Thierry Le Luron

 
Thierry Le Luron
1952 - 1986
 

Humoriste français particulièrement célèbre dans les années 1970 et 1980 pour ses imitations de personnalités politiques et médiatiques. Il a aussi enregistré plusieurs chansons et animé des émissions de radio et de télévision. Ses imitations de Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Raymond Barre, François Mitterrand ou Georges Marchais lui valent une très grande popularité, accentuée par des interventions remarquées dans les médias et plusieurs saisons de spectacles dans des théâtres parisiens. Provocateur, il interprète le 10 novembre 1984, dans Champs-Élysées de Michel Drucker, « L'emmerdant, c'est la rose » en direct à la télévision, parodie d'une chanson de Gilbert Bécaud, en s'adressant directement au président François Mitterrand, une de ses cibles favorites. L'année suivante, il organise un faux mariage très médiatisé avec l'humoriste Coluche. Très populaire de son vivant, Thierry Le Luron a été l'un des premiers à transformer l'imitation de personnalités, principalement exercée jusqu'alors par des chansonniers dans des petits cabarets, en un véritable spectacle de music-hall adapté à des grandes salles comme l'Olympia. Son succès, ses performances vocales et sa liberté de ton ont été salués, notamment après sa mort, par de nombreux artistes ou hommes politiques.

Nationalité française Francais, né le 2 avril 1952 et mort le 13 novembre 1986

34 ans Mort victime du sida (maladie) à l'âge de 34 ans.

Enterré en France à Perros-Guirec (Côtes-d'Armor).

Cimetière de la Clarté
Zoomez sa tombe

Biographie

Thierry Le Luron, né le 2 avril 1952 à Paris et mort le 13 novembre 1986 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un imitateur, chanteur, humoriste et animateur de radio français.

À l'age de 17 ans, Thierry Le Luron crée un groupe de musiciens avec des copains et fait quelques scènes dans les Hauts-de-Seine et les alentours[réf. nécessaire]. Il fait ses débuts dans plusieurs cabarets parisiens, dont l'Échelle de Jacob, en 1969. Le grand public fait sa connaissance le 4 janvier 1970 lors du Jeu de la chance, une séquence de l'émission télévisée Télé Dimanche qu'il gagne six fois consécutives en chantant des airs plutôt classiques avant de choisir de se consacrer à l'imitation. Il interprète ses premiers sketches dans la même émission, entre autres le 1er février 1970 (imitation d'Adamo) ou encore le 15 février 1970, pour l'anniversaire de Jean Nohain où il imite Jacques Chaban-Delmas et Jean Nohain.

En 1971, il sort son premier disque Le Ministère patraque, qui rencontre un grand succès. Il donne son premier spectacle en tant que vedette à Bobino en février-mars 1972 puis fait la première partie de Claude François lors d'une tournée à l'été 1972.

De novembre 1972 à juillet 1973, il anime sa première émission sur la première chaîne française : Le Luron du dimanche. Il crée la même année son nouveau spectacle au théâtre des Variétés.

Thierry Le Luron teste chaque soir auprès de ses amis ses derniers portraits féroces. La « bande de Le Luron » comprend notamment Jacques Collard, Jacques Pessis, Pierre Guillermo, François Diwo et Luc Fournol et Bernard Mabille. Au cours de joyeuses agapes dans le restaurant Le Chamarré de Jacques Collard, puis à l'Alcazar de Jean-Marie Rivière, et enfin Chez Castel, les portraits, imitations et sketches sont peaufinés et donnent naissance à des spectacles très élaborés : l'Olympia (décembre 1976), Bobino (février-avril 1978), théâtre Marigny (octobre 1979-juin 1980), Thierry Fééries au Palais des congrès de Paris (novembre 1980-janvier 1981), De de Gaulle à Mitterrand au théâtre Marigny (janvier-décembre 1983), Le Luron en liberté au théâtre du Gymnase Marie Bell (novembre 1984-mars 1986).

Ce dernier spectacle attire 400 000 spectateurs. Il collabore alors principalement avec Bernard Mabille et crée le personnage d'Adolf Bénito Glandu, concierge rue de Bièvre, « caricature assez poussée du Français moyen : un individu sans credo particulier, influencé par les événements, et que Le Luron définit ainsi : pétainiste sous Vichy, gaulliste sous le général et socialiste du 10 au 11 mai ! ».

Il poursuit parallèlement une intense activité à la télévision et à la radio : Chat en poche de Georges Feydeau dans le carde d'Au théâtre ce soir (diffusé le 24 octobre 1975), Numéro 1 de Maritie et Gilbert Carpentier (mars 1976 et juin 1979), C'est du spectacle (1980-1981), etc. De 1978 à 1979, il anime une émission hebdomadaire, Les Parasites sur l'antenne, sur France Inter avec notamment Pierre Desproges, Lawrence Riesner, Bernard Mabille et Évelyne Grandjean comme chroniqueurs. En 1981, il enregistre le générique de la série animée télévisée Rody le petit Cid.

Le 1er avril 1984, il est l'invité du Grand Jury R.T.L - Le Monde au cours duquel il parodie la célèbre émission en imitant les hommes politiques de l'époque.

En 1985, il « épouse pour le meilleur et pour le rire » en grande pompe un Coluche travesti en mariée, parodie du mariage d'Yves Mourousi qui doit avoir lieu le lendemain, à Nîmes. Le Luron déclare : « la future madame Mourousi est sûre d'avoir les deux oreilles ». Cette déclaration et ce faux mariage lui-même sont souvent interprétés comme une pique envers Yves Mourousi et un mariage soupçonné d'être de pure forme, ce dernier ayant plutôt fait parler jusque-là de ses aventures masculines que féminines.

Thierry Le Luron meurt à l'âge de 34 ans officiellement d'un cancer des cordes vocales, mais de nombreuses sources évoquent le sida du fait de la mort des suites de ce virus, un peu plus d'un an plus tard, en mars 1988, de son compagnon, Daniel Varsano.

Il repose au cimetière de La Clarté à Perros-Guirec dans les Côtes-d'Armor.

Source : www.evene.fr  

Tombe

Où se trouve la tombe de Thierry Le Luron ?

La position exacte de la tombe de Thierry Le Luron n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Thierry Le Luron ?

Cimetière de la Clarté
13-
29 Rue des Résistants
22700 Perros-Guirec
Côtes-d'Armor
France Drapeau francais

Il a été décidé, en accord avec ses producteurs arrivés sur place à 5 heures du matin, et le directeur du palace, prévenu à six heures du matin, de transporter discrètement la dépouille de Thierry Le Luron dans une ambulance et non un corbillard jusqu'à la morgue de la Clinique du Belvédère, à Boulogne-Billancourt. Ce stratagème a permis de déjouer la surveillance des journalistes et de préserver la tranquillité de l'Hôtel. Le certificat de décès indique 7 heures du matin, heure de l'arrivée du corps sans vie de Thierry Le Luron à la Clinique du Belvédère.

Son cercueil est transporté au funérarium du Mont Valérien où des anonymes et des personnalités viennent se recueillir et signer des registres de condoléances. Le 18 novembre 1986, une cérémonie est organisée par Monseigneur Di Falco en l’église de la Madeleine à Paris, en présence d'amis, de proches et de plusieurs hommes politiques, dont l’ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing et le Premier ministre Jacques Chirac. Une foule imposante se masse le long des rues alentours pour rendre un dernier hommage à l'imitateur et entendre la messe, retransmise à l'extérieur par des haut-parleurs. La chanteuse Nana Mouskouri interprète l'Ave Maria de Gounod et la cérémonie se termine par une chanson interprétée par Thierry Le Luron, Nous nous reverrons un jour ou l'autre. Le lendemain, l'imitateur est inhumé dans le cimetière de La Clarté, à Perros-Guirec en Bretagne.

La tombe de Thierry Le Luron est au Cimetière de la Clarté, 13-, 29 Rue des Résistants, 22700 Perros-Guirec, Côtes-d'Armor, France Drapeau francais.

Citations

Les meilleures citations de Thierry Le Luron.

Je veux vivre intensément, vivre tout simplement. A quoi bon s'économiser?

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Thierry Le Luron. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Thierry Le Luron, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Irremplaçable Thierry Le Luron ! Répondu à 50%
2 Dodo
Aimez-vous toujours Thierry Le Luron ? Répondu à 30%
6 Nina
L'emmerdant c'est la rose ! Répondu à 30%
1 Beren69
30 ans de sa mort en novembre 2016 Répondu à 0%
2 Claireff1
Je l'ai vu au théâtre des Variétés Répondu à 0%
1 Gaby

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Thierry Le Luron
  • Nom complet : --
  • Prénom : Thierry
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Le Luron
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : leluron, thierry leluron, thiery le luron, thiery leluron

Naissance

  • Date de naissance : 2 avril 1952
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 34 ans
  • Cause de mort : Sida (Maladies infectieuses)

Obsèques

Que recherchez-vous sur Thierry Le Luron ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Thierry Le Luron, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4.94 sur 5
  ?
18 notes
5 étoiles
17
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,94

Au Paradis !

Thierry Le Luron est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Thierry Le Luron au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4.94 sur 5 avec 18 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Mes grands-parents et moi n'avons jamais raté ses émissions et j'ai pleuré à sa mort.
Thierry était un jeune homme charmant, un chanteur magnifique avec une voix d'or. Mes grands-parents et moi n'avons jamais raté ses émissions et j'ai pleuré à sa mort. On a perdu un grand HOMME même si Thierry n'était pas grand en taille, il avait un grand cœur. RIP Thierry, j'aime tes chansons.
Commentez - il y a 6 mois
 Franchement il nous a bien fait marrer avec ses imitations.
Franchement il nous à bien fait marrer avec ses imitations !!!!!!!!!!!! RIP Thierry
Commentez - il y a 1 an
 Excellent chanteur et imitateur, un garçon qui a travaillé beaucoup pour réussir.
Parce qu'il était un excellent chanteur et imitateur, un garçon qui a travaillé beaucoup pour réussir, parce qu'il était aussi très attachant et inoubliable !
Commentez - il y a 1 an
18 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Thierry Le Luron ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Spectre-du-vexin1968 tombe thierry le luron
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) Merci pour la photo de sa tombe.
Répondre - il y a 1 an
Donias En septembre 1984, alors que son nouveau 33 tours, Le Luron interdit, est fait disque d'or, l'imitateur apprend qu'il est atteint d'un cancer métastatique. Dans le plus grand secret, il multiplie les allers et retours aux États-Unis où il consulte des spécialistes, qui se montrent pessimistes sur l'espérance de vie de leur patient.
Pourtant, Thierry Le Luron ne change rien à sa vie quotidienne et, si elle est désormais ponctuée de visites régulières dans plusieurs hôpitaux parisiens, l'humoriste continue de jouer son spectacle à Paris et en tournée.
En novembre 1985, il participe à un gala organisé par son amie Line Renaud en faveur de la lutte contre le sida où il fustige le manque de personnalités politiques présentes. Soignant ses douleurs, qui apparaissent progressivement, par des vitamines et des piqûres de cellules fraîches, il accuse de plus en plus de difficulté à se déplacer normalement : il boitille, traîne de la jambe gauche et ne parvient pas à se débarrasser d'une bronchite persistante.
Cet état asthénique ne manque pas d'inquiéter ses amis et techniciens auxquels il rétorque toujours par la plaisanterie. Le 28 décembre, il est incapable de monter sur scène et ressent les effets d'une paralysie de tout son côté gauche. Après la représentation, il est transporté d’urgence à l’hôpital Lariboisière, dans un état semi-comateux. Sous le pseudonyme de Jean Gilles (ses deuxièmes et troisièmes prénoms), l'artiste ne reçoit que quelques proches durant son séjour prolongé à l’hôpital, dont son producteur Hervé Hubert, son auteur et ami Bernard Mabille et le pianiste Daniel Varsano, son discret compagnon. Les médecins lui diagnostiquent de nouvelles tumeurs au cerveau et une évolution rapide de son cancer, probablement liée à une infection au VIH affaiblissant jour après jour ses défenses immunitaires.
Thierry Le Luron ne pense qu'à remonter sur scène et veut à tout prix préserver le secret de son état de santé.

Pour la presse, il a été victime d’une méningite virale et « d’une encéphalite grave ». Dans Paris Match, il dément les rumeurs qui commencent à courir à son sujet et déclare : « J'ai dû décevoir quelques mauvaises langues qui colportaient dans Paris que j'avais une tumeur au cerveau, le sida, le cancer, bref que j'étais en train de crever à l'hôpital ».

Après quelques jours de repos chez un ami à la campagne, il décide de remonter sur scène et de jouer en direct dans une émission de Michel Drucker le sketch où il imite Raymond Barre à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Son auteur Bernard Mabille, avec qui il répète, assiste impuissant aux tourments de l'imitateur qui oublie son texte, doute de son efficacité et s'emporte dans des colères stériles envers ses techniciens.
Le 28 janvier 1986, un mois après l'interruption du spectacle, il reprend Le Luron en liberté au Gymnase, non sans difficultés. Sa vivacité n'est plus la même, l'imitateur doit s'asseoir plus qu'à l'accoutumée, consulter son prompteur pour ne pas oublier son texte mais il refuse, par respect du public, de chanter en playback. Malgré tout, Thierry Le Luron assure l'ensemble des représentations jusqu'au 16 mars. Lors d’un court séjour familial en Bretagne, il évoque pour la première fois avec sa sœur la disparition de son ancien compagnon Jorge Lago des suites du sida et la possibilité pour lui d’une « infection ».

Quelques jours plus tard, avec l’aide de son amie Line Renaud et grâce à l’influence du Premier ministre Jacques Chirac il est admis à l’hôpital de Bethesda, à côté de Washington aux États-Unis, pour y subir un traitement expérimental contre le sida à base d'Interleukine . Les premiers effets lui rendent une certaine vitalité même si elle est ponctuée de fréquentes rechutes, qu'il confie par téléphone à Line Renaud. En mai, il profite d'une émission consacrée à Alice Sapritch pour annoncer en direct son prochain retour sur scène. En juin, il assiste aux obsèques de son ami Coluche, où les caméras de télévision le montrent très éprouvé par le chagrin. Sa santé se dégrade quelques jours plus tard et il est hospitalisé à l'institut de cancérologie de Villejuif où il commence une chimiothérapie légère, pour continuer à vivre normalementAk 18. L’imitateur assure à l’été 1986 une série de galas dans toute la France et refuse de ménager son existence impatiente, ponctuée d'excès. À Villefranche-sur-Mer, il termine son spectacle en ironisant sur les rumeurs qui annoncent sa mort : « Veuillez me pardonner, je ne resterai pas trop longtemps car ma tombe ferme à 23 heures ! Le mourant vous embrasse ! ». Il s’occupe dans le même temps de suivre l’aménagement de sa nouvelle villa à Saint-Tropez et improvise des sketchs lors d’une soirée dans un célèbre restaurant, en compagnie d'Eddie Barclay et de nombreux amis qu'il prend plaisir à imiter. Maquillé et épuisé, il reçoit pourtant des photographes à qui il offre l'apparent bonheur qu'il dit savourer sur la Côte d'Azur.
Répondre - il y a 10 mois
Donias À Paris, Thierry Le Luron est installé dans une suite de l’hôtel de Crillon, qui domine la place de la Concorde, le temps nécessaire aux travaux de son nouvel appartement, rue du Cherche-Midi, qu'il n'habitera jamais.
Très fatigué par la maladie et les effets de la chimiothérapie, il prépare pourtant son nouveau spectacle au Palais des Congrès, prévu pour le 29 octobre, dont les affiches commencent à être collées partout dans Paris. Pour dissimuler autant que possible son véritable état de santé, il demande à son ami Jacques Collard d’organiser un repas à l’espace Cardin pour montrer au tout-Paris qu’il est en pleine forme. Il joue son spectacle au casino de Vittel fin septembre. Convaincu qu'il peut encore guérir, il multiplie les annonces rassurantes à la presse : dans Paris Match, il affirme qu'il n'a « ni le sida, ni le cancer » ;
le 13 octobre, il annonce au micro d’Europe 1 qu’il a souffert des rumeurs sur son compte et qu’il travaille à l’écriture de son spectacle Deux jours plus tard, il donne sa dernière interview à son amie, la journaliste Jacqueline Cartier, pour le journal France-Soir.

Désormais conscient qu'il ne pourra pas monter sur scène au Palais des Congrès, il décide d'annoncer publiquement qu'il souffre d'un cancer, par l'intermédiaire du professeur Schwartzenberg, qui s'occupe de lui depuis plusieurs mois.
Le 22 octobre 1986, le communiqué révèle que l’artiste souffre d’un cancer des voies respiratoires, qui « l’empêche actuellement d’honorer tous ses contrats ».
Sollicité par les médias, Schwartzenberg dément tout lien avec le sida et affirme même que « cela n'a rien à voir ». L’imitateur, rendu méconnaissable par la maladie, voit sa santé se détériorer rapidement et s’isole dans sa suite de l’hôtel de Crillon.
À l’exception de quelques proches, il refuse de recevoir sa famille et ses amis, avec lesquels il ne communique plus que par téléphone ou par lettres. Il en rédige une longue, à l'intention de sa mère, à qui il confie sa solitude permanente et l’amour de son métier qui, seul, lui a offert ses plus belles joies. Dans la nuit du 12 au 13 novembre, à bout de forces, il est transféré en urgence à la clinique du Belvédère à Boulogne-Billancourt, en service de réanimation. Conscient lorsqu'il arrive, mais souffrant terriblement et pris de violentes crises d’étouffement, il s'y éteint à sept heures du matin, âgé de seulement 34 ans. Le livre enquête consacré à Thierry Le Luron par Virginie de Clausade (De bruit et de fureur - éditions Plon - 2016), petite-fille de Roland Hubert de Clausade et nièce de Hervé Hubert de Clausade, producteurs et amis de l'artiste mais aussi témoins directs des circonstances de sa fin, vient contredire cette version.

Thierry Le Luron est mort le 13 novembre 1986 à 4 h 30 du matin dans la suite 440 qu'il occupait à l'Hôtel de Crillon, veillé par le professeur Léon Schwartzenberg et deux infirmières.
Il a été décidé, en accord avec ses producteurs arrivés sur place à cinq heures du matin, et le directeur du palace, prévenu à six heures du matin, de transporter discrètement la dépouille de Thierry Le Luron dans une ambulance et non un corbillard jusqu'à la morgue de la Clinique du Belvédère, à Boulogne-Billancourt.
Ce stratagème a permis de déjouer la surveillance des journalistes et de préserver la tranquillité de l'Hôtel. Le certificat de décès indique sept heures du matin, heure de l'arrivée du corps sans vie de Thierry Le Luron à la Clinique du Belvédère.

Son cercueil est transporté au funérarium du Mont Valérien où des anonymes et des personnalités viennent se recueillir et signer des registres de condoléances.
Le 18 novembre, une cérémonie est organisée par Monseigneur Di Falco en l’église de la Madeleine à Paris, en présence d'amis, de proches et de plusieurs hommes politiques, dont l’ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing et le Premier ministre Jacques Chirac. Une foule imposante se masse le long des rues alentours pour rendre un dernier hommage à l'imitateur et entendre la messe, retransmise à l'extérieur par des haut-parleurs.
La chanteuse Nana Mouskouri interprète l'Ave Maria de Gounod et la cérémonie se termine par une chanson interprétée par Thierry Le Luron, Nous nous reverrons un jour ou l'autre. Le lendemain, l'imitateur est inhumé dans le cimetière de La Clarté, à Perros-Guirec en Bretagne.
Répondre - il y a 10 mois
Donias Thierry Le Luron
Répondre - il y a 10 mois
Donias https://www.dailymotion.com/video/xl4y1n

Thierry Le Luron, derniers mois d'une vie
Répondre - il y a 10 mois
Donias La rue Thierry Le Luron à Levallois-Perret. Plusieurs rues en France portent le nom de l'imitateur.
Répondre - il y a 10 mois
Donias https://www.youtube.com/watch?v=Fu52qOVifpg

"Trois semaines avant, je ne pouvais pas imaginer qu'il allait mourir"
Répondre - il y a 10 mois
Donias https://www.youtube.com/watch?v=UJVfJK0q2Ow

La soeur de Thierry le Luron témoigne - On n'est pas couché 9 mars 2013
Répondre - il y a 10 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Thierry Le Luron et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres comique (hommes) francais

Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Sim
 
Sim

Drapeau France 1926 - 2009
Francais, 83 ans

Acteur, humoriste, chanteur, parolier et écrivain français, connu entre autres pour ses interprétations parodiques (notamment la « baronne de La Tronche-en Biais ») et sa participation à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes.
Portrait de Francis Blanche
 

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Elie Kakou
 

Drapeau France 1960 - 1999
Francais, 39 ans

Comique français, connu pour ses personnages marquants de ses sketchs comme Madame Sarfati ou Le Prof d'Anglais.
Portrait de Coluche
 

Drapeau France 1944 - 1986
Francais, 41 ans

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).
Portrait de Paul Préboist
 

Drapeau France 1927 - 1997
Francais, 70 ans

Acteur et comique français ayant joué dans + de 120 films et connu pour ses nombreuses apparitions dans les émissions de Patrick Sébastien.
Portrait de André Aubert
 

Drapeau France 1923 - 2010
Francais, 86 ans

Imitateur français connu du grand public pour avoir incarné le personnage de Don Patillo dans les publicités de la marque Panzani de 1975 à 1999. Il jouait un curé qui mangeait « des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani ».
Portrait de Jean Valton
 

Drapeau France 1921 - 1980
Francais, 58 ans

Chansonnier et humoriste français, connu pour ses participations aux émissions de télévision : Le Francophonissime (1969-1981) et les Jeux de 20 heures (1976-1987).

Autres imitateur francais

Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Sim
 
Sim

Drapeau France 1926 - 2009
Francais, 83 ans

Acteur, humoriste, chanteur, parolier et écrivain français, connu entre autres pour ses interprétations parodiques (notamment la « baronne de La Tronche-en Biais ») et sa participation à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes.
Portrait de Francis Blanche
 

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Elie Kakou
 

Drapeau France 1960 - 1999
Francais, 39 ans

Comique français, connu pour ses personnages marquants de ses sketchs comme Madame Sarfati ou Le Prof d'Anglais.
Portrait de Coluche
 

Drapeau France 1944 - 1986
Francais, 41 ans

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).
Portrait de Paul Préboist
 

Drapeau France 1927 - 1997
Francais, 70 ans

Acteur et comique français ayant joué dans + de 120 films et connu pour ses nombreuses apparitions dans les émissions de Patrick Sébastien.
Portrait de André Aubert
 

Drapeau France 1923 - 2010
Francais, 86 ans

Imitateur français connu du grand public pour avoir incarné le personnage de Don Patillo dans les publicités de la marque Panzani de 1975 à 1999. Il jouait un curé qui mangeait « des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani ».
Portrait de Jean Valton
 

Drapeau France 1921 - 1980
Francais, 58 ans

Chansonnier et humoriste français, connu pour ses participations aux émissions de télévision : Le Francophonissime (1969-1981) et les Jeux de 20 heures (1976-1987).

Autres chanteur francais

Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Sim
 
Sim

Drapeau France 1926 - 2009
Francais, 83 ans

Acteur, humoriste, chanteur, parolier et écrivain français, connu entre autres pour ses interprétations parodiques (notamment la « baronne de La Tronche-en Biais ») et sa participation à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes.
Portrait de Francis Blanche
 

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Elie Kakou
 

Drapeau France 1960 - 1999
Francais, 39 ans

Comique français, connu pour ses personnages marquants de ses sketchs comme Madame Sarfati ou Le Prof d'Anglais.
Portrait de Coluche
 

Drapeau France 1944 - 1986
Francais, 41 ans

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).
Portrait de Paul Préboist
 

Drapeau France 1927 - 1997
Francais, 70 ans

Acteur et comique français ayant joué dans + de 120 films et connu pour ses nombreuses apparitions dans les émissions de Patrick Sébastien.
Portrait de André Aubert
 

Drapeau France 1923 - 2010
Francais, 86 ans

Imitateur français connu du grand public pour avoir incarné le personnage de Don Patillo dans les publicités de la marque Panzani de 1975 à 1999. Il jouait un curé qui mangeait « des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani ».
Portrait de Jean Valton
 

Drapeau France 1921 - 1980
Francais, 58 ans

Chansonnier et humoriste français, connu pour ses participations aux émissions de télévision : Le Francophonissime (1969-1981) et les Jeux de 20 heures (1976-1987).

Autres points communs avec Thierry Le Luron