Bertrand Tavernier

 
Bertrand Tavernier
1941 - 2021
 

Cinéaste français, connu pour ses films avec Philippe Noiret « L'Horloger de Saint-Paul » (1974), « Que la fête commence » (1975, comédie historique), « Le Juge et l'Assassin » (1976, drame), « Coup de torchon » (1981, policier), « La Vie et rien d'autre » (1989, guerre), « La Fille de d'Artagnan » (1989, drame), « Un dimanche à la campagne » (1984), mais aussi avec d'autres acteurs et différents genres comme « Daddy Nostalgie » (1980, avec Jane Birkin), « Capitaine Conan » (1996, avec Philippe Torreton), « Laissez-passer » (2002, histoire, avec Jacques Gamblin), « La Princesse de Montpensier » (2010, histoire, avec Mélanie Thierry), « L.627 » (1992, avec Didier Bezace), « L'Appât » (1995, drame, avec Marie Gillain). Plusieurs de ses films ont été récompensés, en France et à l'étranger, dont « Autour de minuit » (1986, drame musical, avec François Cluzet) qui remporta un Oscar et fut nommé aux Golden Globes.

Nationalité française Francais, né le 25 avril 1941 et mort le 25 mars 2021

79 ans Mort à l'âge de 79 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Bertrand Tavernier ?


Contribuez !

Anniversaire !

Bertrand Tavernier aurait fêté ses 80 ans le dimanche 25 avril 2021. Plus que 9 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Bertrand Tavernier (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Bertrand Tavernier, né le 25 avril 1941 à Lyon et mort le 25 mars 2021 à Sainte-Maxime, est un réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français, président de l'Institut Lumière. Il est le père du réalisateur et comédien Nils Tavernier et de la romancière Tiffany Tavernier. Fils de l'écrivain et résistant lyonnais René Tavernier, il fut d'abord assistant-réalisateur, attaché de presse (notamment pour Stanley Kubrick) et critique avant de passer à la mise en scène avec « L'Horloger de Saint-Paul », son premier succès critique, à la base d'une longue collaboration avec l'acteur Philippe Noiret (« Que la fête commence, « Le Juge et l'Assassin », « Coup de torchon », « La Vie et rien d'autre », « La Fille de d'Artagnan »). Éclectique, il a abordé plusieurs genres cinématographiques, de la comédie dramatique (« Un dimanche à la campagne », « Daddy Nostalgie ») au film de guerre (« Capitaine Conan ») en passant par le film historique « (Laissez-passer », « La Princesse de Montpensier ») ou le polar (« L.627 », « L'Appât »). Plusieurs de ses films ont été récompensés, en France et à l'étranger (dont « Autour de minuit » qui remporta un Oscar et fut nommé aux Golden Globes).

Le père de Bertrand Tavernier, René Tavernier, écrivain et fondateur de la revue Confluences, publia sous l'Occupation de grandes plumes comme Paul Éluard et Louis Aragon ; ce dernier vécut pendant la Seconde Guerre mondiale avec son épouse Elsa Triolet au-dessus du domicile des Tavernier. Selon Bertrand Tavernier, c'est pour sa mère, Geneviève Dumond (1918-2002), que fut écrit l'un des plus beaux poèmes d'Aragon, Il n'y a pas d'amour heureux. Plus tard, en 1965, en tant qu'attaché de presse pour Jean-Luc Godard, il invita Aragon à voir Pierrot le fou dont le poète fit l'éloge à travers un article devenu fameux, « Qu'est ce que l'art, Jean-Luc Godard » dans les Lettres françaises.

Ses parents quittent Lyon pour Paris en 1950 car René Tavernier est un mauvais gestionnaire et sa revue Confluences ne marche plus. Ils envoient leur jeune fils trois ans en pension à l'école Saint-Martin-de-France dirigée par la congrégation des Oratoriens où il fait l'expérience du sadisme et de l'humiliation. Il découvrit le cinéma dans un séjour au sanatorium se soignant de la tuberculose, son premier film marquant est Dernier Atout. Après avoir réussi son baccalauréat à la seconde tentative, il entame des études de droit à la Sorbonne où il fonde avec des amis l'Étrave, revue d'étudiants sur le cinéma. Passionné de cinéma depuis l'âge de douze ans, il a notamment fréquenté la cinémathèque, fondé avec des amis en 1961 un ciné-club, le Nickel Odéon, pour promouvoir les genres dédaignés (westerns, films noirs, comédies musicales). Il commence à gagner sa vie en faisant des piges pour Télérama puis devient critique à Cinéma 59 ou 60.

Il fait ses débuts dans le cinéma comme assistant de Jean-Pierre Melville (Léon Morin, prêtre), expérience qu'il évoque dans le documentaire Sous le nom de Melville réalisé par Olivier Bohler.

Il est également attaché de presse à plein temps entre 1964 et 1974, notamment pour Stanley Kubrick sur 2001 : l’Odyssée de l’espace (1968), Orange mécanique (1971) et Barry Lyndon (1975).

Cinéphile passionné, Bertrand Tavernier a écrit plusieurs ouvrages importants sur le cinéma américain notamment, donné de nombreuses conférences et participe régulièrement à des bonus DVD. Dans les années 1960, il fut l'un des premiers à aller interviewer des réalisateurs étrangers et à analyser thématiquement leurs filmographies. Outre les metteurs en scène connus, tels John Ford, Raoul Walsh ou John Huston, il contribua à faire connaître en France Delmer Daves, André De Toth ou Budd Boetticher (dont il programmait les films avec son ciné-club, le « Nickel Odéon ») et participa, entre autres avec Martin Scorsese, à la redécouverte de l’œuvre de Michael Powell. En outre, il engagea pour ses films des scénaristes français des années 1950 comme Jean Aurenche ou Pierre Bost.

Comme critique cinématographique, il collabore dans les années 1960 à plusieurs revues : Les Cahiers du cinéma, Cinéma, Positif, Présence du cinéma, etc.

Il se démarque des réalisateurs de sa génération par la volonté de redonner une place primordiale à une narration passée à la trappe à la fin des années 1950. Il redonne ainsi leur chance à de grands scénaristes et dialoguistes restés sur le bord du chemin, principalement à Jean Aurenche et Pierre Bost (« bêtes noires », avec le réalisateur Claude Autant-Lara, de François Truffaut dans son article Une certaine tendance du cinéma français). Grand cinéphile, il fait redécouvrir des auteurs comme Jean-Devaivre dont il adapte l'autobiographie dans son film Laissez-passer. Si son goût le porte parfois vers les « films à costumes », il ne s'éloigne jamais des préoccupations contemporaines et son art reste profondément enraciné dans notre époque.

Bertrand Tavernier exprime, au gré de ses films, son aversion contre les injustices, son engagement contre la guerre, le racisme, les côtés sombres du colonialisme, la peine de mort et son combat contre les travers de nos sociétés contemporaines : délinquance, violence, chômage, misères physique et affective, drogue, sida, etc.

Certains longs métrages plus apaisés ou nostalgiques sont, à plusieurs reprises, imprégnés de la figure du père ou du temps qui passe et que l'on ne peut retenir (Un dimanche à la campagne, Daddy nostalgie).

Pour le réalisateur, la musique n'est jamais comme plaquée et fait toujours corps avec l'image. Dans ses premiers films tout particulièrement, une importante scène musicale ponctue le film et annonce un drame imminent : un chanteur des rues (Le Juge et l'Assassin), la scène de la guinguette (Un dimanche à la campagne), etc.

Ses amitiés et fidélités professionnelles donnent aussi un ton à son cinéma : Aurenche et Bost mais aussi Alain et Philippe Sarde, Marc Perrone, Philippe Noiret, Philippe Torreton et, plus tard, Jacques Gamblin. De manière paradoxale, sa filmographie, aux sujets et aux traitements très divers, reste tiraillée entre sa défense pour un cinéma français fort et indépendant et sa fascination pour une certaine culture nord-américaine[réf. nécessaire].

Producteur (sa société se nomme Little Bear production), il exerce aussi des activités associatives (président de l'Institut Lumière, à Lyon).

Auditionné lors du procès de Jean-Claude Brisseau pour harcèlement sexuel, Bertrand Tavernier met en cause les essais organisés par ce dernier avec des comédiennes pour préparer son film Choses secrètes. L'actrice Noémie Kocher, plaignante, se confie auprès de lui et indique avoir « trouvé une épaule très réconfortante ».

Bertrand Tavernier est le père de Nils Tavernier, également réalisateur, mais aussi comédien, et de la romancière Tiffany Tavernier, tous deux issus de son union avec Colo Tavernier. Il a connu au lycée Henri-IV à Paris Volker Schlöndorff, devenu depuis parrain de son fils.

Il est un hôte assidu de Sainte-Maxime, dans la villa familiale, depuis sa plus tendre enfance.

Bertrand Tavernier est mort le jeudi 25 mars 2021, à l'âge de 79 ans, à Sainte-Maxime (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Bertrand Tavernier en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Bertrand Tavernier.

Vous savez où se trouve la tombe de Bertrand Tavernier ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Bertrand Tavernier pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Bertrand Tavernier, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Bertrand Tavernier.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Bertrand René Maurice Tavernier
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Bertrand Tavernier
  • Vrai nom : Bertrand Tavernier
  • Prénom : Bertrand
  • Prénom (2) : René
  • Prénom (3) : Maurice
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Tavernier
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 79 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Bertrand Tavernier ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Bertrand Tavernier, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
2 notes
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Bertrand Tavernier est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Bertrand Tavernier au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 2 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Un des très grands cinéastes et cinéphiles qu'on ait eu en France, d'une très grande humanité.
Un des très grands cinéastes et cinéphiles qu'on ait eu en France, d'une très grande humanité
Commentez - il y a 3 semaines
 Légion sont ses chefs-d'œuvre, mais mon préféré reste L-625. Humour, réalisme, action, tension, tout y est comme dans chacun de ses films.
Nous perdons un de nos plus grands réalisateurs, que dis-je, cinéastes, un talent fou, une mise en scène maîtrisée de bout en bout. Légion sont ses chefs-d'œuvre, mais mon préféré reste L-625. Humour, réalisme, action, tension, tout y est comme dans chacun de ses films. C'est une grande perte, une de plus. Soyez en paix Monsieur Tavernier.
Commentez - il y a 2 semaines

Commentaires

Vous avez des questions sur Bertrand Tavernier ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Bertrand Tavernier et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres cinéaste (hommes) francais

Portrait de Philippe Venault
 
Notez-le !

Drapeau France 1947 - 2021
Francais, 73 ans

Réalisateur français, connu pour avoir collaboré dans les séries « Boulevard du Palais » (1999-2017, policier) ou « Nestor Burma » (1991-2003, policier).
Portrait de Robert Hossein
 

Drapeau France 1927 - 2020
Francais, 93 ans

Acteur, metteur en scène, réalisateur, dialoguiste, et scénariste français, géant du théâtre, il est aussi connu pour ses rôles au cinéma ou la télévision. Parmi ses films connus : « Toi, le venin » (1959, policier), « Madame Sans-Gêne » (1961, historique), « Angélique Marquise des Anges » (1964, aventure, avec Michèle Mercier), « Prêtres interdits » (1973, drame), « Liberté, égalité, choucroute » (1985, comédie, avec Michel Serrault) et « Les Misérables » (182, drame, avec Lino Ventura).
Portrait de Jean Cocteau
 

Drapeau France 1889 - 1963
Francais, 74 ans

Poète, cinéaste et dramaturge français, élu à l'Académie française en 1955, comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Il a été l'imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d'innombrables artistes. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Jean Cocteau insista toujours sur le fait qu'il était avant tout un poète et que tout travail est poétique. Il est connu pour son film « Le Sang d'un poète » (1930) et sa pièce de théâtre « La Machine infernale » (1934).
Portrait de Philippe Carrese
 
Notez-le !

Drapeau France 1956 - 2019
Francais, 63 ans

Cinéaste et scénariste français, auteur et réalisateur de plus de 400 épisodes de la série « Plus Belle la vie » de 2006 à 2019.
Portrait de Marcel Pagnol
 

Drapeau France 1895 - 1974
Francais, 79 ans

Écrivain, dramaturge et cinéaste français devenu célèbre avec sa pièce de théâtre Marius (1929), puis ses nombreux films avec les grands acteurs de l'époque (en particulier Raimu, Fernandel et Pierre Fresnay) : Angèle (1934), Regain (1937), La Femme du boulanger (1938)... Élu à l'Académie française en 1946. Auteur de "La Gloire de mon père" et "Le Château de ma mère", "Jean de Florette" et "Manon des Sources".
Portrait de Jacques Bral
 
Notez-le !

Drapeau France 1948 - 2021
Francais, 72 ans

Réalisateur français, connu pour son film « Extérieur, nuit » (1980, comédie dramatique, avec Gérard Lanvin).

Autres points communs avec Bertrand Tavernier