Pierre Sidos

 
Pierre Sidos
1927 - 2020
 

Politicien français, figure de l’extrême droite pétainiste et nationaliste, il est le fondateur de l’Œuvre française (mouvement mêlant néofascisme, pétainisme, antisémitisme et une forme de catholicisme social), et était considéré comme le parrain de l’ultradroite française.

Nationalité française Francais, né le 6 janvier 1927 et mort le 4 septembre 2020

93 ans Mort à l'âge de 93 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Pierre Sidos ?


Contribuez !

Biographie

Pierre Sidos est un homme politique français, né le 6 janvier 1927 à Saint-Pierre-d'Oléron et mort le 4 septembre 2020 à Bayeux. Figure de l’extrême droite pétainiste et nationaliste, il est le fondateur de l’Œuvre française, et était considéré comme le parrain de l’ultradroite française. Suivant les traces de son père François Sidos, Pierre Sidos débute son engagement à l'extrême droite durant la Seconde Guerre mondiale au sein de la Milice française, des faits pour lesquels il est condamné aux travaux forcés en 1946. Il anime dans les années qui suivent le mouvement Jeune Nation, fondé et dissous dans les années 1950, puis s'engage avec l'OAS dans l'opposition à l'indépendance de l'Algérie. Il participe en 1964 à la création d'Occident, avant de devenir président à vie de L'Œuvre française, un mouvement qu'il a fondé mêlant néofascisme, pétainisme, antisémitisme et une forme de catholicisme social. Il en tient les rênes jusqu'en 2012, année où Yvan Benedetti lui succède. Il est l'oncle du mercenaire et militant politique François-Xavier Sidos.

Fils de François Sidos, ancien des Jeunesses patriotes, devenu sous l’Occupation un haut responsable de la Milice, jugé puis fusillé en 1946, il a quatre frères et une sœur.

Devenu cadet du francisme de Marcel Bucard en 1943, fait pour lequel à la Libération, il est jugé en 1946 à La Rochelle par la Cour de justice de Charente-Maritime, alors qu'il est mineur, aux côtés de son père, de sa mère Louise et d'un de ses frères, Jacques, et condamné à cinq ans de travaux forcés pour avoir notamment été milicien.

Après avoir fréquenté le Mouvement socialiste d'unité française de René Binet, il fonde en 1949 — avec ses frères Jacques et François — le groupuscule Jeune Nation. Sous le symbole de la croix celtique, il regroupe des anciens d'Indochine ou collaborationnistes, qui ont pour but de lutter contre la décolonisation. Le mouvement organise des caches d'armes, avant d'être dissous le 15 mai 1958. Il lance en juillet 1958 et dirige le périodique Jeune Nation et son mouvement dissous est reformé en février 1959, sous le nom de Parti nationaliste, avec l'aide de Dominique Venner. Ce dernier écrit alors : « Le problème métèque [...] ne doit jamais [...] être abordé avec comme perspectives le four crématoire ou la savonnette, et cela quelles que soient les mesures que nous aurons à prendre lorsque nous serons au pouvoir. [...] La révolution que nous voulons faire doit se solder par un nombre de milliers de morts ou de dizaines de milliers de morts. » Après un meeting antisémite organisé l'année suivante le jour anniversaire des émeutes du 6 février 1934, le mouvement est une nouvelle fois dissous.

Au sein du Mouvement populaire du 13 mai, Pierre Sidos s'engage alors dans l'action clandestine pour l'Algérie française. En février 1960, un mandat d'arrêt est lancé contre lui pour atteinte à la sûreté de l'État. Le 19 octobre de la même année, il est condamné par défaut à une amende et quinze jours de prison pour offense au chef de l'État et reconstitution de ligue dissoute. Il est alors entré dans la clandestinité.

Caché à partir de 1960, il participe à la préparation de l'attentat du Petit-Clamart, visant à tuer le président Charles de Gaulle. Il est cependant arrêté en juillet 1962 et emprisonné pour soutien à l'OAS. Il comparait en juin 1963 devant la Cour de sûreté de l'État avec neuf autres dirigeants ou membres du mouvement Jeune Nation et du parti nationaliste, dont Dominique Venner, poursuivis pour « avoir arrêté ou concerté avec une ou plusieurs personnes la résolution de commettre des attentats ayant pour but de détruire ou de changer le régime constitutionnel » et pour avoir « participé au maintien ou à la reconstitution directe ou indirecte d'un groupement dissous ». Il est condamné à trois puis cinq ans de prison avec sursis et 2 000 francs d'amende.

Après être sorti de prison et s'être séparé de Venner, il fonde en 1964 le mouvement Occident, dont il est finalement évincé par des militants plus jeunes.

Pierre Sidos fonde en 1968 le mouvement L'Œuvre française, qu'il dirige en tant que président à vie. L'année suivante, sa candidature à l'élection présidentielle est rejetée par le Conseil constitutionnel aux motifs que « le nombre des présentations valablement émises en faveur de ce dernier est inférieur au minimum exigé par les dispositions de l'article 3-1 de l'ordonnance n° 62-1292 du 6 novembre 1962 ». Ce refus fut pourtant considéré par Le Soleil, organe de L'Œuvre française, comme dû à la présence au Conseil constitutionnel de Gaston Palewski et René Cassin « tous deux d'ascendances juives étrangères », considérations partagées par Roger Peyrefitte. Toutefois, accepter la candidature de Pierre Sidos aurait pu, dans une certaine mesure, être interprété comme un acte de réhabilitation du passé collaborationniste des Sidos durant l'Occupation.

À partir du début des années 1970, Pierre Sidos tient une place assez marginale dans l'extrême droite française. Dans l'espoir d'un coup d'État, il organise avec son groupuscule des entraînements armés dans la forêt de Fontainebleau, en région parisienne. Il participe à l’émission Ciel, mon mardi ! de Christophe Dechavanne le 6 février 1990, où il se déclare antisémite « ni plus ni moins que Saint Louis ».

En 1996, il se rapproche du Front national de Jean-Marie Le Pen. Il y fait rentrer plusieurs de ses militants au début de la décennie suivante, dont notamment Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac. Ils militeront tous deux pour que Bruno Gollnisch succède à Le Pen, avant de se faire exclure par sa fille, Marine Le Pen, nouvelle dirigeante. Durant l'été 2010, il fait part dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Rivarol de ses critiques à l'égard de cette dernière, et appelle à proscrire le « tout-électoral » au profit d'un « nationalisme organique ». La même année, il explique dans la revue Charles avoir « toujours défendu les mêmes idées depuis [sa] jeunesse ».

Pierre Sidos quitte la présidence de L'Œuvre française en février 2012, à laquelle Yvan Benedetti lui succède. Après la mort de l'antifasciste Clément Méric en 2013, le mouvement est dissous l'année suivante.

Pierre Sidos est mort le vendredi 4 septembre 2020, à l'âge de 93 ans, dans un hôpital à Bayeux (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Pierre Sidos en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Pierre Sidos.

Vous savez où se trouve la tombe de Pierre Sidos ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Pierre Sidos pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Pierre Sidos, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Pierre Sidos.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Pierre Sidos
  • Nom complet : --
  • Prénom : Pierre
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Sidos
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 93 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Pierre Sidos ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Pierre Sidos, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
3 notes
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
3
0,00

En Enfer !

Pierre Sidos est en Enfer ! Les membres du site ont décidé de porter Pierre Sidos au plus bas niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 0 sur 5 avec 3 notes. Seules les célébrités ayant une note inférieure à 2 descendent directement en Enfer.


 Sac de haine ! Je ne le connaissais pas mais son visage est figé dans la dureté, la rage, la haine.
Bienvenue en Enfer alors ! Sac de haine ! Je ne le connaissais pas mais son visage est figé dans la dureté, la rage, la haine.
Commentez - il y a 2 mois
 S'il était un vrai catholique, il aurait compris qu'on ne peut pas être catholique et extrémiste.
S'il était un vrai catholique (comme il l'a toujours prétendu) et s'il avait lu ne serait-ce qu'un seul passage de la Bible il aurait compris qu'on ne peut pas être catholique et extrémiste...
Commentez - il y a 2 mois
 Ayant commencé en tant que milicien sous le régime de Vichy, puis ayant continué en fondant un parti antisémite, pétainiste, raciste et consorts...
Ayant commencé en tant que milicien sous le régime de Vichy, puis ayant continué en fondant un parti antisémite, pétainiste, raciste et consorts... Ce genre de droite extrême ne mérite aucun hommage, juste l'oubli
Commentez - il y a 2 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Pierre Sidos ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Pierre Sidos et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres nationaliste (hommes) francais

Portrait de Roger Holeindre
 

Drapeau France 1929 - 2020
Francais, 90 ans

Politicien français, co-fondateur du Front national, anticommuniste, défenseur de l’«empire français», il fut un fidèle compagnon de route de Jean-Marie Le Pen.
Portrait de Edmond Simeoni
 
Notez-le !

Drapeau France 1934 - 2018
Francais, 84 ans

Politicien français, figure politique corse la plus marquante des 50 dernières années avant sa mort, il se réclamait du nationalisme corse. Il était à la fois père fondateur du nationalisme insulaire et militant écologiste avant l’heure.
Portrait de Henri Rochefort
 
Notez-le !

Drapeau France 1831 - 1913
Francais, 82 ans

Journaliste, auteur de théâtre et politicien français, grand polémiste dans les pages de ses journaux (La Lanterne, La Marseillaise, L'Intransigeant) où il défend des options politiques radicales voire extrémistes (anticlérical, nationaliste, favorable à la Commune, boulangiste, socialiste et antidreyfusard) qui lui vaudront le surnom de « l'homme aux 20 duels et 30 procès », et des condamnations, notamment au bagne de Nouméa dont, fait unique, il parvint à s'échapper en 1874.
Portrait de François de La Rocque
 
Notez-le !

Drapeau France 1885 - 1946
Francais, 60 ans

Politicien et résistant français, personnalité politique de premier plan des années 1930 en tant que président général des Croix-de-Feu puis du Parti social français.
Portrait de Jean-Jacques Susini
 
Notez-le !

Drapeau France 1933 - 2017
Francais, 83 ans

Homme politique français, cofondateur de l'OAS (Organisation Armée Secrète) avec Pierre Lagaillarde (organisation politico-militaire clandestine française créée le 11 février 1961 pour la défense de la présence française en Algérie par tous les moyens, y compris le terrorisme à grande échelle).
Portrait de Édouard Ferrand
 
Notez-le !

Drapeau France 1965 - 2018
Francais, 52 ans

Politicien français, eurodéputé frontiste de 2014 à sa mort en 2018, il était membre du Front national (FN) depuis 1983, conseiller régional de Bourgogne de 1998 à 2015 et conseiller municipal de Sens de 2001 à 2014.

Autres points communs avec Pierre Sidos