Marceline Loridan-Ivens

 
Marceline Loridan-Ivens
1928 - 2018
 

Cinéaste française connue pour le monologue qu'elle tient place de la Concorde à Paris dans le film documentaire de Jean Rouch et Edgar Morin, « Chronique d'un été » (1961), qui est l'un des premiers témoignages filmés de la déportation durant la Seconde Guerre mondiale.

Nationalité française Française, née le 19 mars 1928 et morte le 18 septembre 2018

90 ans Morte à l'âge de 90 ans (de quoi ?).

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Marceline Loridan-Ivens ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 1 an que Marceline Loridan-Ivens est morte le mercredi 18 septembre 2019. Plus que 26 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Marceline Loridan-Ivens (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Marceline Loridan-Ivens, née Rozenberg, est une cinéaste française née le 19 mars 1928 à Épinal et morte le 18 septembre 2018 à Paris. Elle est notamment connue pour le monologue qu'elle tient place de la Concorde à Paris dans le film documentaire de Jean Rouch et Edgar Morin, « Chronique d'un été » (1961), qui est l'un des premiers témoignages filmés de la déportation durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est également connu pour les films : Algérie, année zéro, Le 17e parallèle (1968, documentaire), Une histoire de ballon, lycée n° 31 Pékin (1976, documentaire), Comment Yukong déplaça les montagnes (1976, documentaire), Une histoire de vent (1989, documentaire) ou La Petite Prairie aux bouleaux (2003, drame, avec Jeanne Moreau).

Marceline Rozenberg est née de parents juifs polonais, émigrés en France depuis 1919. Au début de la Seconde Guerre mondiale, sa famille s'installe dans le Vaucluse. Leur dernière adresse est: Domaine de Gourdon à Bollène dans le Vaucluse. C'est là qu’elle entre dans la Résistance. Capturée par la Gestapo avec son père, Szlama Rozenberg, elle est déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi 71 du 13 avril 1944, dans le même convoi que son père, Simone Veil et Anne-Lise Stern, puis à Bergen-Belsen, enfin au camp de concentration de Theresienstadt. Elle recouvre la liberté à la libération du camp, le 10 mai 1945 par l'Armée rouge.

Elle épouse Francis Loridan, jeune ingénieur en travaux publics, engagé sur des chantiers lointains. Des années plus tard ils divorceront et Francis autorisera Marceline à conserver son nom.

Elle adhère au Parti communiste français en 1955 et le quitte un an plus tard. Elle croise alors des « déviationnistes », comme le philosophe Henri Lefebvre ou le sociologue Edgar Morin, tape des manuscrits pour des intellectuels, travaille au service reprographie d'un institut de sondage, est « porteuse de valises » pour le FLN et fréquente les nuits parisiennes de Saint-Germain-des-Prés.

En 1963, elle rencontre et épouse le réalisateur de documentaires Joris Ivens de trente ans son aîné. Elle l'assiste dans son travail et coréalise certains de ses films comme Le 17e parallèle en 1968. Ils ont une liaison et partent ensemble pour le Vietnam, où ils sont reçus par le président Hô Chi Minh.

De 1972 à 1976, pendant la révolution culturelle déclenchée par le président Mao Zedong, Joris Ivens et Marceline Loridan travaillent en Chine et réalisent Comment Yukong déplaça les montagnes composé d'une série de 12 films. Critiqués par Jiang Qing, la femme de Mao, ils doivent quitter précipitamment la Chine.

En 2003, elle réalise un film de fiction, La Petite Prairie aux bouleaux, avec Anouk Aimée, très inspiré de son parcours dans les camps (le titre est la traduction du nom polonais Brzezinka, germanisé en Birkenau).

Elle a donné des conférences et témoigné dans les collèges et les lycées sur la Shoah.

Marceline Loridan-Ivens est morte le mardi 18 septembre 2018 à l'âge de 90 ans à Paris (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Marceline Loridan-Ivens en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Marceline Loridan-Ivens.

Vous savez où se trouve la tombe de Marceline Loridan-Ivens ?

Citations

Les meilleures citations de Marceline Loridan-Ivens.

Je suis revenue de là-bas comme glacée de l'intérieur. J'ai mis tellement de temps à être dans la vie, à pouvoir simplement écouter de la musique.
Trente ans plus tard, je me disais qu'il fallait que je reste svelte pour ne pas passer au gaz.
La perversité des SS prend sa mesure dans la blessure de l'intime.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Marceline Loridan-Ivens. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Marceline Loridan-Ivens, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Marceline Loridan-Ivens.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Marceline Loridan-Ivens
  • Vrai nom : Marceline Loridan-Ivens
  • Vrai nom (2) : Marceline Rozenberg
  • Prénom : Marceline
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Loridan-Ivens
  • Nom de famille (2) : Rozenberg
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 19 mars 1928
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 90 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Marceline Loridan-Ivens ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Marceline Loridan-Ivens, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Marceline Loridan-Ivens est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Marceline Loridan-Ivens au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Femme très courageuse,amie de Simone Veil dans les Camps de concentration, elle portait son témoignage dans les écoles, comme devoir de mémoire auprès des enfants.
Femme très courageuse,amie de Simone Veil dans les Camps de concentration, elle portait son témoignage dans les écoles,comme devoir de mémoire auprès des enfants, rien que pour cette démarche elle mérite 5/5.suz38.
Commentez - il y a 12 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Marceline Loridan-Ivens ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias https://www.youtube.com/watch?v=XdaigSpxxFY

« L’amour après » les camps, le témoignage de Marceline Loridan-Ivens
Répondre - il y a 12 mois
Donias https://www.youtube.com/watch?v=GvXogxTVIrU

Témoignage : Marceline Loridan-Ivens, la petite prairie aux bouleaux
Répondre - il y a 12 mois
Donias https://www.youtube.com/watch?v=v9Fszpu7ZB0

Marceline Loridan-Ivens invitée de Jean-Pierre Elkabbach
Répondre - il y a 12 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Marceline Loridan-Ivens et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres cinéaste (femmes) française

Portrait de Agnès Varda
 

Drapeau France 1928 - 2019
Française, 90 ans

Cinéaste française, l'une des rares réalisatrices de la Nouvelle Vague, elle a notamment réalisé les films La Pointe courte (1955), Cléo de 5 à 7 (1962), Ulysse (1984, César du meilleur court métrage documentaire), Sans toit ni loi (1985, Lion d'or à la Mostra de Venise), Jacquot de Nantes (1991), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), Deux ans après (2002), Les Plages d'Agnès (2009, César du meilleur film documentaire) et Visages, villages (2017). L'ensemble de son œuvre cinématographique est récompensée par un César d'honneur en 2001, par le prix René-Clair de l'Académie française en 2002, par une Palme d'honneur au Festival de Cannes 2015, par un Oscar d'honneur reçu en 2017, et par la Caméra de la Berlinale en 2019.
Portrait de Yannick Bellon
 
Notez-la !

Drapeau France 1924 - 2019
Française, 95 ans

Cinéaste française, féministe connue pour avoir tourné « L'Amour Violé » (1978) ou « Les Enfants du désordre » (1989).
Portrait de Michèle Rosier
 
Notez-la !

Drapeau France 1930 - 2017
Française, 86 ans

Réalisatrice française connue pour avoir réalisé « Georges qui ? » (1973) et « Mon coeur est rouge » (1977) pour un total de 8 longs-métrages en 40 ans de carrière.
Portrait de Delphine Seyrig
 

Drapeau France 1932 - 1990
Française, 58 ans

Actrice, Artiste, Cinéaste (Art, Cinéma).
Portrait de Jeanne Moreau
 

Drapeau France 1928 - 2017
Française, 89 ans

Actrice française reconnaissable par son inimitable voix grave, elle fut une grande actrice française à la beauté sensuelle qui joua dans plus de 130 films, dont « Ascenseur pour l'échafaud » (1958), « Jules et Jim » (1962), « Eva » (1962), « Le Journal d'une femme de chambre » (1964), « Viva María! » (1965), « La mariée était en noir » (1968), « Les Amants » (1958), « La Vieille qui marchait dans la mer » (1991, César de la meilleure actrice)... Elle remporta 2 César d'honneur en 1995 et en 2008. En 1998, l'Académie américaine des arts et des sciences du cinéma lui décerne un Oscar d'honneur.
Portrait de Juliet Berto
 
Notez-la !

Drapeau France 1947 - 1990
Française, 42 ans

Actrice, Artiste, Cinéaste, Metteuse en scène (Art, Cinéma, Théâtre).

Autres points communs avec Marceline Loridan-Ivens