Philippe Sollers

 
Philippe Sollers
1936 - 2023
 

Écrivain français, auteur d’une œuvre prolifique de + de 80 romans, essais ou biographies. Parmi ses oeuvres célèbres : « Paradis » (1981), « Femmes » (1983), « Paradis II » (1986) ou « La Guerre du goût » (1996).

Nationalité française Francais, né le 28 novembre 1936 et mort le 5 mai 2023

86 ans Mort à l'âge de 86 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Philippe Sollers ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 1 an que Philippe Sollers est mort le dimanche 5 mai 2024. Plus que 13 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Philippe Sollers (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Philippe Sollers est un écrivain français né le 28 novembre 1936 à Talence (Gironde) et mort le 5 mai 2023 à Paris. De son vrai nom Philippe Joyaux, il est l’auteur d’une œuvre prolifique, de plus de 80 romans, essais, biographies, ainsi que d'articles de critique littéraire et de tribunes, de 1958 jusqu'à il y a quelques mois. Après des débuts littéraires salués par François Mauriac et Louis Aragon, Philippe Sollers anime de 1960 à 1982 la revue d'avant-garde Tel Quel, dans laquelle sont publiés des intellectuels et écrivains français tels que Roland Barthes ou Marcelin Pleynet. Auteur de textes critiques et de littérature expérimentale dans les années 1970, il publie également des ouvrages romanesques à compter de Femmes, dans les années 1980. Il dirige depuis 1983 la revue et la collection L'Infini aux éditions Gallimard. Il se marie en 1967, avec la philosophe et psychanalyste Julia Kristeva. Parmi ses oeuvres célèbres : « Paradis » (1981), « Femmes » (1983), « Paradis II » (1986) ou « La Guerre du goût » (1996).

Issu d'une famille d'industriels de la région bordelaise, Philippe Sollers déménage à Paris en 1955 pour faire ses études supérieures au lycée Sainte-Geneviève de Versailles puis à l'ESSEC. Délaissant sa scolarité, il rencontre Francis Ponge lors des conférences de ce dernier à l'Alliance française et commence à fréquenter les milieux littéraires parisiens.

En 1957, il publie Le Défi, son premier texte, dans la revue Écrire dirigée par Jean Cayrol aux Éditions du Seuil. En 1958, il devient célèbre en publiant son premier roman, Une curieuse solitude. Ses premières oeuvres, de facture classique, suscitent alors des critiques élogieuses de la part de François Mauriac et de Louis Aragon.

En 1960, Philippe Sollers participe à la fondation de la revue Tel Quel aux Éditions du Seuil et en devient rapidement le principal animateur. Les textes publiés dans la revue revisitent les oeuvres de nombreux auteurs, dont certains sont méconnus ou controversés : Lautréamont, Dante, Artaud, Bataille, Joyce, Derrida, Foucault, Barthes.

En 1962, pour éviter d'être mobilisé en Algérie, Philippe Sollers simule la schizophrénie et reste pendant trois mois sous observation à l'hôpital militaire de Belfort. Il sera réformé après l'intervention d'André Malraux.

En parallèle, délaissant le style classique de son premier roman, Philippe Sollers publie, en 1961, Le Parc (pour lequel il reçoit le Prix Médicis), puis L'Intermédiaire en 1963. Ses travaux romanesques suivants témoignent d'une recherche stylistique marquée par l'abandon des structures narratives traditionnelles, l'influence de la culture chinoise et par l'exploration des limites de l'écriture et de l'abstraction. Cela le conduit, dans un premier temps, à écrire des textes structurés de façon rationnelle. Ainsi, Drame (1965) est construit selon une structure de 64 sections, analogue à celle de l'échiquier et du yi jing. Poursuivant dans cette veine, Nombres (1968) est un texte découpé en 25 cycles successifs de quatre séquences, rappelant la structure d'un carré en perpétuelle rotation.

Dans un second temps, son écriture évolue vers une tendance à l'éclatement des structures avec Lois (1972), qui explore les rapports du langage, de l'histoire et de l'inconscient. Cette oeuvre est, en particulier, très marquée par l'influence de Finnegans Wake de James Joyce, dont Philippe Sollers traduit à la même époque des passages avec Stephen Heath.

Fasciné par la scansion des textes religieux (en particulier de la Bible), il en vient à abandonner toute ponctuation visible pour libérer son expression avec H (1973) qu'il présente dans Italiques et réfère à Ezra Pound qui selon lui est allé au delà de l'écriture automatique. Dans la foulée, il entame, à partir de 1974, la rédaction continue de Paradis, qui paraît sous la forme d'un feuilleton dans Tel Quel jusqu'en 1982. Ce roman, considéré par beaucoup comme l'oeuvre majeure de Philippe Sollers, se présente comme une « machine » capable d'enregistrer et re-transcrire « tout ce qui est dit » à l'heure post-moderne. Paradis 1 est publié en 1981, suivi de Paradis 2 en 1986. En 2000, Philippe Sollers déclare, au cours d'un entretien, que la rédaction de cette oeuvre est toujours en cours.

En 1982, Philippe Sollers arrête la publication de Tel Quel aux Éditions du Seuil et crée la revue L'Infini aux éditions Denoël puis, rapidement, aux éditions Gallimard. Il entame alors la publication d'une série de romans écrits dans une veine plus « figurative » que les précédents, sans toutefois revenir à la structure du récit narratif. Influencé par la lecture de Céline, Paul Morand et des grands auteurs américains — William Faulkner, Ernest Hemingway, Henry Miller, Vladimir Nabokov, William S. Burroughs, Jack Kerouac ou encore Charles Bukowski —, il publie Femmes. Ce roman, empruntant au style de Louis-Ferdinand Céline, analyse entre autres les conséquences du féminisme et des bouleversements politiques et artistiques de l'histoire à travers la vie aventureuse d'un journaliste américain. Le pouvoir et la sexualité sont étudiés et exposés à partir de la thèse : « Le monde appartient aux femmes. C'est-à-dire à la mort. Là-dessus tout le monde ment. » Son écriture est de plus en plus marquée par une utilisation du cut-up et de la réflexion intérieure.

Suivent d'autres ouvrages dans le même esprit : Portrait du joueur (retour aux sources en Gironde et passion épistolaire), Le Coeur absolu (récit de libertinages), Les Folies françaises (inceste heureux et culture française), Le Lys d'or (traitement de la frigidité par la lecture), La Fête à Venise (réflexion sur la peinture autour des figures de Watteau, Warhol, Monet et Cézanne), Studio (réflexion sur la poésie autour des figures de Rimbaud et de Hölderlin), Passion fixe (le couple et la littérature), L'étoile des amants (l'évasion et la nature) et, enfin, Une vie divine (Nietzsche, la philosophie et les femmes).

Sollers est également l'auteur d'essais d'histoire de l'art, dont il a une conception fondée sur la défense de l'individu, de la création et du plaisir (Théorie des exceptions, La Guerre du goût, Éloge de l'infini, Fleurs). Principalement axé sur la littérature (Dante, Sade, Lautréamont, Proust, Genet, Kafka, etc.), la musique (Bach, Haydn, Mozart, Miles Davis) et les arts plastiques (peintres vénitiens et de la renaissance italienne, peinture française du XVIIIe siècle, impressionnistes, peintres modernes américains), son propos se développe néanmoins dans tous les domaines (théologie, philosophie, histoire, sociologie, psychanalyse). Sollers a écrit plusieurs monographies sur des artistes (Watteau, Picasso, Fragonard, Bacon, Cézanne, Rodin) et trois biographies romancées (Vivant Denon, Casanova, Mozart).

Sollers, qui habite régulièrement à Venise ou à l'île de Ré, dirige également la collection L'Infini et participe au comité de lecture des éditions Gallimard. En tant que directeur de collection chez Gallimard, il a contribué à la publication des oeuvres de Frédéric Berthet, Jean-Jacques Schuhl, Gabriel Matzneff, Marc-Edouard Nabe, David di Nota ou Yannick Haenel.

En revanche, il a, en 1992, fait le choix éditorial de refuser Hygiène de l'assassin, le premier roman à succès d'Amélie Nothomb.

Figure du paysage intellectuel et littéraire français de la seconde moitié du XXe siècle, Philippe Sollers fut proche, au cours des années 1960-70, entre autres de Jacques Lacan, de Michel Foucault, de Louis Althusser et, surtout, de Roland Barthes, qui sont décrits dans le roman Femmes (1983).

Dans un entretien publié en juin 1992 dans art press, il décrit ironiquement Althusser comme un personnage empêtré dans la métaphysique, « surveillé jour et nuit par les flics de la métaphysique... il n'a pas trouvé autre chose à faire qu'à supprimer le pauvre être humain féminin qui vivait à ses côtés, dont on a appris d'ailleurs, après sa mort, et comme par hasard, qu'elle était juive ». On entendra également après la mort d'Althusser, Sollers défendre la thèse selon laquelle l'exclusion de Lacan de l'École Normale supérieure en 1969 n'avait pas pu se faire sans l'accord de Jacques Derrida et de Louis Althusser. Il y reviendra encore le 6 septembre 2011, lors d'une réunion organisée à Paris par Jacques-Alain Miller, dans ces termes : « Althusser et Derrida s'étaient tous les deux employés à rétablir l'ordre des choses qui était l'ordre communiste... » L'exclusion ne put donc se faire qu'avec leur accord. Après s'en être pris violemment à d'autres intellectuels, il revient encore à la charge : « Lacan a-t-il été expulsé oui ou non de l'ENS? sur le propos de qui... en embuscade ? d'Althusser et de Derrida, eux-mêmes à l'époque très impliqués dans la question cruciale du PCF... ».

Admirateur de la Chine, il entrevit, au-delà de son engagement maoïste, à la suite de la révolte de mai 1968, l'influence culturelle croissante de l'empire du Milieu en ce début de XXIe siècle.

Son engagement l'amène aussi à défendre les thèses de Maria-Antonietta Macciocchi au début des années 1970 ou à dénoncer, à la fin des années 1990, la « France moisie », pour illustrer la xénophobie latente présente, selon lui, dans l'opinion française. Tout en étant un auteur prolifique, Philippe Sollers apparaît souvent dans les médias comme un personnage controversé et provocateur (« une façon d'étudier sur le vif la croyance sociale aux images », selon ses propres termes), et pour casser l'image traditionnelle des écrivains et agacer ses détracteurs.

En novembre 1976, avec quelques intellectuels dont Maria-Antonietta Macciocchi et Pierre Halbwachs, il signe un texte, publié dans le journal Le Monde, critiquant la nouvelle ligne chinoise menée par Deng Xiaoping et soutenant Jiang Qing, veuve de Mao et arrétée dans la nuit du 6 au 7 octobre, leader de la Bande des quatre.

Reposant essentiellement sur des éléments autobiographiques ou « autofictifs », son oeuvre romanesque témoigne d'un rejet des structures narratives traditionnelles. Au-delà des multiples recherches formelles qui ponctuent ses romans, l'écriture de Philippe Sollers se caractérise par une constante à travers l'emploi d'un style parlé combinant la voix, la musique et le théâtre à la manière d'un opéra. Un thème récurrent de son oeuvre concerne la lutte (une « guerre » selon les termes de Sollers) de l'individu créatif à la recherche du bonheur face à la société improductive, falsificatrice et répressive. Ses travaux critiques illustrent également ce thème, en défendant une conception de l'histoire de l'art, où les artistes sont considérés comme des « exceptions » à la société et la création artistique comme une « expérience des limites ».

« Hommage » à sa notoriété, Sollers apparaît comme personnage dans un bon nombre d'oeuvres de tiers. Il est évoqué, par exemple, dans La Tache (et dans Opération Shylock), de Philip Roth, ou encore dans Les Particules Élémentaires de Michel Houellebecq.

Philippe Sollers est mort le vendredi 5 mai 2023, à l'âge de 86 ans, à Paris (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Philippe Sollers en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Philippe Sollers.

Vous savez où se trouve la tombe de Philippe Sollers ?

Citations

Les meilleures citations de Philippe Sollers.

Un homme averti en vaut deux, une femme trois. C'est une loi.
Celui qui ne sait pas rire ne doit pas être pris au sérieux.
Il n'y a pas d'amour heureux, chacun ou chacune porte en soi l'image brisée de cette impossibilité, comme une déchirure, le cri étouffé d'un oiseau blessé.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Philippe Sollers. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Philippe Sollers, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Philippe Sollers.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Philippe Pierre Gérard Joyaux
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Philippe Sollers
  • Vrai nom : Philippe Joyaux
  • Prénom : Philippe
  • Prénom (2) : Pierre
  • Prénom (3) : Gérard
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Joyaux
  • Pseudonyme : Philippe Sollers, Philippe Sollers
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Date de mort : Vendredi 5 mai 2023
  • Lieu de mort : --
  • Âge de mort : 86 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Philippe Sollers ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Philippe Sollers, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Philippe Sollers ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Philippe Sollers et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres romancier francais

Portrait de Marcel Pagnol
 

Drapeau France 1895 - 1974
Francais, 79 ans

Écrivain, dramaturge et cinéaste français devenu célèbre avec sa pièce de théâtre Marius (1929), puis ses nombreux films avec les grands acteurs de l'époque (en particulier Raimu, Fernandel et Pierre Fresnay) : Angèle (1934), Regain (1937), La Femme du boulanger (1938)... Élu à l'Académie française en 1946. Auteur de "La Gloire de mon père" et "Le Château de ma mère", "Jean de Florette" et "Manon des Sources".
Portrait de Frédéric Mitterrand
 
Notez-le !

Drapeau France 1947 - 2024
Francais, 76 ans

Animateur de télévision, romancier et politicien français, animateur de télévision, passionné de Cinéma, il fut ministre de la Culture de 2009 à 2012. Il était le neveu de François Mitterrand (président de la République française de 1981 à 1995).
Portrait de Romain Gary
 

Drapeau France 1914 - 1980
Francais, 66 ans

Écrivain français de la seconde moitié du XXe siècle connu pour la mystification littéraire qui le conduisit, dans les années 1970, à signer plusieurs romans sous le nom d'emprunt d’Émile Ajar, en les faisant passer pour l'œuvre d'un tiers. Il est ainsi le seul romancier à avoir reçu le prix Goncourt à deux reprises, sous deux pseudonymes avec « La Promesse de l'aube » (1960) et « Les Racines du ciel » (1956).
Portrait de Albert Camus
 

Drapeau France 1913 - 1960
Francais, 46 ans

Romancier, dramaturge et essayiste français, prix Nobel de littérature en 1957, son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ». Ses oeuvres les plus connus sont L'Étranger (1942, roman), Le Mythe de Sisyphe (1942, essai), Caligula (1944, pièce de théâtre) La Peste (1947, roman), Les Justes (1949, pièce de théâtre), L'Homme révolté (1951, essai) ou La Chute (1956, roman).
Portrait de Victor Hugo
 

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jules Verne
 

Drapeau France 1828 - 1905
Francais, 77 ans

Écrivain français, l'un des plus grands romanciers du monde dont l'œuvre est principalement constituée de romans d'aventures utilisant les progrès scientifiques propres au XIXe siècle dont : « Voyage au centre de la Terre » (1864), « Vingt mille lieues sous les mers » (1870), « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1873), « L'Île mystérieuse » (1874-1875) ou « Michel Strogoff » (1876). L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'écrivain.

Autres points communs avec Philippe Sollers