Bernard Pons

 
Bernard Pons
1926 - 2022
 

Politicien français, fidèle du président Jacques Chirac, il occupa plusieurs fois les fonctions de secrétaire d'État et de ministre.

Nationalité française Francais, né le 18 juillet 1926 et mort le 27 avril 2022

95 ans Mort à l'âge de 95 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Bernard Pons ?


Contribuez !

Biographie

Bernard Pons, né le 18 juillet 1926 à Béziers (Hérault) et mort le 27 avril 2022 à Aigues-Mortes (Gard), est un homme politique français. Membre successivement de l’UDR (Union des démocrates pour la République) et du RPR (Rassemblement pour la République). Fidèle de Jacques Chirac, il occupa plusieurs fois les fonctions de secrétaire d'État et ministre et les mandats de député dans le Lot, l’Essonne et à Paris, conseiller général du canton de Cajarc et conseiller de Paris.

Bernard Claude Pons est né le 18 juillet 1926 à Béziers dans l’Hérault. Son père, Claude Pons, était agrégé d'espagnol et censeur puis proviseur de divers lycées, dont le lycée Henri-IV (Béziers) et ensuite le lycée Thiers de Marseille.

Il a quatre filles, dont Isabelle Secrétan, femme politique, et Frédérique Pons, avocate.

Bernard Pons est élève au lycée Thiers lorsque son père y est proviseur. Engagé volontaire en mars 1944 dans les FFI, il a été dans la résistance et pris le maquis dans les FTPF de Lauzès (Lot).

Élève de seconde au lycée de Cahors en 1944, il a suivi en mars 1944 ses frères Jacques et André, plus âgés que lui et réfractaires au STO (Service travail obligatoire) pour s’engager avec eux dans la résistance. Ils ont intégré tous les trois le maquis FTP du causse de Lauzès dans le Lot, sous les ordres du capitaine François (André du Bois de Gaudusson) puis après la libération de Cahors, le 17 août 1944, ont été regroupés avec d’autres maquis, au camp Saint-Georges à Cahors puis transférés à la caserne Niel, à Toulouse avant, pour Jacques et André, d’être envoyés à la pointe de Grave. Bernard Pons a été hospitalisé fin août 1944 à l’hôpital militaire Larrey à Toulouse puis démobilisé. Il a repris ses études le 2 octobre 1944 comme pensionnaire élève de première au collège de Revel, Haute-Garonne. En février 1945, il a été admis au titre de résistant à se présenter au lycée d'Albi à la première partie du baccalauréat en « session spéciale » réservée aux anciens résistants ayant arrêté leurs études. Après avoir obtenu la première partie du baccalauréat, il est entré en classe de philo au lycée de Tarbes et a présenté avec succès la deuxième partie à la fin de l’année scolaire. En novembre 1945, il intégrait la faculté des sciences de Toulouse pour préparer son PCB. En 1946, il entrait en première année de médecine à la faculté de médecine de Montpellier. Il a passé sa thèse de docteur en médecine en 1952, puis s’est installé comme médecin généraliste dans le Lot. En 1965, il a été élu adjoint au maire de Cahors (Lucien Bennac) et en 1967 député de la 2e circonscription du Lot (Figeac) puis quelques mois plus tard conseiller général de Cajarc.

Bernard Pons fait ses études à la faculté de médecine de Montpellier.

Bernard Pons est médecin généraliste dans le département du Lot de 1952 À 1967.

Il a été président de l'Association générale des étudiants de Montpellier (Agem), et vice-président de l'UNEF.

Proche du Premier ministre Georges Pompidou, un temps conseiller municipal de Cajarc, Bernard Pons s’engage en politique en 1967 en devenant député de la 2e circonscription du Lot (Figeac - Souillac), conseiller général du canton de Cajarc. Il est avec Jacques Chirac l'un des deux « jeunes loups » élus dans le Centre-ouest à cette occasion.

Il est nommé en juin 1969 secrétaire d'État à l’Agriculture dans le gouvernement Jacques Chaban-Delmas, puis reconduit dans ces mêmes fonctions dans le gouvernement premier gouvernement Pierre Messmer de juillet 1972 à avril 1973.

Réélu en 1968 et 1973 député du Lot, il défend le projet de loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse.

C'est à Souillac, qu'Alain Chastagnol a commencé sa carrière politique en 1977, pour ravir à 32 ans la mairie jusqu'alors communiste, qui comptait parmi ses conseillers d'opposition Bernard Pons, alors secrétaire d'État à l'agriculture et qui avait appuyé la création du lycée hôtelier.

Fidèle de Jacques Chirac, il participe à la fondation du RPR et en devient secrétaire général entre 1979 et 1984. Député de l’Essonne en 1978, il se fait élire à Paris comme député en juin 1981 et conseiller de Paris en mars 1983. Lorsque Jacques Chirac devient Premier ministre, il confie à Bernard Pons le ministère des Départements et Territoires d’Outre-Mer. Il attache alors son nom à la loi pour encourager l’investissement dans les DOM-TOM en 1986. Il est chargé par le ministre de l'Intérieur Charles Pasqua de la redéfinition des circonscriptions électorales des DOM-TOM cette même année.

Il est envoyé à Nouméa pour gérer la prise d’otages de la grotte d’Ouvéa. Le journal d'investigation Mediapart le considère comme l'incarnation de la « raison d’État » et du « mensonge officiel » qui ont à l'époque couvert « tortures, atrocités et sévices » et assassinats commis par le GIGN en mai 1988, actes que le journal qualifie de « crime d'État ».

Jacques Chirac élu président de la République en mai 1995, Bernard Pons intègre le gouvernement Alain Juppé, comme ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Équipement et des Transports, puis de l’Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme.

Il est le seul député de droite élu au premier tour des législatives de 1997, après l’échec de la majorité sortante.

Il se retire de la vie politique nationale en 2002 à la suite de la candidature dissidente dans sa circonscription (la 16e de Paris) de Françoise de Panafieu, députée sortante RPR de la moitié nord du 17e arrondissement de Paris (17e circonscription) et menacée de ne pas être réélue (le candidat Patrick Stefanini sera d'ailleurs battu en deux temps par la socialiste Annick Lepetit), et qui le devance au premier tour (40 % pour elle contre 20 % pour lui).

Il demeure conseiller UMP de Paris jusqu'en 2008.

Il est le président-fondateur de l’Association des Amis de Jacques Chirac fondée le 18 juin 1988.

En 2010, il s'installe à Aigues-Mortes, auprès de sa fille Isabelle Secrétan.

Bernard Pons est mort le mardi 27 avril 2022, à l'âge de 95 ans, à Aigues-Mortes (France, dans le Gard).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Bernard Pons en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Bernard Pons.

Vous savez où se trouve la tombe de Bernard Pons ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Bernard Pons pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Bernard Pons, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Bernard Pons.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Bernard Claude Pons
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Bernard Pons
  • Vrai nom : Bernard Pons
  • Prénom : Bernard
  • Prénom (2) : Claude
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Pons
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 95 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Bernard Pons ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Bernard Pons, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Bernard Pons ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Bernard Pons et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres ministre (hommes) francais

Portrait de Jean-Baptiste Colbert
 
Notez-le !

Drapeau France 1619 - 1683
Francais, 64 ans

Un des principaux ministres de Louis XIV, contrôleur général des finances de 1665 à 1683, secrétaire d'État de la Maison du roi et secrétaire d'État de la Marine de 1669 à 1683. Il entre au service du roi à la mort de son protecteur Mazarin, incite Louis XIV à disgracier son rival Nicolas Fouquet. Inspirateur et promoteur d'une politique économique interventionniste et mercantiliste (ultérieurement désignée sous le vocable de colbertisme), il favorise le développement du commerce et de l'industrie en France par la création de fabriques et monopoles royaux, étatiques. Il prépare le Code noir, relatif à l'administration de l'esclavage dans les colonies.
Portrait de Michel Charasse
 
Notez-le !

Drapeau France 1941 - 2020
Francais, 78 ans

Politicien français, sénateur pour le Puy-de-Dôme (de 1981 à 1988), ministre du Budget (de 1988 et 1992) sous François Mitterrand, réélu au Sénat en 1992, exclu du Parti socialiste en 2008, membre du Conseil constitutionnel (de 2010 à 2019).
Portrait de Éric Raoult
 

Drapeau France 1955 - 2021
Francais, 65 ans

Politicien français, ministre chargé de l'Intégration et de la Lutte contre l'exclusion sous le président Jacques Chirac en 1995, puis ministre délégué à la Ville et à l'Intégration (1995-1997), mais aussi député et maire UMP du Raincy.
Portrait de Bernard Debré
 
Notez-le !

Drapeau France 1944 - 2020
Francais, 75 ans

Politicien français, fils du Premier ministre Michel Debré, engagé à droite, il fut député d’Indre-et-Loire puis de Paris entre 1986 et 2017, maire d'Amboise de 1992 à 2001 et ministre de la Coopération en 1994-1995.
Portrait de Patrick Devedjian
 
Notez-le !

Drapeau France 1944 - 2020
Francais, 75 ans

Politicien français, membre du parti de droite UMP, il fut plusieurs fois ministre en 2004, 2005 et 2010, ex-député de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine et président du conseil départemental des Hauts-de-Seine depuis 2007.
Portrait de François Autain
 
Notez-le !

Drapeau France 1935 - 2019
Francais, 84 ans

Politicien français, ancien ministre socialiste de François Mitterrand, il fut Maire de Bouguenais de 1971 à 1993.

Autres points communs avec Bernard Pons