcady, ainsi qu'avec quelques réalisateurs étrangers comme Vittorio De Sica, Mauro Bolognini ou Peter Brook. Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent mille dollars au soleil (1964), Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) ou Hold-up (1985).

Il est issu d'une famille d'artiste; son père, Paul Belmondo, d'origine sicilienne, est un sculpteur réputé et sa mère est artiste-peintre. Alain, son frère, est directeur de production et sa soeur, Muriel, est danseuse. Il fréquente plusieurs écoles Parisienne mais n'y reste jamais très longtemps car Jean-Paul est plutôt chahuteur. Passionné de boxe, Jean-Paul se rend également à l'"Avia-Club", un gymnase où il rencontre le boxeur Maurice Auzel futur champion de France.

À seize ans, il décide de devenir acteur. Il prépare le Conservatoire chez Raymond Girard. Un an après, le 3 juillet 1950, il débute sur scène avec une tournée dans les hôpitaux de Paris, dans le rôle du Prince de "La Belle au Bois Dormant". En 1951, il passe le concours d'entrée au Conservatoire et fait la connaissance de Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Michel Beaune et Pierre Vernier qui deviendront ses grands amis.

Le 4 décembre 1953, il épouse Elodie, danseuse à Saint-Germain-des-Prés et aura trois enfants avec elle : Patricia, Florence et Paul. Le 1er juillet 1956, il sort triomphant du conservatoire, après avoir obtenu du Jury un "1er accessit" pour "Amour et Piano", de Georges Feydeau et un "second accessit" pour "Les Fourberies de Scapin".

En 1957, il débute à l'écran dans de petits rôles : "Sois belle et tais toi", "Les tricheurs", "Les copains du Dimanche". En 1959, il tourne "A double tour" de Claude Chabrol puis c'est la révélation avec "A bout de souffle", dont il est la vedette, aux côtés de Jean Seberg, dans une mise en scène de Jean-Luc Godard. Jean-Paul Belmondo devient célèbre. François Truffaut déclare : "Pour moi, cela ne fait aucun doute, Jean-Paul Belmondo, est le meilleur "jeune premier" actuel, le meilleur et le plus complet. Belmondo peut jouer avec autant de vraisemblance et de naturel un aristocrate ou un garçon du peuple, un intellectuel ou un gangster, un prêtre ou un clown. Cette disponibilité est telle que Jean-Paul pourrait même jouer un homme aimé des femmes, un séducteur, ou au contraire un homme rejeté par elles et ces deux rôles contradictoires il serait capable de les conduire vers le drame ou vers la comédie, "à la demande".

A partir de 1964, Jean-Paul Belmondo rencontre un grand succès populaire avec plusieurs films et aborde tous les genres; l'aventure avec "100 000 dollars au soleil", "L'homme de Rio", la fantaisie avec "Les tribulations d'un chinois en Chine", "Pierrot le fou", l'action avec "Borsalino", le drame "Week-end à Zuydcoote"... Jean-Paul Belmondo dit de lui : "Je ne vis que pour jouer et continue à jouer quand je vis. Ce que j'apprécie le plus dans ma gloire, c'est la possibilité de pouvoir jouer ce que je veux. Je suis fier d'être une vedette populaire, comme l'étaient avant-guerre Aimos, Carette et... Gabin. Si dans dix ans, j'ai disparu du podium, j'espère que certains de mes films passeront dans les cinémathèques et que l'on dira de moi : il a fait une belle carrière".

Mais, sa carrière ne s'arrête pas là, Jean-Paul "tape dans le mille" avec des films tels que "Flic ou voyou", "Le guignolo", "Le professionnel", "L'as des as", "Le marginal", "Les morfalous" ... tous des succès au box office français. A cette époque, il semble que le célèbre comédien ait le souci de modifier son image auprès du public. C'est ainsi, par exemple, qu'il met fin à sa longue collaboration avec René Château qui s'occupait du lancement de ses films depuis 1968. A la cinquantaine passée, au moment où un comédien se doit de mettre en question sa carrière, il paraît évident que Jean-Paul Belmondo, comme Alain Delon, tient avant tout à ne pas rester enfermé dans les légendes qui ont fait sa gloire. Le souci de modifier son image, de refuser le confort des légendes passe aussi par le risque d'un retour aux sources, celui d'une remontée sur les planches, en 1987, pour incarner le comédien par excellence, "Kean", mis en scène par Robert Hossein. Et, ce risque pris, Jean-Paul Belmondo remporte un nouveau triomphe...

À partir du milieu des années 1980, ses films attirent moins de spectateurs, tandis que la critique ne l'épargne pas. Il est moins présent au cinéma et se produit surtout au théâtre. Il obtient cependant en 1989 le César du meilleur acteur pour son rôle dans Itinéraire d'un enfant gâté, distinction qu'il refuse. Depuis le début des années 2000, des problèmes de santé l'ont contraint à se retirer du cinéma et des planches, si l'on excepte un film sorti en 2009. Pour l'ensemble de sa carrière, il reçoit une Palme d'honneur au cours du festival de Cannes 2011 puis, lors de la cérémonie des Césars 2017, un hommage lui est rendu en sa présence et le public lui fait une longue ovation debout.

Jean-Paul Belmondo est mort le lundi 6 septembre 2021, à l'âge de 88 ans, à son domicile à Paris (France). C'est son avocat, Michel Godest, qui annonce la nouvelle en diffusant un communiqué à l'Agence France-Presse, indique : « Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement ».

Source : membres.lycos.fr  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean-Paul Belmondo en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean-Paul Belmondo.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean-Paul Belmondo ?

Citations

Les meilleures citations de Jean-Paul Belmondo.

Cet AVC a été un coup dur mais je l'ai vaincu.
Les femmes de plus de trente ans sont à leur meilleur niveau, mais les hommes de plus de trente ans sont trop âgés pour le reconnaître.
Mes parents m'ont transmis la volonté, ils m'ont toujours encouragé. La volonté a toujours été mon moteur.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jean-Paul Belmondo. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jean-Paul Belmondo, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Jean-Paul Belmondo.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Jean Paul Charles Belmondo
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jean-Paul Belmondo
  • Vrai nom : Jean Paul Belmondo
  • Vrai nom (2) : Jean-Paul Belmondo
  • Prénom : Jean
  • Prénom (2) : Paul
  • Prénom (3) : Jean-Paul
  • Prénom (4) : Charles
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Belmondo
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : jean paul belmondo, BELMONDEAU

Naissance

  • Date de naissance : 9 avril 1933
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 88 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean-Paul Belmondo ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean-Paul Belmondo, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
13 notes
5 étoiles
13
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Jean-Paul Belmondo est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean-Paul Belmondo au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 13 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Jean-Paul Belmondo était un acteur incroyable, il jouait vraiment bien, je me souviens de moments inoubliables passés en famille grâce à ses films.
Jean-Paul Belmondo était un acteur incroyable, il jouait vraiment bien, je me souviens de moments inoubliables passés en famille grâce à ses films. C'était quelqu'un de gentil, qui aimait tout le temps rigoler... Un des piliers du cinéma français. Il va nous manquer, il va manquer au cinéma ! On t'aime Jean-Paul ! ❤️❤️❤️
Commentez - il y a 2 ans
 Repose en paix l'As des As.
Repose en paix l as des as
Commentez - il y a 2 ans
 C'est un immense acteur. Il savait tout jouer. J'ai vu tous ses films et j'ai eu la chance de le voir au théâtre dans Cyrano de Bergerac.
Le Paradis parce que c'est un immense acteur qui mérite un max d'étoiles. Il savait tout jouer. J'ai vu tous ses films et j'ai eu la chance de le voir au théâtre dans Cyrano de Bergerac. Il se repose maintenant auprès d'autres grands acteurs/actrices. Il va énormément manquer. Heureusement ses films vont perdurer longtemps. Merci pour tout Monsieur Belmondo.
Commentez - il y a 2 ans
13 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean-Paul Belmondo ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Loet66 Bébel c’était une gueule, un acteur comme on n’en fait plus. Je me souviens de ses rôles comique, de flic ou voyou, il avait tant de facettes ! C’était aussi un homme de théâtre et on se souviendra longtemps de son rôle de Cyrano. Il ne se préoccupait pas de sa côte de popularité, c’était un seigneur et il le savait. Regarder un film de Belmondo des années 60 à 90, c’est plonger dans une époque sans téléphone portable ni réseau sociaux. Oui, Bébel nous a quitté mais par la magie du cinéma, il hantera nos mémoires pendant encore longtemps. Adieu l’ami, tu resteras à jamais pour moi Le Magnifique.
à l'instant
Répondre - il y a 2 ans
Studio-de-sterck Un ACTEUR COMMEDIEN inoubliable qui rejoint GABIN, "mes deux acteurs préféré".
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 59920 Un monstre du cinéma français nous a quitté.
RIP
Jean-Paul Belmondo en 1960.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 59920 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 59920 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 59920 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 59920 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 2 ans
Deveneta J'ai deux yeux, une larme à chaque oeil, une pour Jean Paul Belmondo, l'autre pour le Cinema.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 74192 son tombe et au cimetiere montparnasse
Répondre - il y a 2 ans

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean-Paul Belmondo et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres acteur francais

Portrait de Jean Gabin
 

Drapeau France 1904 - 1976
Francais, 72 ans

Acteur français, figure incontournable du cinéma français, son physique imposant et son regard sombre lui feront incarner la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard. Sa filmographie de 95 films compte un nombre important de classiques comme «Le Quai des brumes» (1927), «Gueule d'amour» (1937), «Pépé le Moko» (1937), «La Bête humaine» (1938), «La Grande Illusion» (1937), «Touchez pas au grisbi» (1954), «La Traversée de Paris» (1956), «Un singe en hiver» (1962), «Le Pacha» (1968) ou «Le Chat» (1971). Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l'époque comme Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon.
Portrait de Paul Préboist
 

Drapeau France 1927 - 1997
Francais, 70 ans

Acteur et comique français ayant joué dans + de 120 films et connu pour ses nombreuses apparitions dans les émissions de Patrick Sébastien.
Portrait de Louis De Funès
 

Drapeau France 1914 - 1983
Francais, 68 ans

Acteur comique français le plus célèbre du cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle, interprétant son personnage de français moyen impulsif, râleur, au franc-parler parfois dévastateur, aux mimiques et verbigérations muettes. Il a joué dans + de 140 films dont « La Traversée de Paris (1956) », « Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) » et ses suites, la trilogie « Fantômas » (1964), « Le Corniaud » (1965), « La Grande Vadrouille » (1966), « Le Grand Restaurant » (1966), « Oscar » (1967), « Le Petit Baigneur » (1967), « Hibernatus » (1969), « La Folie des grandeurs » (1971), « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973), « L'Aile ou la Cuisse » (1976), « La Zizanie » (1978), « La Soupe aux choux » (1981), « L'Avare » (1980). Très peu récompensé, il reçoit seulement un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1980.
Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Francis Blanche
 

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Jean Marais
 

Drapeau France 1913 - 1998
Francais, 84 ans

Acteur français, César d'honneur en 1993, connu pour ses rôles dans les films : « La Belle et la Bête » (1946, fantastique, de Jean Cocteau), « Le Bossu » (1959, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitan » (1960, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitaine Fracasse » (1961, cape et d'épée) et la trilogie Fantômas avec Louis de Funès : « Fantomas » (1964), « Fantômas se déchaîne » (1965) et « Fantômas contre Scotland Yard » (1967).

Autres points communs avec Jean-Paul Belmondo