Maria Deraismes

 
Maria Deraismes
1828 - 1894
 

Femme de lettres et féministe française, 1ère femme initiée à la franc-maçonnerie en France, elle est à l'origine de la création de l'ordre maçonnique mixte international « le Droit humain ».

Nationalité française Française, née le 17 août 1828 et morte le 6 février 1894

65 ans Morte victime d'un emphysème (drogue) à l'âge de 65 ans.

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Maria Deraismes ?


Contribuez !

Biographie

Marie Adélaïde Deraismes, dite Maria Deraismes, est une féministe, oratrice et femme de lettres française née le 17 août 1828 à Paris et morte le 6 février 1894 dans le 17e arrondissement de Paris. Première femme initiée à la franc-maçonnerie en France, à la fin du XIXe siècle, elle est à l'origine de la création de l'ordre maçonnique mixte international « le Droit humain ».

Issue d’une famille bourgeoise libérale, son père est un voltairien anticlérical. Autodidacte, elle a appris à lire avec sa sœur ainée, et s’est familiarisée avec les écrivains de l’Antiquité grecque et latine, des Lumières et les philosophes allemands. À ses débuts Maria se destine à devenir peintre comme son idole Rosa Bonheur. Elle reçoit d'abord des cours d'un élève du peintre d'histoire P. Delaroche puis, sa famille s'étant installée à Nice, de Ferrari, peintre en titre du roi de Piémont. De retour à Paris après le décès de son père en 1852, Maria s'inscrit dans l'atelier pour femmes de Léon Cogniet, mais se tourne vers l'écriture.

Inscrite dans son siècle où les idées féministes prolifèrent et agitent la vie intellectuelle au même titre que les oppositions entre républicains et conservateurs, elle écrit dans Le Nain jaune et Le Grand Journal.

Sa culture et son éloquence lui donnent l'occasion de mettre en valeur ses talents d'oratrice, en 1866, lorsqu’elle accepte l’invitation de Léon Richer à la loge du Grand Orient de France (GODF) pour réagir à l’article misogyne « Les bas-bleus » de Barbey d'Aurevilly, avec une conférence sur la morale. Celle qui, à 12 ans déjà, prononçait des discours dans le kiosque du jardin familial remporte un succès, et donne d’autres conférences sur des thèmes féministes.

En 1869, elle est la cofondatrice avec Paule Minck, Louise Michel et Léon Richer de la Société pour la revendication des droits civils des femmes puis, en 1870, toujours avec Léon Richer, de l'Association pour le droit des femmes, qu'elle préside. Elle participe au journal Le Droit des femmes, fondé par Léon Richer, qui deviendra en 1870 L'Avenir des femmes. Avec lui, tout en fréquentant les milieux francs-maçons, elle entreprend de défendre la cause des femmes, qu'elle associe à son combat pour la laïcité. En 1874, avec Virginie Griess-Traut, militante fouriériste, pacifiste et féministe, Aline Valette, socialiste et féministe, Hubertine Auclert, elle crée la Société pour l'amélioration du sort de la femme.

En 1869 et 1870, elle soutient activement le groupe de Louise Michel, André Léo, Élisée Reclus visant à l'instauration d'une éducation pour les filles. Après la guerre de 1870, propagandiste de la jeune République, elle défend les idées démocratiques. Elle entreprend alors une nouvelle série de conférences sur les droits de l'enfant, le suffrage universel, etc. En 1878, elle coorganise avec Léon Richer le Congrès international du droit des femmes, qui aborde cinq principaux thèmes : histoire, éducation, économie, morale et législation. En 1881, elle organise, avec Victor Poupin, le 1er Congrès anticlérical au GODF ; elle devient dirigeante du journal Le Républicain de Seine et Oise la même année où ce droit est accordé aux femmes.

ace aux refus successifs des obédiences d'accueillir et initier des femmes, la loge du Pecq décide alors d'entrer en résistance. Avec la complicité active du docteur Georges Martin, Maria Deraismes est la première femme initiée le 14 janvier 1882 dans la loge « Les Libres-Penseurs » à l'Orient du Pecq. Cette initiation provoque un profond séisme dans la franc-maçonnerie française. Sa loge est suspendue de la Grande Loge symbolique écossaise. Des tractations ont lieu avec les frères rebelles et, cinq mois plus tard, la loge du Pecq adresse à la GLSE la liste de ses membres parmi lesquels le nom de Maria Deraismes n'apparaît pas. L'incident est clos et la loge est réintégrée au sein de l'obédience de la Grande Loge symbolique.

Onze ans après, Maria Deraismes réunit chez elle, les 1er juin 1892 et 4 mars 1893, seize femmes de la bourgeoisie républicaine à qui elle va donner la « Lumière maçonnique ». Assistée de Georges Martin, elle leur confère le premier grade symbolique d'« apprenti-maçon » le 14 mars 1893 ; celui de compagnon le 24 mars et celui de maître le 1er avril. En tant que « vénérable maître fondatrice », elle fait procéder le 4 avril à l'élection des officiers et à la lecture des articles de la constitution déposée au Ministère de l'Intérieur et à la Préfecture de Police, articles qui furent adoptés par vote. La Grande Loge symbolique écossaise mixte « Le Droit humain » qui deviendra l'Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain », cinquième obédience maçonnique française, est ainsi créée.

Maria Deraismes est morte le mardi 6 février 1894, à l'âge de 65 ans, d'un emphysème, à son domicile de la rue Cardinet dans le 17e arrondissement de Paris (France). Elle ne verra pas son travail achevé et la tâche d'organisation et de développement du Droit Humain reviendront au docteur Georges Martin. Elle est inhumée trois jours plus tard dans le cimetière de Montmartre (31e division). Peu avant son décès, elle laisse le message suivant : « Je vous laisse le Temple inachevé, poursuivez, entre ses Colonnes, le Droit de l’Humanité ».

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Maria Deraismes en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Maria Deraismes.

Vous savez où se trouve la tombe de Maria Deraismes ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Maria Deraismes pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Maria Deraismes, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Maria Deraismes.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Marie Adélaïde Deraismes
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Maria Deraismes
  • Vrai nom : Marie Deraismes
  • Prénom : Marie
  • Prénom (2) : Adélaïde
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Deraismes
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : Maria Deraismes
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 65 ans
  • Cause de mort : Emphysème (Tabagisme)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Maria Deraismes ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Maria Deraismes, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Maria Deraismes ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Maria Deraismes et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres féministe (femmes) française

Portrait de Evelyne Sullerot
 
Notez-la !

Drapeau France 1924 - 2017
Française, 92 ans

Sociologue et militante féministe française, cofondatrice du Planning familial et connue pour avoir fait avancer la cause des femmes avant de devenir une militante de celle des pères et de s'éloigner de la mouvance féministe.
Portrait de Gisèle Halimi
 

Drapeau France 1927 - 2020
Française, 93 ans

Avocate franco-tunisienne, militante féministe, elle a défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie et s’est battue pour la libéralisation de l’avortement et la criminalisation du viol.
Portrait de Benoîte Groult
 

Drapeau France 1920 - 2016
Française, 96 ans

Artiste, Écrivaine, Féministe, Femme politique, Journaliste, Romancière (Art, Journalisme, Littérature, Politique).
Portrait de Maya Surduts
 
Notez-la !

Drapeau France 1937 - 2016
Française, 79 ans

Féministe, Femme politique, Humaniste (Politique).
Portrait de Françoise Héritier
 

Drapeau France 1933 - 2017
Française, 84 ans

Anthropologue et ethnologue et féministe française, connu pour ses études sur la domination masculine, les systèmes de parenté et la prohibition de l'inceste, était directrice d'étude à l'EHESS, a succédé à Claude Lévi-Strauss au Collège de France, inaugurant la chaire d'« étude comparée des sociétés africaines ». Lévi-Strauss voyait en elle son successeur.
Portrait de Anne Sylvestre
 

Drapeau France 1934 - 2020
Française, 86 ans

Chanteuse française, auteure-compositrice-interprète, créatrice des célèbres « Fabulettes », elle a raconté des dizaines d’histoires pour les plus petits, en même temps qu’elle a chanté et défendu la liberté des femmes. Très populaire dans les années 1960 et 1970, elle se produit à la télévision auprès d'artistes prestigieux de la chanson comme Georges Brassens, Barbara, Georges Moustaki, Boby Lapointe, et participe régulièrement à des émissions télévisées, telles que celles de Jean-Christophe Averty ou Denise Glaser (Discorama).