Philippe Jaccottet

 
Philippe Jaccottet
1925 - 2021
 

Poète suisse, récompensé par le Goncourt de la poésie en 2003 et entré dans « La Pléiade » en 2014.

Nationalité suisse Suisse, né le 30 juin 1925 et mort le 24 février 2021

95 ans Mort à l'âge de 95 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Philippe Jaccottet ?


Contribuez !

Biographie

Philippe Jaccottet, né le 30 juin 1925 à Moudon en Suisse et mort le 24 février 2021 à Grignan, est un écrivain, poète, critique littéraire et traducteur suisse vaudois. Il est l'époux de l'illustratrice et peintre Anne-Marie Jaccottet, née Haesler. Il fut récompensé par le Goncourt de la poésie en 2003 et entré dans « La Pléiade » en 2014.

Philippe Jaccottet s'installe, avec sa famille, à Lausanne en 1933. Son enfance est déjà marquée par l'écriture. À quinze ans, il offre à ses parents un ensemble de poèmes intitulé Flammes noires. À seize ans, le 27 juin 1941, lors de la remise du Prix Rambert, Jaccottet découvre Gustave Roud. Cette rencontre est déterminante pour le jeune poète : il la considère lui-même comme « décisive » ; elle donne progressivement naissance à une amitié que va concrétiser l'importante correspondance que s'échangent les deux hommes, de 1942 à la mort de Roud en 1976. Gustave Roud fait connaître au jeune homme le romantisme allemand et les poètes qu'il traduit, Novalis et Hölderlin, mais aussi la beauté de la nature et des paysages qui entrent dès lors au cœur de sa sensibilité. C'est aussi la période où il commence à traduire, pour son plaisir :

« Il y avait spontanément en moi un goût de cela. »

Après sa maturité, Jaccottet suit des études de lettres à l'Université de Lausanne, durant lesquelles ses écrits commencent à paraître dans des périodiques : il s'agit d'une pièce de théâtre, Perceval (lue au printemps 1945 à la Guilde du livre), et de premiers poèmes, dont « Élégie » (1943-1944), « Pour les ombres » (1944) et « Les Iris » en 1945. C'est en mai 1945 qu'est publié son premier ouvrage, Trois poèmes aux démons, dont on dit que Jaccottet détruisait les exemplaires qu'il rencontrait ; puis, en 1946, il écrit une seconde pièce, La Lèpre, qu'il n'a pas achevée (il ne reste plus de traces de ces deux pièces). Il obtient sa licence de lettres en juillet 1946, mais ne veut pas enseigner. Cette même année, au cours d'un voyage en Italie, il rencontre Giuseppe Ungaretti et se lie d'amitié avec ce poète italien dont il commence à publier des traductions en 1948 dans Pour l'Art. Puis Jaccottet s'installe à Paris, rue du Vieux Colombier, à l'automne 1946 où, engagé par l'éditeur Henry-Louis Mermod (qu'il a rencontré à Lausanne en 1944), il travaille sur des traductions (la première est La Mort à Venise de Thomas Mann), et publie de nombreux textes pour la presse, notamment pour la Nouvelle Revue de Lausanne, où sont publiés entre 1950 et 1970 plus de trois-cent cinquante articles de Jaccottet.

Par l'intermédiaire de Mermod, il fait de nombreuses rencontres, dont celle de Francis Ponge, avec qui il se lie d'amitié bien que leurs recherches poétiques soient très différentes, de Jean Paulhan. Jaccottet fait découvrir, par des textes critiques, des poètes et des écrivains de sa génération qui vont devenir ses amis, dont Yves Bonnefoy, Jacques Dupin et André du Bouchet. Ami de Pierre Leyris, il entretient aussi des liens avec le groupe de la revue 84, notamment avec André Dhôtel et Henri Thomas, dont la poésie a grandement influencé L'Effraie. C'est à cette époque, et grâce au contact, aux critiques et aux discussions avec ces amis relevant de groupes différents (entre lesquels Jaccottet se sentait partagé), que le poète commence à trouver « [sa] propre voix », en « baissant le ton » par rapport aux premiers textes (par exemple Requiem en 1947, poème écrit à partir de photographies d'otages durant la guerre et auquel il reprochera plus tard d'avoir été écrit « à partir d’une relation trop indirecte avec la mort »). De cette époque date la rédaction de son premier recueil, L'Effraie. Publié en 1953 chez Gallimard dans la collection, discrète mais souterrainement prestigieuse que dirige Jean Paulhan, « Métamorphoses », ce livre marque un tournant : Jaccottet a longtemps considéré ce recueil comme le début de son œuvre.

Cette même année, il s'installe, avec sa femme Anne-Marie Haesler, artiste peintre, à Grignan, dans la Drôme. La découverte autant « déterminante » qu'« inattendue » de Grignan fait de ce lieu et de ses environs « le lieu avant tous les autres » pour Jaccottet : dès lors, les paysages de Grignan vont apparaître dans nombre de textes. En outre, le choix de vivre loin des grands centres littéraires lui a permis, selon lui, de se « mettre à une distance salutaire [d']influences » qui auraient pu le paralyser dans son rapport avec la poésie : « C'était une façon de fuir pour mieux rester moi-même. » Jaccottet poursuit depuis Grignan ses traductions, son écriture poétique, et collabore activement à La Nouvelle Revue française. Après une première recension critique sur Poésie non-traduite d'Armand Robin, en 1953, qu'accompagne la parution de certains de ses poèmes, Jaccottet va écrire en une vingtaine d'années plus d'une centaine d'articles sur les poètes contemporains, et ouvrir la NRF sur la littérature allemande ; il contribue toujours en même temps à La Nouvelle Revue de Lausanne et à la Gazette de Lausanne (de 1955 à 1970). Son fils Antoine naît en 1954.

Le 29 juin 1956, Jaccottet reçoit à son tour le Prix Rambert. Mais les trois années suivantes sont une difficile traversée du désert poétique ; l'écrivain essaie d'en trouver l'issue par l'écriture en prose, avec les Éléments d'un songe et L'Obscurité (parus concomitamment chez Gallimard en août 1961), le récit le plus long de son œuvre, et une sorte de témoignage de cette crise. En 1960 naît sa fille Marie. Durant les années 1960, Jaccottet travaille à l'édition et à la traduction de Friedrich Hölderlin et de Giuseppe Ungaretti, tout en écrivant pour la collection « Poètes d'aujourd'hui » une monographie sur Gustave Roud (publiée en 1968). En 1968 paraît L'Entretien des Muses, qui regroupe de nombreux textes critiques consacrés à la poésie française du xxe siècle. Les années 1970 sont marquées par plusieurs décès douloureux, parmi les amis (Gustave Roud en 1976 par exemple) et les parents du poète : la mort de son beau-père et de sa mère, en 1974 est évoquée par les livres de deuil Leçons et Chants d'en bas. Mais c'est également le temps de nouvelles amitiés, dont celle de Pierre-Albert Jourdan ; de nombreux peintres (dont Gérard de Palézieux) sont reçus à Grignan. La même période voit l'entrée de Jaccottet dans les collections « Poésie/Gallimard » et « Poètes d'aujourd'hui ». En 1977, il publie À la lumière d'Hiver, recueil dans lequel il retrace son amour pour la nature et le monde, mais où le doute quant au pouvoir du langage s'est accru, en raison des épreuves :

« facile à dire ! et trop facile de jongler

avec le poids des choses une fois changées en mots ! »

En février 1978, il fait partie des membres fondateurs du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés.

En 1984 paraît chez Gallimard La Semaison, qui regroupe les carnets du poètes de 1954 à 1979 ; elle sera suivie, en 1996 puis en 2001, par deux autres ouvrages. 2001 voit également la parution de Et, néanmoins. Cette même année, à Truinas, Jaccottet assiste à l'enterrement de son ami le poète André du Bouchet : il narre cette matinée dans un ouvrage intitulé Truinas, le 21 avril 2001. Les années 2000 voient également d'autres pertes, que recense l'« Obituaire » de Ce peu de bruits (2008). Malgré une forme de pessimisme avoué et malgré la vieillesse, dans cet ouvrage mêlant proses et poèmes, la poésie et le contact avec la nature continuent à apporter réconfort et confiance. En 2011, le poète publie dans la collection « Poésie » de Gallimard son anthologie personnelle, L'encre serait de l'ombre, qui regroupe des textes écrits entre 1946 et 2008.

Philippe Jaccottet est mort le mercredi 24 février 2021, à l'âge de 95 ans, à Grignan (France, dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes). Il est mort une semaine avant la parution de son dernier recueil poétique, Le dernier livre de Madrigaux (Gallimard).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Philippe Jaccottet en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Philippe Jaccottet.

Vous savez où se trouve la tombe de Philippe Jaccottet ?

Citations

Les meilleures citations de Philippe Jaccottet.

J'ai toujours eu dans l'esprit, sans bien m'en rendre compte, une sorte de balance. Sur un plateau il y avait la douleur, la mort, sur l'autre la beauté de la vie. Le premier portait toujours un poids beaucoup plus lourd, le second, presque rien d'impondérable. Mais il m'arrivait de croire que l'impondérable pût l'emporter, par moments.
Quand on vieillit, le regard intérieur se fait myope. On rêve moins. On devient plus avide et plus avare. On vieillit quand on commence à se retourner.
Méfie-toi des images. Méfie-toi des fleurs. Légères comme les paroles. Peut-on jamais savoir si elles mentent, égarent, ou si elles guident ?

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Philippe Jaccottet. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Philippe Jaccottet, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Philippe Jaccottet.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Suisse Drapeau suisse
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Philippe Jaccottet
  • Nom complet : --
  • Prénom : Philippe
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Jaccottet
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 30 juin 1925
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 95 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Philippe Jaccottet ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Philippe Jaccottet, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Philippe Jaccottet ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Philippe Jaccottet et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres poète suisse

Portrait de Blaise Cendrars
 

Drapeau Suisse 1887 - 1961
Suisse, 73 ans

Écrivain français dont l'oeuvre (poésie, romans, reportages et mémoires), est placée sous le signe du voyage, de l'aventure, de la découverte et de l'exaltation du monde moderne où l'imaginaire se mêle au réel de façon inextricable. Il est connu pour son poème le plus célèbre « La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France » (1913), mais aussi son roman autobiographie « La Main coupée » (1946) ou son roman d'aventure « L'Or. La merveilleuse histoire du général Johann August Suter » (1925).
Portrait de Albert Cohen
 
Notez-le !

Drapeau Suisse 1895 - 1981
Suisse, 86 ans

Poète, écrivain et dramaturge juif suisse romand dont les oeuvres sont fortement influencées par ses racines juives et son engagement politique sioniste.
Portrait de Friedrich Durrenmatt
 
Notez-le !

Drapeau Suisse 1921 - 1990
Suisse, 69 ans

Artiste, Dramaturge, Écrivain, Peintre, Poète, Romancier (Art, Littérature, Peinture).
Portrait de Jacques Chessex
 
Notez-le !

Drapeau Suisse 1934 - 2009
Suisse, 75 ans

Artiste, Écrivain, Peintre, Poète (Art, Littérature).
Portrait de Freddy Buache
 
Notez-le !

Drapeau Suisse 1924 - 2019
Suisse, 94 ans

Journaliste suisse, figure de la cinéphilie suisse, a créé la Cinémathèque suisse en 1948 avant de la diriger de 1951 à 1996.
Portrait de Georges Haldas
 
Notez-le !

Drapeau Suisse 1917 - 2010
Suisse, 93 ans

Artiste, Écrivain, Poète, Traducteur (Art, Littérature).

Autres points communs avec Philippe Jaccottet