Emile Driant

1556ème
Emile Driant
1855 - 1916
Score : 2 000

Militaire et romancier français écrivant sous le pseudonyme du "Capitaine Danrit" pour échapper à la censure de ses supérieurs. Il aborde les thèmes militaires les plus divers en écrivant près de 30 romans en 25 ans.

60 ans Mort à l'âge de 60 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Emile Driant ?


Contribuez !

Biographie

Émile Driant (Neufchâtel-sur-Aisne, 11 septembre 1855-Beaumont-en-Verdunois, 22 février 1916) est un officier de carrière français. Gendre du général Boulanger, « Jules Verne militaire » sous le pseudonyme de Danrit ou capitaine Danrit, député de Nancy, il reprend le service au début de la Première Guerre mondiale. Il meurt à Verdun à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs, en février 1916.

Émile Driant naît le 11 septembre 1855, à Neufchâtel-sur-Aisne, où son père est juge de paix. Élève au lycée de Reims, il obtient le premier prix d'histoire au Concours général. Contrairement au souhait de son père de le voir lui succéder, Émile désire être soldat, marqué par la défaite de 1871 et le passage des troupes prussiennes. Après avoir obtenu une licence ès-lettres et en droit, il intègre Saint-Cyr à vingt ans, en 1875. Sorti quatrième deux ans plus tard, il entame une carrière militaire des plus méritantes : « petit, mais solide, santé à toute épreuve, très actif et toujours prêt ; monte fort bien à cheval et a un goût très prononcé pour l'équitation, très intelligent a devant lui le plus bel avenir » écrira un de ses supérieurs. À sa sortie, le sous-lieutenant Driant choisit l’infanterie.

En mai 1884, il devient en Afrique officier d’ordonnance du général Georges Boulanger, qui commandait la division d’occupation en Tunisie. Il reste au service du général pendant plusieurs années et le suit aux mêmes fonctions lorsque Boulanger devient ministre de la Guerre en 1886.

Le 29 octobre 1887, il épouse à Paris Marcelle Boulanger, une des filles du Général Boulanger alors que celui-ci venait juste d’être mis assez brutalement à la retraite au mois de mars précédent. Driant regagne alors la Tunisie en tant que Capitaine au 4e Zouaves en garnison à Tunis. Il ne prendra jamais part aux activités politiques du courant Boulangiste. Fin 1892, il prend toutefois huit jours d’arrêts pour avoir défendu la mémoire de son beau-père dans Le Figaro après la chute et le suicide de celui-ci.

Nommé chef de bataillon depuis 1896, le commandant Driant est nommé en juillet 1899 chef de corps du 1er bataillon de chasseurs à pied en garnison à Troyes. Il exerce son commandement avec mérite relatent ses subordonnés et la presse locale, et fait du premier bataillon, un bataillon d’élite bientôt connu dans toute l’armée française sous le nom de « Bataillon Driant ».

Promis aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire, trois affaires successives lui en enlèvent tout espoir. L’affaire des fiches, en 1904, provoque un scandale. De 1900 à 1904, un système de hiérarchie parallèle illustre la lutte entre le socialisme et la franc-maçonnerie d'un côté et le catholicisme au sein de l’armée. Le ministère avait fait établir pour chaque officier une fiche de renseignements politiques et confessionnels indépendante des notes attribuées par les supérieurs hiérarchiques, bloquant l'avancement des officiers de confession catholique. Émile Driant crée 2 ligues après l’affaire des fiches : la ligue antimaçonnique, ne comprenant que des hommes, et la ligue de Jeanne d'Arc, réservée aux femmes. Ces deux ligues fusionnent en 1906 avec l'Union française antimaçonnique, dirigée par Paul Copin-Albancelli. La nouvelle entité prend alors le nom de Ligue française anti-maçonnique. Mais elle éclate en 1909 et Copin-Albancelli fonde la Ligue de défense nationale contre la franc-maçonnerie.

Certes, le général André, ministre de la Guerre, démissionne, mais Driant manifeste haut et fort devant ses officiers son indignation. Il fait aussitôt l’objet d’un rappel à l’ordre de la part du ministre qui, par ailleurs, l’écarte du tableau d’avancement pour l’année suivante.

En 1905, il prend 15 jours d’arrêts simples pour avoir fait publier dans la presse des notes personnelles.

Dernière affaire, la célébration de la bataille de Sidi-Brahim à Troyes débute par une messe à laquelle une partie du bataillon participe librement. Mais en plein climat de séparation des Églises et de l’État, Maurice Berteaux, ministre de la Guerre, demande des explications au général commandant le 20e corps. La presse s’empare de l’incident et publie la réponse de Driant à son supérieur. Quinze jours d’arrêts de rigueur sanctionnent cet écart, après quoi Driant décide de démissionner de l'armée.

Émile Driant dit Capitaine Danrit, quitte l’armée à 50 ans, le 31 décembre 1905. Bien noté mais ayant publiquement pris position sur son institution car défenseur intransigeant de l’armée, ennemi de toute concession faite à l’Allemagne, il se lance sans tarder en politique.

Il est élu aux élections législatives de 1910 dans la troisième circonscription de Nancy, sous l’étiquette de l’Action libérale. Il renouvelle son mandat quatre ans plus tard.

Il consacre ces législatures aux questions militaires comme membre actif de la commission de l’Armée. Ami de Paul Déroulède et de Maurice Barrès, il devient rapidement un des principaux intervenants contre la gauche dans les débats parlementaires portant sur l’armée et la défense.

Assidu aux séances de la Chambre des députés, mêlant le catholicisme social d'Albert de Mun aux idées de Vogüé et de Lavisse, il intervient pour faire voter les crédits militaires et soutient Barthou lors du vote de la « loi de Salut » qui porte à trois ans le service national. Il s'insurge contre le déclassement des places fortes frontalières – il parvient à sauver celle de Lille en 1912 – et s'intéresse avant guerre à la toute récente aéronautique militaire. Driant s'oppose aux thèses de Briand et de Jaurès, s'appuyant sur des exemples tirés des événements de Russie. L'armée doit jouer un rôle essentiel, avant tout comme instrument d'éducation des classes populaires et le cas échéant comme instrument contre-révolutionnaire. C'est le concept de l'armée-école et de l'apostolat social, qui s'inscrit alors dans la mouvance des Dragomirov, Art Roë et Lyautey. Il s'intéresse ainsi aux luttes sociales, dans la mesure où elles peuvent compromettre la Défense nationale. Il soutient le syndicalisme indépendant, dit « jaune », fondé par Pierre Biétry avec l'appui de l'industriel Gaston Japy. Ceux-ci prônent l'association entre le capital-travail et le capital-argent. Les textes de Driant défendent le principe de la liberté par la propriété individuelle, au moyen de la participation progressive des ouvriers au capital des entreprises. Parmi les principaux votes du député Driant, durant la législature 1910-1914, figurent des résolutions telles que la journée de dix heures, les retraites, les libertés syndicales, et diverses mesures d'aide sociale.

Très tôt, encore à l'armée, Émile Driant se lance dans la littérature sous le nom de « capitaine Danrit », anagramme de son nom pour échapper à la censure de ses chefs, dans ce genre nouveau du roman d’anticipation dont Jules Verne a ouvert la voie et qui s’alimente des progrès que connaît l’époque (électricité, moteur à explosion, débuts de l’aviation…)

Driant aborde les thèmes militaires les plus divers en écrivant près de trente romans en vingt-cinq ans, et le succès est au rendez-vous.

Ses récits s'inspirent du modèle vernien de roman d'aventures, mais revu à travers la défaite de Sedan et l'expansionnisme colonial français. La découverte du monde et de ses merveilles devient l'évocation de richesses à puiser ou de menaces à circonscrire ; les machines extraordinaires, qui permettaient, chez Verne, de voyager à travers les airs et les mers, sont désormais avant tout des engins de guerre, pour détruire l'adversaire. Son œuvre est caractéristique du roman d'aventures coloniales de la fin du xixe siècle à la logique plus spécifique des années précédant la Première Guerre mondiale. Ses écrits, où il accorde une vaste place à l'armée, affirme son goût des grands hommes et sa défiance des parlementaires, sont le reflet d'une opinion publique obsédée par la menace d'une guerre. Ils accompagnent les discours quotidiens de la presse, toujours attentive aux incidents internationaux.

Son premier livre paru en 1892, La Guerre de forteresse, met en avant la valeur stratégique des forts construits sur la frontière est de la France, forts qui préservent le pays d’une attaque surprise et qui, en résistant quelques jours, permettent aux armées françaises de se mobiliser et de rejoindre les frontières. Le fort de Liouville qu’il décrit dans son livre connaîtra effectivement le feu en septembre 1914.

Son deuxième roman, La Guerre en rase campagne, donne un exemple de mobilisation, de transport des troupes par mer et par voie ferrée. Le troisième, La Guerre en ballon, apporte un peu d’apaisement à sa préoccupation majeure qui est la prochaine guerre. Cette trilogie porte le nom générique de La Guerre de demain.

Dans cette œuvre romanesque, Driant exalte sans cesse le service de la France, l’exemple de l’officier, la mission à accomplir. Cette obsession de la guerre se poursuit en 1894, avec L’Invasion Noire, où les populations d’Afrique Noire soulevées par les Turcs envahissent l’Europe et ne seront stoppées que par des gaz asphyxiants lâchés des dirigeables français.

Cet état d’esprit inspire des ouvrages plus pédagogiques avec l’Histoire d’une famille de soldats, une trilogie courant de la Révolution à l’époque de l’auteur qu’il écrit à partir de 1898 : Jean Tapin, où il évoque la période de 1792 à 1830, et démontre, au travers de l’histoire d’un jeune tambour, la nécessité de s’instruire pour prétendre commander les hommes. Dans les Filleuls de Napoléon, sous le Second Empire, il souligne le rôle d’éducateur de l’officier, et Petit Marsouin parle de cette armée de la Troisième République en pleine refondation avec la généralisation de la conscription.

En 1898, il échafaude La guerre fatale qui se déroule, d’abord sur les mers contre la perfide Albion (sans-doute influencé par la grave crise diplomatique franco-anglaise liée à l’affaire de Fachoda, et puis pendant la Seconde Guerre des Boers) avec le rôle prédominant du sous-marin. Driant défend et illustre ainsi les thèses de l’Amiral Aube et de la Jeune École.

En 1905, très fortement impressionné par la victoire japonaise sur la flotte russe, lors de la bataille des îles Tsoushima, Driant conçoit L’Invasion jaune où les Japonais soulèvent la masse humaine chinoise et indienne contre l’Europe. Le roman se termine par le succès des armées sino-japonaises sur la meilleure armée européenne, celle de l’empire allemand, entraînant la fin de la prédominance de l’Europe.

À cette époque, il a décrit Les Quatre dangers qui doivent être à l’esprit des Français : l’Angleterre, l’Allemagne, les Jaunes, les Noirs. Sous la pression des évènements, il écrit Les Robinsons sous-marins en 1901, Ordre du Tzar en 1906, Au-dessus du continent noir, Alerte en 1911, et La Guerre souterraine en 1913 avec le pressentiment d’une guerre imminente. Paru en 1910, La Révolution de demain, où il raconte comment la CGT et les socialistes ont pris le pouvoir en France, décrit la populace parisienne déchaînée attaquant une caserne et massacrant les soldats désarmés à coups de pavés lancés du haut des toits.

Dans L’Aviateur du Pacifique paru en 1910, il raconte l’histoire d’un génial inventeur français qui invente un aéronef au moteur polycarburant et décide de faire le tour du monde pour prouver aux nations industrialisées la fiabilité de son invention. Quand il arrive au-dessus du Pacifique du côté de Pearl Harbour – Midway attaqué, il ne peut prévenir les États-Unis par radio-télégraphie car les Japonais ont disposé dans le Pacifique une chaîne de chalutiers équipés d’antennes destinées à brouiller les ondes radio.

Ses ouvrages, illustrés le plus souvent par Paul de Sémant ou Georges Dutriac, ont un tel succès qu’ils sont remis lors des distributions des prix en fin d’année scolaire.

Il vit de 1905 à sa mort au n°47 avenue Georges-Mandel (16e arrondissement de Paris), où une plaque lui rend hommage.

En décembre 1915, il brigue le siège d’Albert de Mun à l’Académie française : sa mort, le 22 février 1916, arrête sa candidature.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Emile Driant en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Emile Driant.

Vous savez où se trouve la tombe d'Emile Driant ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Emile Driant pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Emile Driant, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Emile Driant.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Emile Driant
  • Nom complet : --
  • Prénom : Emile
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Driant
  • Pseudonyme : Danrit, Capitaine Danrit
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Émile Driant, Lieutenant-colonel Driant, Colonnel Dirant, Colonel Driant

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 60 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Emile Driant ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Emile Driant, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Emile Driant est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Emile Driant au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Grand écrivain et grand militaire
Très grand écrivain et grand militaire qui trouva la mort aux bois des Caures en 1916
Commentez - il y a 1 an

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Emile Driant afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

1556ème
2 000 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Emile Driant
1556ème

Drapeau France 1855 - 1916
Francais, 60 ans

Militaire et romancier français écrivant sous le pseudonyme du "Capitaine Danrit" pour échapper à la censure de ses supérieurs. Il aborde les thèmes militaires les plus divers en écrivant près de 30 romans en 25 ans.
+49
places depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Emile Driant dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 5 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Emile Driant, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Anonyme 59920
2 000 points en 30 jours (1 action).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Emile Driant. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Emile Driant et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Emile Driant pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Emile Driant ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 59920 Émile Driant (Neufchâtel-sur-Aisne, 11 septembre 1855-Beaumont-en-Verdunois, 22 février 1916)
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Driant
Respects à lui...
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) Nous allons compléter sa fiche prochainement.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 59920 à : Si çapeut vous aider..
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/emile-driant
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) à : Merci
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Emile Driant et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres romancier francais

Portrait de Victor Hugo
65ème

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jules Verne
198ème

Drapeau France 1828 - 1905
Francais, 77 ans

Écrivain français, l'un des plus grands romanciers du monde dont l'œuvre est principalement constituée de romans d'aventures utilisant les progrès scientifiques propres au XIXe siècle dont : « Voyage au centre de la Terre » (1864), « Vingt mille lieues sous les mers » (1870), « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1873), « L'Île mystérieuse » (1874-1875) ou « Michel Strogoff » (1876). L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'écrivain.
Portrait de Roger Knobelspiess
175ème

Drapeau France 1947 - 2017
Francais, 69 ans

Ancien délinquant français devenu acteur et écrivain dont l'oeuvre est entièrement consacrée à l'univers carcéral. Ex-taulard, il se battait pour la condition des détenus après avoir passé lui-même un total de 26 ans en prison.
Portrait de Guy De Maupassant
1811ème

Drapeau France 1850 - 1893
Francais, 42 ans

Écrivain français a marqué la littérature française par ses romans dont « Une vie » (1883), « Bel-Ami » (1885), « Pierre et Jean » (1887), et surtout par ses nouvelles comme « Boule de suif » (1880), les « Contes de la bécasse » (1883) ou « Le Horla » (1887). Ses œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent, mais aussi par la maîtrise stylistique. Reconnu de son vivant, la carrière littéraire de Maupassant se limite seulement à une décennie (de 1880 à 1890) avant qu'il ne sombre peu à peu dans la folie et ne meure à 42 ans.
Portrait de Albert Camus
603ème

Drapeau France 1913 - 1960
Francais, 46 ans

Romancier, dramaturge et essayiste français, prix Nobel de littérature en 1957, son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ». Ses oeuvres les plus connus sont L'Étranger (1942, roman), Le Mythe de Sisyphe (1942, essai), Caligula (1944, pièce de théâtre) La Peste (1947, roman), Les Justes (1949, pièce de théâtre), L'Homme révolté (1951, essai) ou La Chute (1956, roman).
Portrait de Jean D'Ormesson
957ème

Drapeau France 1925 - 2017
Francais, 92 ans

Romancier français, membre de l'Académie française, connu pour ses romans La Gloire de l'Empire (1971), Au plaisir de Dieu (1974), Dieu, sa vie, son œuvre (1981), Histoire du Juif errant (1992), C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010) ou Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (2016).

Autres militaire (hommes) francais

Portrait de Victor Hugo
65ème

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jules Verne
198ème

Drapeau France 1828 - 1905
Francais, 77 ans

Écrivain français, l'un des plus grands romanciers du monde dont l'œuvre est principalement constituée de romans d'aventures utilisant les progrès scientifiques propres au XIXe siècle dont : « Voyage au centre de la Terre » (1864), « Vingt mille lieues sous les mers » (1870), « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1873), « L'Île mystérieuse » (1874-1875) ou « Michel Strogoff » (1876). L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'écrivain.
Portrait de Roger Knobelspiess
175ème

Drapeau France 1947 - 2017
Francais, 69 ans

Ancien délinquant français devenu acteur et écrivain dont l'oeuvre est entièrement consacrée à l'univers carcéral. Ex-taulard, il se battait pour la condition des détenus après avoir passé lui-même un total de 26 ans en prison.
Portrait de Guy De Maupassant
1811ème

Drapeau France 1850 - 1893
Francais, 42 ans

Écrivain français a marqué la littérature française par ses romans dont « Une vie » (1883), « Bel-Ami » (1885), « Pierre et Jean » (1887), et surtout par ses nouvelles comme « Boule de suif » (1880), les « Contes de la bécasse » (1883) ou « Le Horla » (1887). Ses œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent, mais aussi par la maîtrise stylistique. Reconnu de son vivant, la carrière littéraire de Maupassant se limite seulement à une décennie (de 1880 à 1890) avant qu'il ne sombre peu à peu dans la folie et ne meure à 42 ans.
Portrait de Albert Camus
603ème

Drapeau France 1913 - 1960
Francais, 46 ans

Romancier, dramaturge et essayiste français, prix Nobel de littérature en 1957, son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ». Ses oeuvres les plus connus sont L'Étranger (1942, roman), Le Mythe de Sisyphe (1942, essai), Caligula (1944, pièce de théâtre) La Peste (1947, roman), Les Justes (1949, pièce de théâtre), L'Homme révolté (1951, essai) ou La Chute (1956, roman).
Portrait de Jean D'Ormesson
957ème

Drapeau France 1925 - 2017
Francais, 92 ans

Romancier français, membre de l'Académie française, connu pour ses romans La Gloire de l'Empire (1971), Au plaisir de Dieu (1974), Dieu, sa vie, son œuvre (1981), Histoire du Juif errant (1992), C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010) ou Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (2016).