Jean-Paul Marat

977ème
Jean-Paul Marat
1743 - 1793
Score : 12 000

Révolutionnaire français, député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, son assassinat par Charlotte Corday permet aux hébertistes d'en faire un martyr de la Révolution et d'installer pendant quelques mois ses restes au Panthéon.

Nationalité française Francais, né le 24 mai 1743 et mort le 13 juin 1793

50 ans Mort poignardé (homicide) à l'âge de 50 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean-Paul Marat ?


Contribuez !

Biographie

Jean-Paul Marat, né le 24 mai 1743 à Boudry (principauté de Neuchâtel) et mort assassiné le 13 juillet 1793 à Paris, est un médecin, physicien, journaliste et homme politique français. Il est député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution. Son assassinat par Charlotte Corday permet aux hébertistes d'en faire un martyr de la Révolution et d'installer pendant quelques mois ses restes au Panthéon.

Son père a d'abord connu une carrière religieuse dans son pays, la Sardaigne, où il est « lettore di arte », un pédagogue renommé de l'Ordre de la Merci. Alors qu'il s'évertue à implanter un collège à Bono, Jean Marat est en butte à des tracasseries fiscales qui compromettent toute l'entreprise, il se résout dès lors à quitter son pays pour Genève. Converti au calvinisme, il rencontre et épouse la jeune huguenote française, Louise Cabrol, dont la famille originaire de Castres « ne dérogeait pas en faisant du commerce ». Neuf enfants naîtront de cette union stable et heureuse : Marianne-Françoise, l'aînée voit le jour à Yverdon en 1742, Jean-Paul, l'aîné des fils, à Boudry en 1743 (1).) Leur père a trouvé un travail comme dessinateur dans l'indiennage et il complète ses revenus par des leçons (histoire, géographie et langues) ainsi que par l'une ou l'autre consultation médicale. Pour les petits Marat, les compétences paternelles sont une aubaine, ce que Jean-Paul se plaît à rappeler : « Par un bonheur peu commun, j'ai eu l'avantage de recevoir une éducation très soignée dans la maison paternelle.

Jean-Paul Marat quitte sa famille après ses études secondaires, fin 1759 ou début 1760. Il est à Bordeaux en 1760-1762 ; il séjourne à Paris en 1762-1765 où il entreprend en autodidacte des études de médecine ; en 1765, il est à Londres où il commence la pratique de la médecine. En 1770, il est médecin et vétérinaire à Newcastle. Il écrit un roman : Les Aventures du conte Potowsky, et un essai : Essay on the human soul (Essai sur l'âme humaine). Il est de retour à Londres en 1772 ; il y écrit, en 1773, A philosophical Essai on Man (Essai philosophique sur l'homme) et, en 1774, un ouvrage politique The Chains of Slavery (Les chaînes de l'esclavage), dans lequel, s'appuyant sur une documentation historique abondante, il ramène l'histoire aux volontés de puissance des chefs et des princes, et montre comment on devient despote. Après un examen des moyens et des auxiliaires du despotisme, il prône l'insurrection, la révolution par la violence, comme étant les moyens de le vaincre.

En 1775, il est reçu docteur en médecine à l'université de Saint-Andrew, en Écosse. Il rentre à Paris en 1776 pour pratiquer la médecine. Il est nommé médecin des gardes du corps du comte d'Artois en 1777. Il rédige son Plan de législation criminelle au cours des années 1777-1778, où il s'attaque à l'ordre social en dénonçant le caractère de classe de la justice, des lois, de l'État et du droit de propriété.

« Le droit de posséder découle de celui de vivre : ainsi, tout ce qui est indispensable à notre existence est à nous, et rien de superflu ne saurait nous appartenir légitimement tandis que d'autres manquent du nécessaire. »

En 1783, il est couronné par l'Académie de Rouen pour un mémoire sur l'électricité médicale. Après 1784, à 41 ans, les ennuis s'accumulent, il échoue dans ses travaux scientifiques, suite à des démêlés académiques. Il échoue dans sa tentative d'obtenir la charge de la fondation d'une Académie des Sciences à Madrid ; il perd sa charge de médecin des gardes du corps du comte d'Artois. Bref, il finit par vivre d'expédients. Et, en 1788, il tombe gravement malade.

Le 8 août 1788, Louis XVI est obligé de convoquer les États généraux pour le mois de mai suivant. Le médecin Marat se transforme en ardent journaliste. Début 1789, il rédige Les Charlatans modernes où il fait la dénonciation des savants officiels et recommande la suppression des académies, et Offrande à la patrie ou discours au tiers état de France et son Supplément où il brosse le tableau d'un État idéal. Le 12 mars 1789, le Supplément fait l'objet d'une saisie. Le même mois, il est élu membre du comité électoral du district des Carmes, pour la préparation des États généraux. Que fait-il de mars 1789 au 14 juillet de la même année ? On l'ignore.

Le dimanche 19 juillet, il est au Comité des Carmes où il propose d'avoir une presse. Sur le refus du comité, il démissionne. Le 11 août, il réussit à faire paraître un journal : Le Moniteur Patriote, mais ne peut le conserver. Le 23 août, il publie La Constitution, ou projet de Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, suivi d'un plan de Constitution juste, sage et libre, qu'il envoie au comité des cinq que l'Assemblée nationale a chargé de préparer le préambule de la Constitution.

Le 12 septembre 1789, Marat publie son premier numéro du Publiciste parisien qui devient, le 16 septembre, L'Ami du peuple. L'Ami du peuple est un quotidien de huit, douze ou seize pages, dont Marat écrit tous les articles. C'est un long éditorial qui en occupe la majeure partie. Son tirage est estimé à 2000 exemplaires. Il est interrompu à plusieurs reprises, en octobre 1789, janvier 1790 et juillet 1791, lorsque Marat entre dans la clandestinité. Dès le 15 octobre, Marat signe « Marat, l'Ami du peuple ».

Marat entre dans la clandestinité le 8 octobre 1789. Le 12 décembre, il est arrêté, mais relâché grâce à l'intervention de La Fayette. De nouveau dans la clandestinité en janvier 1790, réfugié à Londres en février et mars, il lance de là un grand nombre de pamphlets. En mai, il est rentré en France et reprend la publication de l'Ami du peuple avec lequel il mène campagne contre la guerre, contre Mirabeau et La Fayette. Dès le 12 juin, il publie également le Junius français, qu'il arrête le 24 juin, après 13 numéros. Le 30 juin, dans son n° 149, l'Ami du peuple publie la Supplique de dix-huit millions d'infortunés aux députés de l'Assemblée nationale. Le 31 juillet l'Assemblée nationale lance de nouvelles poursuites contre lui. Il entre de nouveau dans la clandestinité et ce sont de nouveaux pamphlets qu'il publie.

En janvier 1791, il est à nouveau en justice pour délit de presse. En février, il reçoit l'appui des Cordeliers et en juin, il dénonce dans lAmi du peuple les préparatifs de la fuite de roi et après Varennes, la faiblesse de l'Assemblée à l'égard du roi. En septembre, il fait savoir qu'il quitte la scène politique. Marat semble découragé ; le 15 décembre l'ami du peuple cesse de paraître pour quatre mois.

En janvier 1792, il rencontre Robespierre. Il est hébergé chez les soeurs Evrard et s'éprend de Simone, 28 ans, fille d'un modeste charpentier en bateaux, qu'il avait connue à son retour de Londres, en avril 1790 et qu'il épousera devant l'Être Suprème. En mars-avril, soutenu par les Cordeliers, il prépare un recueil de ses articles : L'École du citoyen. Le 12 avril, l'Ami du peuple reprend sa parution ; il poursuit sa lutte contre la guerre, contre La Fayette et engage la lutte contre les Brissotins. Le 3 mai, l'Assemblée législative lance un décret d'arrestation contre Marat. C'est de nouveau la clandestinité. L'Ami du peuple ne paraît plus que de façon discontinue.

Le 10 août, le peuple s'est soulevé. Dès le 14 août l'Ami du peuple paraît à nouveau. Le 2 septembre Marat est nommé comme adjoint au Comité de surveillance de la Commune de Paris. Quel fut son rôle ou sa responsabilité dans les massacres de septembre ? La question est très controversée. Jean-Paul Marat, par ViollatLe 9 septembre, Marat est élu député de Paris à la Convention, le septième sur vingt-quatre, par 420 voix sur 758 votants. Le 21 septembre paraît le dernier numéro de l'Ami du peuple, et le 25 septembre, le premier numéro du Journal de la République française.

Du 21 septembre 1792 au printemps 1793, la Convention semble dominée par les Girondins. Dès le 25 septembre, les attaques de la Gironde contre Danton-Robespierre-Marat, accusés d'aspirer à la dictature, sont continuelles. Du début novembre 1792 au 21 janvier 1793, le procès de Louis Capet domine toute la scène politique ; c'est Marat qui enlève, le 6 décembre, le vote capital en faisant décider que tous les scrutins sur ce point auront lieu par appel nominal à voix haute. Il vote pour la peine de mort.

Le 26 février 1793, un premier décret d'accusation contre Marat est rejeté, mais le 12 avril, il est décrété d'accusation par la Convention. Le 24 avril, il est acquitté par le Tribunal révolutionnaire. Dès la fin mai, Marat est l'un des principaux animateurs du soulèvement parisien contre la Gironde. On se rappellera son apostrophe célèbre : « Levez-vous donc, peuple souverain ! ». Le 3 juin, il suspend son activité à la Convention, il souffre d'une maladie inflammatoire qui s'aggrave.

Le 13 juillet, il est assassiné à son domicile par Charlotte Corday. Jacques-Louis David fut chargé d'organiser des funérailles grandioses. Marat fut inhumé dans le couvent des Cordeliers et transféré le 25 novembre au Panthéon. En février 1795, tous les bustes de Marat furent brisés, jetés dans les égouts. Que devint le corps de Marat ? Ce qui est certain, c'est qu'il ne repose plus au Panthéon.

Source : www.litterales.com  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean-Paul Marat en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean-Paul Marat.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean-Paul Marat ?

Citations

Les meilleures citations de Jean-Paul Marat.

Tout pouvoir qui ne tolère que nos faiblesses doit être détruit.
La trop grande sécurité des peuples est toujours l'avant coureur de leur servitude.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jean-Paul Marat. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jean-Paul Marat, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Jean-Paul Marat.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jean-Paul Marat
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean-Paul
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Marat
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : marat, marrat, Jean Paul Marat

Naissance

  • Date de naissance : 24 mai 1743
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 50 ans
  • Cause de mort : Couteau (Arme blanche)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean-Paul Marat ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean-Paul Marat, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Jean-Paul Marat est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean-Paul Marat au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Grand orateur de la république
marat c'est un grand orateur de la republique***
Commentez - 1 - il y a 6 mois

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Jean-Paul Marat afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

977ème
12 000 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Jean-Paul Marat
977ème

Drapeau France 1743 - 1793
Francais, 50 ans

Révolutionnaire français, député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, son assassinat par Charlotte Corday permet aux hébertistes d'en faire un martyr de la Révolution et d'installer pendant quelques mois ses restes au Panthéon.
-295
places depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Jean-Paul Marat dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 5 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Jean-Paul Marat, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Donias
8 000 points en 30 jours (1 action).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.
2 2
Lumiere
4 000 points en 30 jours (2 actions).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Jean-Paul Marat. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Jean-Paul Marat et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Jean-Paul Marat pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean-Paul Marat ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Jean-Paul Marat ce portrait est plus représentatif de l'homme (je pense?...)
Répondre - il y a 1 mois
Jesuismort (admin) Merci, nous allons la changer prochainement.
Répondre - il y a 1 mois
Donias à : cool mercicarce visage d'enfant n'est pas très représentatif ...je pense
Répondre - il y a 1 mois
Donias Depuis le 3 juin 1793, Marat ne se présente plus à la Convention.
L’évolution de sa maladie l’empêche de paraître en public. D’après le docteur Souberbielle, l’origine du mal était herpétique.
Le docteur Cabanès a avancé la probabilité d’une forme grave d’eczéma ou des conséquences d’un diabète.
D'autres maladies sont évoquées : dermatite herpétiforme, scabiose, dermite séborrhéique.
À partir du 20 juin, son état s’aggrave et l’oblige à prendre continuellement des bains curatifs au soufre dans sa baignoire sabot en cuivre, ainsi qu'à envelopper sa tête d'un mouchoir trempé de vinaigre pour soulager ses migraines.
Mais de cette baignoire équipée d'une écritoire il envoie régulièrement des lettres à la Convention qui ne sont jamais discutées.

Marie-Anne Charlotte de Corday d’Armont, issue de la noblesse de Caen et descendante en droite ligne de Pierre Corneille, prend connaissance des événements révolutionnaires en rencontrant plusieurs députés girondins qui se sont réfugiés à Caen après leur mise en accusation par la Convention.
Bien qu'ouverte aux idées nouvelles, la jeune femme est indignée par les excès de la Révolution.
Considérant Marat comme un tyran et le principal instigateur des massacres révolutionnaires, elle décide de l'éliminer.

Le 11 juillet 1793, elle arrive à Paris dans l’intention d’assassiner Marat dans l’assemblée, mais doit revoir ses plans en ayant appris son absence à la Convention.
Le 12 juillet, Marat reçoit la visite de députés jacobins, dont le peintre Jacques Louis David, qui sont les derniers à le voir vivant.
Le 13 juillet Charlotte Corday se présente une première fois au domicile du tribun, rue de l'École-de-Médecine, en fin de matinée mais Simone Évrard, sa compagne, refuse de la laisser entrer.
Elle essaye une deuxième fois d’entrer en contact sans succès, mais elle fait communiquer une lettre qu’elle a écrite donnant des informations sur un prétendu complot.
À la troisième tentative, c’est Marat lui-même qui demande qu’on la laisse entrer.
Après un entretien qui, selon Simone Évrard dure environ un quart d’heure, Charlotte Corday sort un couteau et frappe Marat à la poitrine, le trajet de la lame qui traverse le poumon droit, l’aorte et le cœur, entraîne sa mort dans sa baignoire.

Charlotte Corday est arrêtée sur les lieux du meurtre et, après son jugement par le Tribunal révolutionnaire, exécutée le 17 juillet 1793.
Répondre - il y a 1 mois
Donias Portrait de Charlotte Corday, Jean Jacques Hauer, (XVIIIe siècle)
Répondre - il y a 1 mois
Donias 13 juillet 1793 assassinat de jean-paul marat
Répondre - il y a 1 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean-Paul Marat et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres révolutionnaire (hommes) francais

Contribuez ! Vous connaissez d'autres révolutionnaire (hommes) francais ? Proposez-nous ici.