Nicolas Tertulian

 
Nicolas Tertulian
1929 - 2019
 

Philosophe français, Directeur d’études honoraire à l’Ecole des hautes études en sciences sociales où il a dirigé pendant presque 3 décennies (1982-2010) le séminaire sur « L’Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) ».

Nationalité française Francais, né le 12 mars 1929 et mort le 11 septembre 2019

90 ans Mort à l'âge de 90 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Nicolas Tertulian ?


Contribuez !

Biographie

Nicolas Tertulian est un essayiste, esthéticien et philosophe français d’origine roumaine né le 12 mars 1929 à Iași (Roumanie) et mort le 11 septembre 2019 à Suresnes. Interdit d’enseigner en 1977, le chercheur avait quitté la Roumanie en 1980 et obtenu, en 1982, un poste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, dans lequel il devient Directeur d’études honoraire et où il a dirigé pendant presque 3 décennies (1982-2010) le séminaire sur « L’Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) ».

De son vrai nom Nathan Veinstein, Nicolas Tertulian naît dans une famille bourgeoise juive, ce qui lui vaut d'être exclu du Lycée national en 1940, suite aux lois raciales promulguées par le régime fasciste roumain. Obligé de porter l’étoile jaune pendant cette période, il est le témoin apeuré du terrible pogrom perpétré fin juin et début juillet 1941 par les forces armées roumaines et allemandes, lorsque plus de dix mille juifs de Iași périssent. Plusieurs membres de sa famille ont été assassinés.

Il poursuit pendant la guerre ses études secondaires au lycée juif de Iași et après la guerre au lycée Ion Luca Caragiale de Bucarest. En 1946 il s’inscrit à la Faculté de philosophie de l’université de Bucarest, dont il suit les cours jusqu’en 1950. Sa thèse de doctorat, Benedetto Croce et Georg Lukács, ou Sur les rapports entre esthétique et philosophie, est soutenue à Bucarest en 1972 auprès de l’Institut de philosophie de l’Académie roumaine.

Entré en 1948 dans la rédaction de l’hebdomadaire Contemporanul, Nicolas Tertulian publie de nombreux articles d’inspiration marxiste, puis se fait transférer en 1954 dans la rédaction du mensuel Viața românească [La Vie roumaine], où il exerce la responsabilité de la section de la critique littéraire. Il détient aussi pendant la période 1950-1955 la fonction de responsable de la chaire de théorie de la littérature dans le cadre de l’École de littérature Mihai Eminescu, rattachée l’Union des écrivains de Roumanie. Pendant l’année universitaire 1949-1950 il occupe un poste d’assistant auprès de la Faculté de philosophie de l’université de Bucarest.

C’est dans la revue Viața românească que Nicolas Tertulian publie ses études sur plusieurs grandes figures de la littérature roumaine : Mihai Eminescu, Ion Luca Caragiale, Mihail Sadoveanu, Camil Petrescu, George Călinescu, Constantin Stere, Mihai Ralea, réunies dans le volume Essais (1968), qui reçoit le prix de critique littéraire de la revue où elles sont parues initialement. La critique du sociologisme vulgaire et du sectarisme idéologique qui sévissait dans les publications contrôlées par le Parti communiste roumain traverse ces écrits.

En 1958, Nicolas Tertulian publie dans Viața românească une ample étude sur la conception sociologique et esthétique d'Eugen Lovinescu (1880-1943), figure marquante de la critique littéraire roumaine d’entre les deux guerres (l’étude sort en 1959 sous la forme d’un petit livre) et en 1963 il fait paraître les premiers chapitres d’une vaste étude sur l’œuvre de Lucian Blaga (1895-1961), figure de premier plan de la poésie et de la philosophie roumaine du xxe siècle. Ces deux études apparaissent comme les deux premières tentatives de rendre justice à deux grandes figures de la culture et de la littérature roumaine, longtemps malmenées et ostracisées par la propagande officielle du régime.

Parmi les philosophes contemporains, Nicolas Tertulian manifeste un attachement particulier pour l’œuvre de philosophe et d’esthéticien de Benedetto Croce (1866-1952), sur lequel il publie à Bucarest début 1971 une ample étude (elle paraît la même année en traduction italienne dans trois numéros de la Rivista di Studi Crociani de Naples) et surtout pour l’œuvre de Georg Lukács (1885-1971), dont il s’emploie à introduire la pensée esthétique et philosophique en Roumanie, en assurant la traduction en roumain de ses écrits de critique littéraire (une anthologie de ces écrits paraît à Bucarest en 1969 avec une introduction de Tertulian) et de plusieurs de ses écrits théoriques les plus représentatifs, en commençant avec la grande Esthétique (publiée en 1972-1974) et avec l’Ontologie de l’être social (les deux volumes paraissent en traduction roumaine au début des années quatre-vingt). Chacun de ces ouvrages est précédé d’amples études introductives rédigées par Nicolas Tertulian.

Son livre Critică, estetică, filozofie [Critique, esthétique, philosophie], publié en 1972, réunit ses principaux textes sur Benedetto Croce et Georg Lukács.

À partir de 1965, Nicolas Tertulian entre en contact avec Lukács, en lui rendant régulièrement visite à Budapest et entretenant avec lui une correspondance qui va durer jusqu’en 1971, année de la disparition du philosophe. À l'automne 1966, Nicolas Tertulian rencontre à Fribourg-en-Brisgau Martin Heidegger pour un entretien de plus de deux heures et publie à son retour à Bucarest dans l’hebdomadaire Contemporanul [Le Contemporain] un récit de l’entretien, Conversation avec Heidegger, qui tourne essentiellement autour de la question de la technique.

En 1969, Nicolas Tertulian obtient par concours un poste d’enseignant-chercheur auprès de la chaire d’esthétique de la faculté de philosophie de l’université de Bucarest. En dehors de l’activité intense de vulgarisation et d’interprétation de l’œuvre de Lukács, il se consacre dans les années soixante-dix à faire connaître au milieu intellectuel roumain la pensée de l’École de Francfort, en publiant la première étude en roumain sur l’œuvre de philosophe et d’esthéticien d’Adorno, ainsi qu’une ample anthologie des écrits d'Herbert Marcuse.

Lors des Rencontres internationales de Genève, où il est invité régulièrement depuis 1969, Nicolas Tertulian rencontre Herbert Marcuse. Il publie à son retour à Bucarest le récit de la conversation avec le philosophe américain.

À Genève en 1975, lors des Rencontres portant sur « Solitude et communication », une confrontation avec George Steiner trouve un large écho dans la presse genevoise. En 1976, lors d’un colloque international d’esthétique sur le thème « L’autonomie de l’art » organisé à Amersfoort (Pays-Bas), Nicolas Tertulian donne la conférence d’ouverture du colloque sur le thème : Sur l’autonomie et l’hétéronomie de l’art, dont le texte va paraître dans la Revue d’esthétique. L’esthéticien roumain est présent aussi avec des communications aux différents congrès internationaux d’esthétique (à Uppsala en 1968, à Bucarest en 1972, à Darmstadt en 1976, à Dubrovnik en 1980), en étant élu membre du Bureau de l’Association internationale des Esthéticiens fondée à Dubrovnik.

En 1977 paraît Experiență, artă, gîndire, qui réunit entre autres des textes sur Lukács, Adorno et Marcuse.

L’activité de Nicolas Tertulian n’est pas regardée d’un bon œil par les apparatchiks du Parti communiste roumain et après avoir été interdit d’enseigner en 1975 il est écarté de l’Université en 1977. Les protestations de ses amis français, Mikel Dufrenne et Olivier Revault d'Allonnes, dans une lettre adressée au ministère de l’Enseignement de Bucarest, restent sans résultat. Forcé de renoncer à l’activité didactique, cantonné dans la recherche, il occupe un poste de chercheur à l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie des sciences, où il va rester jusqu’en 1980.

Écœuré par les discriminations et les chicanes auxquelles il est soumis par un régime totalitaire, qui ne tolère pas l’indépendance de la pensée et pratique même une xénophobie à peine voilée (l’exclusion de l’enseignement lui a définitivement ouvert les yeux), Nicolas Tertulian choisit la voie de l’exil.

Il s’établit d’abord en 1980 à Heidelberg, où la direction du séminaire philosophique de l’université lui offre un enseignement (un Lehrauftrag) pendant l’année universitaire 1980-1981, puis à Sienne en Italie, où il dispense un enseignement d’esthétique à l’Université, en tant que « professore su contratto », durant l’année universitaire 1981-1982.

À Paris paraît en 1980 aux éditions Le Sycomore Georg Lukács : étapes de sa pensée esthétique, qui réunit ses principaux textes sur le philosophe marxiste hongrois. Le livre trouve un écho favorable auprès de Hans-Georg Gadamer, le doyen d’âge de la philosophie allemande de l’époque, qui fait état dans un texte paru en 1986 dans Dilthey-Jahrbuch de son intérêt pour les pages du livre consacrées à l’influence d’Emil Lask (1885–1915), philosophe néokantien de l’École de Baden, sur le jeune Lukacs ainsi que sur le jeune Heidegger.

Il est également un des premiers à exposer au public français, en 1981, le passé politique d'Emil Cioran.

En 1982, Nicolas Tertulian obtient un poste de directeur d’études associé à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, où on lui confie un enseignement sur l’histoire de la pensée allemande moderne. Il publie en France et à l’étranger un grand nombre de textes sur la pensée de Lukács, dont il est considéré un des meilleurs interprètes. Il participe aussi activement au débat sur les rapports de la pensée de Heidegger avec le national-socialisme, en publiant des textes dans Les Temps modernes, La Quinzaine littéraire, ainsi que dans des recueils collectifs parus en Allemagne, en Italie et aux États-Unis. Il devient membre du comité de rédaction de la Revue d’esthétique et de la revue Actuel Marx, ainsi que du conseil de rédaction de la revue L’Homme et la Société.

En 2002, il organise à Paris un colloque international sur la pensée de Benedetto Croce, à l’occasion du 50e anniversaire de la disparition du philosophe italien, où il présente une communication sur les rapports entre Croce et Gentile. Il participe à un numéro d’hommage à Jean-Paul Sartre publié par Les Temps modernes (octobre à décembre 1990, no. 531-533) avec un texte intitulé De Heidegger à Marx et publie ultérieurement une étude sur la Critique de la raison dialectique dans un volume collectif intitulé Sartre, Althusser, Lukács (2005,PUF). Il consacre plusieurs études aux rapports entre les pensées de Heidegger et de Lukács, publie une longue étude dans la revue Archives de philosophie sur la philosophie de Nicolai Hartmann (2003) et sur ses rapports avec la pensée de Lukács et participe activement avec plusieurs contributions au débat sur la pensée de Carl Schmitt et ses rapports avec son engagement nazi.

Invité à plusieurs reprises pour des conférences à l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici de Naples, il est aussi invité pour un cycle de leçons à l’université d'Ottawa au Canada, à plusieurs universités brésiliennes (son livre sur Lukàcs sort en traduction portugaise à San Paolo en 2010, ainsi qu’en Espagne, au Japon et en Allemagne).

Il collabore à l’Encyclopédie philosophique universelle aux Presses universitaires de France, en rédigeant une dizaine d’articles consacrés aux philosophes roumains.

Nicolas Tertulian est mort le mercredi 11 septembre 2019, à l'âge de 90 ans, à l’hôpital de Suresnes (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Nicolas Tertulian en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Nicolas Tertulian.

Vous savez où se trouve la tombe de Nicolas Tertulian ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Nicolas Tertulian pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Nicolas Tertulian, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Nicolas Tertulian.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Nicolas Tertulian
  • Vrai nom : Nathan Veinstein
  • Prénom : Nathan
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Veinstein
  • Pseudonyme : Nicolas Tertulian
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 12 mars 1929
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 90 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Nicolas Tertulian ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Nicolas Tertulian, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Nicolas Tertulian ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Nicolas Tertulian et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres philosophe (hommes) francais

Portrait de Voltaire
 

Drapeau France 1694 - 1778
Francais, 83 ans

Écrivain et philosophe français qui a marqué le XVIIIe siècle, représentant le plus connu de la philosophie des Lumières, anglomane, féru d'arts et de sciences, personnage protéiforme et complexe, non dénué de contradictions, il domine son époque par la durée de sa vie, l'ampleur de sa production littéraire et la variété des combats politiques qu'il a menés. Son influence est décisive sur la bourgeoisie libérale avant la Révolution française et pendant le début du XIXe siècle. Anticlérical mais déiste, il dénonce dans son Dictionnaire philosophique le fanatisme religieux de son époque. Sur le plan politique, il est en faveur d’une monarchie modérée et libérale, éclairée par les « philosophes ». Mettant sa notoriété au service des victimes de l’intolérance religieuse ou de l’arbitraire, il prend position dans des affaires qu’il a rendues célèbres : Jean Calas, Pierre-Paul Sirven, chevalier de La Barre, comte de Lally. Son œuvre littéraire est riche et variée : son importante production théâtrale, ses longs poèmes épiques, telle La Henriade, et ses œuvres historiques firent de lui l’un des écrivains français les plus célèbres au xviiie siècle. Son œuvre comprend aussi des contes, notamment Candide ou l'Optimisme, des Lettres philosophiques, le Dictionnaire philosophique et une correspondance monumentale dont nous connaissons plus de 15 000 lettres sur un total parfois estimé à 40 000. Titulaire d'une charge officielle d'historiographe du roi, il a publié Le siècle de Louis XIV, puis Le Siècle de Louis XV, ouvrages considérés comme les premiers essais historiques modernes. Il a traduit librement La Science nouvelle de Jean-Baptiste Vico en lui donnant pour titre l'expression inédite de Philosophie de l'histoire, ce qui fait de lui le précurseur du déterminisme historique au XIXe siècle, puis de l'histoire culturelle au XXe siècle. La Révolution française voit en lui comme en Rousseau un précurseur, si bien qu'il entre au Panthéon en 1791, le deuxième après Mirabeau. Célébré par la IIIe République (dès 1870, à Paris, un boulevard et une place portent son nom), il a nourri, au XIXe siècle, les passions antagonistes des adversaires et des défenseurs de la laïcité de l’État et de l’école publique, et, au-delà, de l’esprit des Lumières.
Portrait de Jean-Jacques Rousseau
 

Drapeau France 1712 - 1778
Francais, 66 ans

Écrivain et philosophe français connu pour son roman épistolaire « Julie ou la Nouvelle Héloïse » (1761), un des plus gros tirages du XVIIIe siècle. Son élégance de l'écriture provoque une transformation significative de la poésie et de la prose françaises en les libérant des normes rigides venues du Grand Siècle. Après sa mort, son corps est transféré au Panthéon de Paris en 1794. En philosophie, « le rétablissement des sciences et des arts a-t-il contribué à épurer ou à corrompre les mœurs ? » (1949) provoque ce qu'on appelle « l'illumination de Vincennes », où naissent les ouvrages qui inscrivent durablement Rousseau dans le monde de la pensée : le « Discours sur les sciences et les arts » (1750), le « Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes » (1755) et « Du contrat social » (1762). Sa philosophie politique est bâtie autour de l'idée que l'homme est naturellement bon et que la société le corrompt. Il est le 1er à conférer la souveraineté au peuple. En cela, on peut dire que c'est un des penseurs de la démocratie même s'il est favorable à ce qu'il nomme l'aristocratie élective ou le gouvernement tempéré. Pour lui, les systèmes politiques basés sur l'interdépendance économique et sur l'intérêt conduisent à l'inégalité, à l'égoïsme et finalement à la société bourgeoise (un terme qu'il est un des 1er à employer). Sa philosophie politique exerce une influence considérable lors de la période révolutionnaire durant laquelle son livre le « Contrat social » est « redécouvert ». Durant une partie du XXe siècle, une controverse opposera ceux qui estiment que Rousseau est en quelque sorte le père des totalitarismes et ceux qui l'en exonèrent.
Portrait de Gaston Bachelard
 
Notez-le !

Drapeau France 1884 - 1962
Francais, 78 ans

Philosophe français des sciences, de la poésie et du temps, l'un des principaux représentants de l'école française d'épistémologie historique. Il est l'inventeur ce qu'il appelle la « psychanalyse de la connaissance objective » qui introduit et étudie la notion d'obstacle épistémologique : ce sont des obstacles affectifs dans l'univers mental du scientifique et de l'étudiant, obstacles qui les empêchent de progresser dans la connaissance des phénomènes.
Portrait de Albert Schweitzer
 
Notez-le !

Drapeau France 1875 - 1965
Francais, 90 ans

Médecin français, mais également pasteur et théologien protestant, philosophe et musicien, connu dans le monde entier en 1913 grâce à l'hôpital qu'il développe dans la forêt équatoriale du Gabon. Il recevra le Prix Nathan Katz du Patrimoine 2015 et le prix Nobel de la paix en 1952. Personnage marquant du XXe siècle, « homme universel », il est en même temps une figure emblématique de l'Alsace, de la théologie libérale ou des admirateurs de Jean-Sébastien Bach. On voit parfois en lui un précurseur de l'action humanitaire, de l'écologie, de l'antispécisme et du désarmement nucléaire. La notion de « respect de la vie » (Ehrfurcht vor dem Leben) et son indignation devant la souffrance sont au cœur de la démarche d'Albert Schweitzer, qui s'est voulu « un homme au service d'autres hommes », tourné vers l'action.
Portrait de Michel Serres
 
Notez-le !

Drapeau France 1930 - 2019
Francais, 88 ans

Philosophe français, historien des sciences, il est élu à l'Académie française en 1990. Il est l’auteur des best-sellers « Les Cinq Sens » (1985), « Petite Poucette » (2012), « Le Gaucher boiteux » (2015).
Portrait de Jean-Louis Chrétien
 
Notez-le !

Drapeau France 1952 - 2019
Francais, 66 ans

Philosophe et poète français, adepte de Vladimir Jankélévitch (philosophe et musicologue français). Il fut un Socrate des temps modernes pour ses étudiants et les anciennes humanités ont été son champ de prédilection.

Autres points communs avec Nicolas Tertulian