Nicolas Gogol

 
Nicolas Gogol
1809 - 1852
 

Romancier, nouvelliste et dramaturge russe, considéré comme l'un des écrivains classiques de la littérature russe. Ses oeuvres les plus connues sont « Nouvelles de Pétersbourg (Le Nez, Le Manteau...) » (1836, nouvelles), « Les Âmes mortes » (1842, roman), « Tarass Boulba » (1843, roman) ou « Le Revizor » (1836, comédie en 5 actes).

Nationalité russe Russe, né le 19 mars 1809 et mort le 21 février 1852

42 ans Mort à l'âge de 42 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Nicolas Gogol ?


Contribuez !

Biographie

Nicolas Vassiliévitch Gogol est un romancier, nouvelliste, dramaturge, poète et critique littéraire russe d'origine ukrainienne, né à Sorotchintsy dans le gouvernement de Poltava (Empire russe) le 19 mars 1809 (31 mars 1809 dans le calendrier grégorien) et mort à Moscou le 21 février 1852 (4 mars 1852 dans le calendrier grégorien). Il est considéré comme l'un des écrivains classiques de la littérature russe.

Nicolaï Vassilievitch Gogol est né en 1809 à Sorotchintsy, village du gouvernement de Poltava, au cœur de l'Ukraine, cadet de neuf enfants. Selon la tradition familiale, il est issu d'une ancienne famille cosaque ukrainienne et serait le descendant du hetman Ostap Gogol. Son père, mort en 1825 alors que Nicolas n'a que 16 ans, écrit de petites pièces de théâtre et développe le goût de son fils pour la littérature. Sa mère lui donne une éducation religieuse traditionnelle qui au fil des ans évoluera vers un mysticisme maladif (angoisse du mal et du jugement dernier).

Après de médiocres études au lycée de Nijyn, Gogol quitte sa mère et ses deux sœurs et monte à Saint-Pétersbourg avec l'ambition de faire une grande carrière dans l'administration. Il prétend que la première chose qu'il fit, une fois arrivé dans la capitale de l'Empire russe, fut de courir chez Alexandre Pouchkine qui, mal remis d'une nuit de fête, ne put malheureusement le recevoir. Mais ce qui l'attend d'abord à Pétersbourg, c'est un modeste emploi dans un ministère.

En 1829, Gogol fait ses premiers pas littéraires en publiant, sous le pseudonyme de V. Alov et à compte d'auteur, le médiocre poème romantique Hanz Küchelgarten. Éreinté par la critique, il retire les exemplaires des librairies pour les brûler. Lorsque le succès lui sourira, Gogol ne parlera à personne de cette déconvenue littéraire.

Après cet échec, il s'échappe une première fois de Russie et passe deux mois dans le nord de l'Allemagne, sous couvert de fausses identités.

De retour à Pétersbourg, désargenté, il ne lui reste plus qu'à s'engager à nouveau dans l'administration pour un salaire de misère. Il poursuit également ses écrits, regrettant le soleil d'Ukraine. C'est ainsi que l'année suivante paraît dans Les Annales de la Patrie sa première nouvelle, inspirée par le folklore ukrainien, la Nuit de la Saint-Jean.

En 1831, Gogol quitte l'administration et devient professeur à l'Institut patriotique pour filles d'officiers nobles. Il est introduit dans les milieux littéraires et présenté à Alexandre Pouchkine qui l'encourage à écrire. Peu après paraît son premier livre, les Soirées du hameau. Ce recueil de nouvelles grotesques, drolatiques et fantastiques, inspirées de la vie des paysans ukrainiens, lui assure la célébrité. Il comprend La Foire de Sorotchintsy, La Nuit de Saint-Jean, Une nuit de Mai, La Dépêche disparue. L'accueil de la critique est excellent. Le second tome des Soirées du Hameau est publié en 1832. Il comprend La Nuit de Noël, Une terrible vengeance, Ivan Fiodorovitch Chponka et sa tante, Le Terrain ensorcelé. Nouveau succès.

En 1833, Gogol traverse une profonde crise morale. Gogol, croyant orthodoxe, pense que chaque homme, qui est envoyé sur terre par Dieu, a une mission à accomplir. Il estime cependant ne pas encore avoir perçu le but de sa mission. C'est pourquoi, toujours à la recherche de sa « mission », il se découvre une vocation d'historien. Nommé professeur adjoint d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg en juillet 1834, ses premiers cours (auxquels assistera Ivan Tourgueniev) entraînent l'enthousiasme des étudiants. Son intérêt pour l'histoire comme sa popularité en tant que professeur s'éteignent cependant rapidement.

Les années 1834 à 1836 sont prolifiques du point de vue littéraire. Gogol publie, en 1835, le recueil Arabesques, qui contient des notices historiques, des critiques littéraires et artistiques, mais surtout plusieurs nouvelles, comme La Perspective Nevski, Le Portrait et Le Journal d'un fou. Suit, la même année, le recueil Mirgorod, où l'on retrouve entre autres le conte fantastique Vij, La Brouille des deux Ivan et une première version de Tarass Boulba. À la même époque, Gogol achève Le Nez, nouvelle refusée comme « sale et triviale » par L'Observateur moscovite, et qui ne sera dès lors publié qu'en octobre 1836 par la revue littéraire Le Contemporain, accompagnée d'une présentation d'Alexandre Pouchkine. Simultanément, il entame plusieurs œuvres théâtrales, comme Le Mariage ou Les Joueurs.

En 1836, la pièce de théâtre Le Revizor (dont le sujet lui a été fourni par Pouchkine, étant donné que ce dernier estime ne pas avoir le talent humoristique nécessaire à l'écriture d'une telle pièce), applaudie par les libéraux, attaquée par les réactionnaires, connaît un succès de scandale à Saint-Pétersbourg. Une remarque attribuée à l'empereur Nicolas Ier calmera les esprits : « tout le monde en a pris pour son grade, moi en premier ». Gogol se sent incompris. Il est tout autant irrité par ceux qui le soutiennent que par ceux qui le critiquent : tous détournent sa pensée profonde, pensant que Le Revizor est une satire politique, alors qu'il a voulu une farce dénonçant la mesquinerie provinciale. En plein désarroi, il fuit la Russie.

En mai/juin 1836, Gogol entame une longue période de pérégrinations à travers l'Europe de l'Ouest. Durant les douze années suivantes, il ne reviendra plus qu’épisodiquement en Russie, qui restera cependant l'unique décor de son œuvre.

Gogol entame son voyage en Allemagne puis en Suisse, avant de résider à Paris de novembre 1836 à mars 1837. C'est là qu'il apprend la mort de Pouchkine, tué en duel à Saint-Pétersbourg, nouvelle qui le trouble profondément.

De là, Gogol se rend en Italie, le pays d'Europe qu’il préfère, et s’installe à Rome. C’est dans cette ville qu’il passera la majeure partie de son temps jusqu’en 1842. Il y fréquente la diaspora russe, des artistes, et se laisse même un temps séduire par le catholicisme, sans s'y convertir. Il développe surtout une tendre amitié pour Joseph Vielgorski, un jeune tuberculeux qui mourra en mai 1839.

Suit une nouvelle période de déplacements incessants, en France et en Allemagne, puis en Russie, de septembre 1839 à mai 1840, d’où il repart pour Rome, en passant par Vienne, Venise et Florence. Gogol restera en Italie jusqu'en août 1841, avant de repartir pour la Russie, en vue d'y faire publier son premier roman.

En quittant la Russie en 1836, Gogol emportait dans son maigre bagage, outre quelques habits, le manuscrit des Âmes mortes. Il en avait entamé l'écriture en 1835, sur une idée donnée par Pouchkine. Pour lui, il ne s'agissait alors que d'une farce, dans la lignée de ses premiers écrits. Mais dans sa foi de plus en plus exaltée en sa « mission », il l'envisage bientôt comme son chef-d'œuvre, surtout après la mort de Pouchkine. Après cinq années de travail, principalement à Rome, Gogol termine l'ouvrage. Il essaie de le faire publier en 1841, mais il est interdit par le comité de censure de Moscou. Ce n'est qu'après de nombreuses manœuvres que l'œuvre est autorisée par la censure de Pétersbourg et qu'elle peut paraître, en 1842. Aventures amusantes d'un petit escroc, satire de la médiocrité humaine, ce roman est aussi une critique impitoyable (et involontaire) de la Russie tsariste. Le succès et le scandale sont à nouveau au rendez-vous. Gogol, lui, a déjà fui la Russie.

La publication de son roman autorisée, en avril 1842, Gogol repart pour l'Europe de l'Ouest, où il passera les cinq années suivantes.

Pris de « bougeotte », d'un besoin compulsif de se déplacer, Gogol se consacre au tourisme avant que ses problèmes de santé (principalement psychologiques selon toute vraisemblance) ne l'obligent à passer une partie croissante de son temps dans les villes d'eau. L'écrivain impécunieux profite autant que possible de l'hospitalité de ses admirateurs fortunés.

Revenu à Rome en 1842, il se rend ainsi en Allemagne, puis à Nice (chez la comtesse Vielgorski et madame Smirnov) en 1843. En 1844, il réside quelques mois à Francfort (chez Vassili Joukovski) et se rend en Belgique, notamment à Ostende. En 1845, il séjourne à Paris (chez le comte Alexandre Tolstoï), se rend à Francfort, puis retourne à Rome. Il passe encore la majorité de son temps entre l'Allemagne et l'Italie en 1846 et 1847. Quant à son prétendu séjour en Espagne, il semble que cela soit l'un de ses nombreux mensonges.

Le projet littéraire qui occupe Gogol en 1842 est la publication de ses Œuvres complètes. Celles-ci paraissent en 1843. S'y trouvent les romans, nouvelles et pièces de théâtre susmentionnés, parfois profondément remaniés (il existe ainsi une version du Revizor de 1836 et une seconde de 1842). La principale nouveauté est sans aucun doute Le Manteau, une nouvelle fantastique inspirée à Gogol par sa triste carrière administrative et dont le héros, Akaki Akakiévitch, est devenu l'archétype du petit fonctionnaire russe . C'est le dernier chef-d'œuvre de l'écrivain.

À partir de 1842, Gogol entame une véritable dérive mystique. Il se persuade ainsi que sa mission est de sauver moralement la Russie, en la guidant vers le paradis. Ce cheminement vers le bien, Gogol entend le décrire dans deux nouveaux tomes des Âmes mortes. Il voit désormais cette œuvre comme une Divine comédie russe. La première partie du roman était en fait une représentation de l'enfer sur terre. La seconde et la troisième partie des Âmes mortes décriront la graduelle rédemption des héros, leur passage au purgatoire, puis au paradis. Mais, pour cette œuvre, Gogol estime qu'il doit lui-même se perfectionner moralement. L'écrivain s'absorbe dès lors dans la lecture des livres saints, telle que L'Imitation de Jésus-Christ ou le Ménologe. Hélas, ni son perfectionnement, ni l'écriture n'avancent comme il le voudrait. Rongé par le doute, déprimé, toujours plus hypocondriaque, il brûle à plusieurs reprises la suite des Âmes mortes.

Il s'oriente simultanément vers un conservatisme politique extrême (défense de l'autocratie et de l'orthodoxie). C'est ainsi que sa dernière œuvre, les Passages choisis d'une correspondance avec des amis, cause un véritable scandale lors de sa parution en 1846. Il s'agit d'un ouvrage réactionnaire, où Gogol dévoile une vision si obscurantiste du monde qu'elle en est comique. En janvier 1848, Gogol quitte l'Europe pour l'Orient. Il visite les lieux saints, sans y trouver de remède à sa dépression. En mai 1848, il rentre définitivement en Russie, où il partage son temps entre Moscou et le sud de l'Empire, Odessa notamment. Il y est libéré de tout souci matériel, trouvant refuge chez ses riches admirateurs, mais se sent toujours plus malade et désemparé. En ultime recours, Gogol cherche l'assistance de moines fanatiques (tels que le père Matthieu) ou, même, de « fols en Christ ». Il visite le monastère d'Optina.

En septembre 1851, il lit un écrit politique d'Alexandre Herzen, Sur le développement des idées révolutionnaires en Russie, dans lequel il est qualifié de pamphlétaire qui a trahi sa propre œuvre. Le 20 octobre 1851, il est visité par Ivan Tourgueniev qui le trouve affecté de cette critique.

Dans la nuit du 11 au 12 février 1852, Gogol brûle une dernière fois le manuscrit de la deuxième partie des Âmes mortes, dans son appartement du boulevard Nikitsky. Au matin, il accuse le diable de l'avoir trompé. Il se laisse ensuite mourir, refusant nourriture et soins. Finalement livré aux mains de médecins, ceux-ci lui infligent des traitements d'une violence inouïe (bains froids, saignées, cataplasmes et sangsues). Gogol décède le 21 février 1852 (4 mars 1852 dans le calendrier grégorien).

D'abord enterré au monastère Saint-Daniel, sa dépouille est transférée en 1931 au cimetière de Novodevitchi de Moscou.

Gogol a eu une grande influence dans la littérature russe de la seconde moitié du xixe siècle, par exemple sur Fiodor Dostoïevski. Selon le Roman russe (1886) d'Eugène-Melchior de Vogüé, Dostoïevski aurait dit : « Nous sommes tous sortis du Manteau de Gogol. » Son aura s'est sans doute encore accrue au xxe siècle. Mikhaïl Boulgakov s'en inspira pour son chef-d'œuvre, Le Maître et Marguerite.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Nicolas Gogol en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Nicolas Gogol.

Vous savez où se trouve la tombe de Nicolas Gogol ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Nicolas Gogol pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Nicolas Gogol, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Citations de Nicolas Gogol Répondu à 0%
1 Jesuismort (admin)

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Nicolas Vassiliévitch Gogol
  • Nationalité (à sa mort) : Russe Drapeau russe
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Nicolas Gogol
  • Nom complet : --
  • Prénom : Nicolas
  • Noms dans d'autres langues : Николай Васильевич Гоголь (russe), Nikolaï Vassilievitch Gogol (russe), Микола Васильович Гоголь (ukrainien), Mykola Vassyliovytch Hohol (ukrainien)
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Gogol
  • Nom de famille (2) : Vassiliévitch
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Nicolas Gogole, Nicolas Google

Naissance

  • Date de naissance : 19 mars 1809
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 42 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Nicolas Gogol ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Nicolas Gogol, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Nicolas Gogol est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Nicolas Gogol au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Auteur au style absolument unique, drôle et original, naturel et aux histoires ayant su si bien capter la pensée russe.
Auteur au style absolument unique, drôle et original, naturel et aux histoires ayant su si bien capter la pensée russe. Un grand amoureux de l'histoire et du folklore et de sa chère petite Russie (et bien sur des fiers cosaques si peu évoqués en littérature).
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Nicolas Gogol ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Nicolas Gogol et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres romancier russe

Portrait de Léon Tolstoï
 

Drapeau Russie 1828 - 1910
Russe, 82 ans

Écrivain célèbre surtout pour ses romans et nouvelles qui dépeignent la vie du peuple russe à l'époque des tsars, mais aussi pour ses essais, dans lesquels il prenait position par rapport aux pouvoirs civils et ecclésiastiques et voulait mettre en lumière les grands enjeux de la civilisation. « Guerre et Paix » (1869), qu'il a mis dix ans à écrire et qui est une de ses plus grandes œuvres romanesques, dresse le portrait historique et réaliste de toutes les classes sociales au moment de l'invasion de la Russie par les troupes de Napoléon en 1812, dans une vaste fresque des complexités de la vie sociale et des subtilités de la psychologie humaine, d'où émane une réflexion profonde et originale sur l'histoire et la violence dans la vie humaine. « Anna Karénine » en 1877. Vers la fin du XXe siècle, divers courants philosophiques se sont réclamés de l'héritage de Tolstoï, à partir de sa critique des Églises, du patriotisme et des injustices économiques ; libertaire, anticapitaliste, etc., sa réflexion chrétienne est toujours restée en marge des grandes Églises, et son génie littéraire est universellement reconnu.
Portrait de Alexandre Pouchkine
 

Drapeau Russie 1799 - 1837
Russe, 37 ans

Romancier et poète russe déjà considéré au moment de sa mort comme le plus grand écrivain russe. Les circonstances dramatiques de sa disparition l'ont transformé en véritable légende. Il bénéficie toujours d'une énorme popularité en Russie. Ses oeuvres les + connues sont « Eugène Onéguine » (1821-1831, roman en vers) et « Boris Godounov » (1825, tragédie).
Portrait de Fedor Dostoïevski
 

Drapeau Russie 1821 - 1881
Russe, 59 ans

Écrivain russe considéré comme l'un des plus grands romanciers russes, il a influencé de nombreux écrivains et philosophes, admiré après la publication de « Crime et Châtiment » (1866) et de « L'Idiot » (1869), «Les Démons » (1871) et « Les Frères Karamazov » (1880). Ses romans sont parfois qualifiés de « métaphysiques », tant la question angoissée du libre arbitre et de l'existence de Dieu est au cœur de sa réflexion, tout comme la figure du Christ. Cependant, ses œuvres ne sont pas des « romans à thèse », mais des romans où s'opposent de façon dialectique des points de vue différents avec des personnages qui se construisent eux-mêmes, au travers de leurs actes et de leurs interactions sociales. Dostoïevski chemine sur différents thèmes de la nature humaine et de la condition humaine.
Portrait de Édouard Limonov
 
Notez-le !

Drapeau Russie 1943 - 2020
Russe, 77 ans

Écrivain et dissident politique russe, connu pour son roman « Le poète russe préfère les grands nègres » (1976), fondateur et chef du Parti national-bolchevique, truand à Kharkov, poète à Moscou, sans-abri puis domestique à New York, écrivain et journaliste à Paris, milicien pro-Serbe pendant la guerre de Bosnie, dissident puis prisonnier politique dans l'ex-URSS, il fut empêché d'être candidat à l'élection présidentielle russe de 2012. À partir de l'annexion de la Crimée et de la guerre du Donbass, il prend ses distances avec l'opposition et apporte son soutien à la politique étrangère de Vladimir Poutine.
Portrait de Andreï Bitov
 
Notez-le !

Drapeau Russie 1937 - 2018
Russe, 81 ans

Romancier russe, auteur de « La Maison Pouchkine » (prix du meilleur livre étranger en 1989), il compte parmi les écrivains majeurs de la littérature russe, dont l'oeuvre, profondément marquée par l’histoire et la littérature de son pays, ne le quitta jamais, même aux plus durs moments de la répression soviétique.
Portrait de Vladimir Voïnovitch
 
Notez-le !

Drapeau Russie 1932 - 2018
Russe, 85 ans

Romancier russe et un ancien dissident soviétique, connu pour être l'auteur du roman « Les Aventures singulières du soldat Ivan Tchonkine ».