Azzedine Alaïa

 
Azzedine Alaïa
1940 - 2017
 

Grand couturier franco-tunisien, idole des fashionistas parisiennes dans les années 1980-90 et connu pour ses robes ultra-moulantes. Ami des plus célèbres mannequins dont Stephanie Seymour et Naomi Campbell, il entre dans la très stricte haute couture en 2011 tout en restant indépendant de la mode, sans jamais se soucier des impératifs de tempo ou des tendances liés à ce domaine. Il est devenu en un demi-siècle, sans publicité ni promotion pour ses vêtements qu'il présente le plus souvent de façon privée, internationalement reconnu avec ses robes sculpturales.

Nationalité française Nationalité tunisienne Francais, tunisien, né le 26 février 1940 (environ) et mort le 18 novembre 2017

77 ans Mort victime d'une chute (accident) à l'âge de 77 ans.

Enterré en Tunisie à Sidi Bou Saïd.

Cimetière de Sidi Bou Saïd
Zoomez sa tombe

Biographie

Azzedine Alaïa, né un 26 février à la fin des années 1930 ou au début des années 1940 à Tunis et mort le 18 novembre 2017, est un styliste et un grand couturier franco-tunisien. Il aborde la couture durant sa jeunesse à Tunis et suit des études de sculpture. Il arrive à Paris à la fin des années 1950. Hébergé en échange de petits travaux, il apprend les techniques de la confection et développe une clientèle privée. En pleine période de renouveau de la mode à l'aube des années 1980, il décide finalement de créer la marque Azzedine Alaïa. Ami des plus célèbres mannequins dont Stephanie Seymour et Naomi Campbell, il est rapidement remarqué puis « adulé » par les magazines de mode pour ses créations le plus souvent sexy. Il se fait connaitre plus largement par le public en une dizaine d'années. Vers le milieu des années 1990, il est moins présent sur la scène de la mode mondiale, la presse se montrant critique puis absente. Dans les années 2000, au moment où les grandes marques de la mode sont rachetées par les groupes du luxe, Azzedine Alaïa s'associe pour quelques années avec la marque italienne Prada, pour ensuite se lier à Richemont sept ans plus tard. Après diverses rétrospectives dans plusieurs musées du monde, il entre dans la très stricte haute couture en 2011.

Peu prolixe et répondant rarement aux interviews, il reste indépendant de la mode, sans jamais se soucier des impératifs de tempo ou des tendances liés à ce domaine. Azzedine Alaïa est devenu en un demi-siècle, sans publicité ni promotion pour ses vêtements qu'il présente le plus souvent de façon privée, internationalement reconnu avec ses robes sculpturales.

Azzedine Alaïa naît à Tunis de parents agriculteurs d'origine espagnole qui finiront par se séparer. Il passe une jeunesse heureuse et fréquente assidument le cinéma Ciné Soir de Tunis. Sa grand-mère, qui l'élève, a l'habitude de préparer le repas pour toute la famille, tout en dressant la table avec quelques couverts de plus. Cette habitude lui reste tout au long de sa carrière où il établira des relations privilégiées avec ses invités, ses proches, ses amis, ses partenaires de travail, à sa table. Très jeune, il doit travailler : ce sera ses débuts en couture. Il apprend le français, puis ment sur son âge pour débuter à quinze ans des études de sculpture aux Beaux-Arts de Tunis, dont il sort diplômé. En parallèle, il travaille avec sa sœur Hafida, dont il apprend le métier en la regardant faire, pour une couturière qui a besoin d'aide afin d'effectuer des finitions. Il reproduit, pour ses voisines et les femmes des grandes familles de Tunis, des modèles de robes de Dior ou Balmain. Une succession de rencontres féminines lui fait trouver une place en France, chez Christian Dior.

C'est la fin de la guerre d'Algérie, Azzedine Alaïa arrive à Paris durant une période compliquée pour les personnes venant d'Afrique du Nord. Il s'installe dans une chambre de bonne que lui prête la comtesse de Blégiers en échange de petits travaux ; il y restera plusieurs années, alternant couture et baby-sitting. Dès son arrivée dans la capitale, alors que Christian Dior venant de mourir est remplacé par Yves Saint Laurent, il intègre la maison Dior comme tailleur pendant « à peine cinq » jours — trois jours d'après les archives de Dior —, à coudre des étiquettes, puis est renvoyé : « Vous êtes étranger, vous n'avez pas de papier ». Une fois de plus par un hasard de rencontres, il fait la connaissance de Simone Zehrfuss, puis de Louise de Vilmorin qui l'invite chez elle. De là, il rencontre toutes les grandes familles parisiennes et commence à se constituer une clientèle privée.

Pour apprendre professionnellement son métier de tailleur, Azzedine Alaïa part travailler durant deux ans chez Guy Laroche qui disposait d'un véritable atelier de couture et aide Thierry Mugler, qui lui fera rencontrer Izet Curi. Il réalise sa première collection pour le compte du chausseur Charles Jourdan, une petite collection de prêt-à-porter décorée de pièces métalliques, d'œillets et de zip : la plupart des acheteurs n'aiment pas, qualifiant celle-ci de « sadomasochiste » ; la collection est refusée par le chausseur, mais celle-ci lui permet de se faire remarquer par quelques rares journalistes. À l'époque, la mode est encore symbolisée par la haute couture de l'ancienne maison Givenchy, ou Saint Laurent ; mais une nouvelle génération de stylistes arrivent et le couturier décide de fonder son entreprise : Simone Zehrfuss lui prête l'argent nécessaire pour s'installer, il trouve une petite surface rue de Bellechasse.

C'est dans ce petit appartement transformé en atelier, avec des machines à coudre partout y compris dans la salle de bains ou la cuisine, qu'Azzedine Alaïa va continuer à habiller de nombreuses clientes, le « Tout-Paris », à titre privé et de façon confidentielle : Garbo, Claudette Colbert, ou les danseuses du Crazy Horse et Mathilde de Rothschild plus tard. L'une de ses premières petites robes noires zippées est réalisée vers 1970, pour l'actrice Arletty dont il s'inspirera pour une collection une vingtaine d'années plus tard. Il réalisera même le prototype de la Robe Mondrian d'Yves Saint Laurent. Ses vêtements, qu'il esquisse rapidement préférant confectionner le modèle sur mannequin vivant, ne sont commercialisés à cette époque nulle autre part que dans son atelier : il n'est possible de les acheter que par relation et connaissance. En 1979, par ailleurs année où il rencontre sa « sœur » Carla Sozzani, Michel Cressole écrit dans Libération le tout premier article sur le couturier qui précise plusieurs années après que « c'est le premier journaliste d'un grand quotidien qui est venu me voir. À l'époque, je ne faisais pas de collections. Je cousais pour des clientes. Il n'a pas posé beaucoup de questions. Il a compris et a analysé. L'article est sorti en octobre 1979 et ça s'appelait « Les Deux Solitaires ». Il parlait de moi et de Serge Lutens. Son papier a tout déclenché ». Son ami Thierry Mugler le pousse à se lancer sous son propre nom.

Le début des années 1980 est une époque où il est facile de se lancer dans la mode, même avec une toute petite collection, car le prêt-à-porter suscite l'intérêt. La tendance de ces années voit des vêtements larges, aux épaules démesurées, parfois unisexes, sauf pour Azzedine Alaïa avec ses lignes moulantes, prêt du corps comme un corset, héritage de ses études de sculpture. « Je continue d'être fasciné par le corps, tout le corps, et en particulier la chute des reins et le derrière, qui est souvent plus intéressant que la poitrine ». Il lance sa griffe, Azzedine Alaïa, et sa première collection poussé par Thierry Mugler. Déjà, le couturier communique peu, n'affiche pas sa marque et ses interviews sont rares. Les rédactrices de mode Brigitte Langevin, Nicole Crassat, et Carlyne Cerf De Dudzeele apparaissent pour un premier reportage majeur, photographiées par Bill Cunningham pour WWD, la « bible » américaine de la mode, en novembre 1981. À la suite de quoi les créations du couturier feront la couverture d'un numéro de Elle ; l'article sera suivi d'un autre réalisé par l'influent magazine français de l'époque : Depeche Mode. Les acheteurs d'outre-atlantique se précipitent : ses collections sont désormais vendues par les grands magasins américains : Bergdorf Goodman en tout premier, puis Barneys New York, qui « a été avec moi depuis le début » précise Alaïa. Barneys le suivra durant toutes les décennies suivantes : « il a orchestré la rencontre entre le sexe et la mode » et l'a rendu « chic » dira du couturier Simon Doonan (en) du grand magasin new-yorkais. Bergdorf Goodman à New York et Beverly Hills, à la suite du précédent reportage de WWD, et au hasard d'une rencontre entre Andrée Putman et un acheteur de cette enseigne se transforment en clients fidèles ; puis Maxfield de Los Angeles suit, ainsi que le londonien Harrods.

Son premier défilé de prêt-à-porter printemps-été, basé sur le noir, le blanc et la transparence et sa maitrise du cuir, est mis en avant ; il abordera de façon récurrente par la suite, dans une palette très foncée, d'autres couleurs comme le vert émeraude ou le pourpre. Les créateurs en vogue que sont Kenzo, Gaultier, Montana, ou Mugler organisent de grands spectacles aux Tuileries, mais Azzedine Alaïa maintient ses défilés intimistes hors de la Semaine de la mode.

Les premiers mannequins, qui ne sont pas encore des top-models, investissent l'appartement ; ce lieu deviendra leur « incubateur » : Seymour, Iman, Jerry Hall, Evangelista, Turlington qu'il est le premier à faire travailler, Campbell, Patitz, Cindy Crawford, Yasmin Parvaneh, Veronica Webb (en) qui deviendra très proche de Lagerfeld également. Les lieux sont tellement petits qu'Azzedine Alaïa est obligé de multiplier les mini défilés où il invite « qui il veut ». Grace Jones fait les essayages. Il marque, à l'intérieur de chaque robe, le nom du mannequin qui l'a portée. Certaines ne demandent pas de salaire pour leur travail auprès du couturier, préférant des vestes, des robes, des vêtements.

Dîner dans la cuisine d'Azzedine Alaïa devient le plus chic endroit de Paris ; les artistes et personnalités se côtoient : Grace Jones qui deviendra sa muse, Andrée Putman qui décorera son futur atelier, Tina Turner qui possède une robe en perle et or créée par le couturier, Jean-Paul Goude, et Farida Khelfa, l'autre muse du couturier qu'il décrira comme « la nouvelle Arletty ». Plus tard, ce sera Michel Rocard, Patrick Modiano, Julian Schnabel, Jean-Louis Froment ou Carla Sozzani sa fidèle alliée.

Azzedine Alaïa déménage rue du Parc-Royal dans le quartier du Marais en 1984. Mugler et Gaultier triomphent, mais c'est lui qui reçoit des mains de Cher deux Oscars de la mode de la Fédération française de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode comme « Oscar du créateur de l'année » et « Prix spécial du jury ». La cérémonie a lieu à l'Opéra Garnier en présence de Frédéric Mitterrand comme maître de cérémonie, Jack Lang, Catherine Deneuve, Yves Saint Laurent qui sera également récompensé tout comme Pierre Cardin et Claude Montana, Hubert de Givenchy, Audrey Hepburn… Grace Jones, qui accompagne Alaïa, chante lors de la cérémonie, puis le pousse : il doit littéralement être « trainé sur la scène » pour recevoir ses prix.

« Les classiques sexy d'Alaïa sont désormais une institution » écrit la presse. Ce style « sexy » déjà « adulé » par le secteur de la mode s'affirme petit à petit auprès du grand-public : ses grandes silhouettes fines aux robes droites, parfois zippées, parfois lacées, ses vêtements qui semblent littéralement « collés » au corps comme une seconde peau, les matières stretch serrant les hanches, les tailles soulignées par des coupes en biais inspirées de Vionnet, les courtes jupes à la forme trapèze, les maillots de bain en lycra, son goût pour des matières innovantes, ou pour le cuir qu'il travaille parfois comme la dentelle.

L'historien de la mode Olivier Saillard dira du créateur que « si un couturier c'est quelqu'un qui refaçonne les corps, alors aujourd'hui il n'y a qu'Azzedine qui sait faire ça […] Ses robes sont hors du temps, hors la mode […] Ses vêtements, c'est des caresses pour les filles ». Mais la reconnaissance publique apparaîtra vraiment lorsque les magazines Elle, qui lui consacre en 1992 jusqu'à dix pages, Marie Claire ou L'Officiel Paris depuis le début de la décennie, lui rédigent des articles réguliers, publient des pages de photos, ou affichent ses réalisations en couverture.

Sa réputation grandit aux États-Unis : Azzedine Alaïa habille Grace Jones d'une sculpturale robe rose pour Dangereusement vôtre. Il dessine les costumes des serveuses du Palladuim, et y organise un défilé. Celui-ci est mis en scène par Jean-Paul Goude avec plus de cinquante mannequins, dont Farida qui ouvre l'évènement, et un arc de triomphe comme décor. Ce sera l'une des rares présentations organisée en dehors de son atelier parisien où elles ont lieu habituellement de façon privée, à l'écart de tout calendrier officiel. À New York, il rencontre Basquiat, Clemente, Haring. À Los Angeles, Tina Turner achète une robe signée Alaïa sans le connaitre : elle se déplacera à Paris pour le rencontrer, deviendra son amie, et s'affichera sur la pochette de son album Private Dancer dans une petite robe noire du couturier. Paquita Paquin décrit, de façon élogieuse, les réalisations de cette époque comme des créations destinées à des femmes « séduisantes » et « conquérantes ». Mais quelques mois plus tard, le respecté magazine WWD lui accorde sa couverture sous le titre « La gloire et la chute d'Azzedine Alaïa », et dans un article critique, dit que « la mode s'est éloignée d'Alaïa ». Les critiques, qui font suite à celles de WWD, se font entendre de plus en plus : son habitude de sortir ses collections en dehors de toutes dates précises, le peu d'attention qu'il porte aux détaillants de sa marque, sa mode élitiste qui semble taillée uniquement pour les femmes au corps parfait. Malgré tout, il ouvre deux boutiques, à New York et Beverly Hills ; la boutique de SoHo, ouverte par Jacqueline, la femme de Julian Schnabel qui fournira des œuvres pour décorer la boutique, devient un lieu de mode mais aussi d'art. Elle fermera cinq ans plus tard, faute d’approvisionnements réguliers.

Pour le Bicentenaire de la Révolution française, lors de son interprétation de La Marseillaise durant le défilé mis en scène par Jean-Paul Goude, la cantatrice Jessye Norman est drapée d'une robe aux couleurs du drapeau national, qu'Azzedine Alaïa a créé.

« Il aimait l'endroit et a planté le décor de sa boutique et celui de son appartement dans le même hôtel particulier » souligne la presse ; pourtant, il cherche déjà un nouveau lieu pour s'installer.

Azzedine Alaïa achète un ancien entrepôt de plusieurs milliers de mètres carrés à l'angle de la rue de Moussy et de la rue de la Verrerie dans le 4e arrondissement de Paris, qu'il fait rénover entièrement, puis décorer par Julian Schnabel : deux grands bâtiments de plusieurs étages, séparés par une cour intérieure avec une verrière. Showroom, boutique, studio de création, bureaux, podium de défilé qui voit passer entre autres Naomi Campbell et Linda Evangelista, ateliers, et appartement au dernier étage composent cet ensemble. « Pas de vitrine. Une plaque discrète. Une sonnette ». Comme de tradition chez Azzedine Alaïa, il reçoit amis, relations, presse, dans sa spacieuse cuisine personnelle équipée d'un grand piano et d'une grande table. « Sa cuisine, c'est son atelier, là où il travaille et reçoit ».

Dans les années 1990, bien qu'il conserve sa fidèle clientèle privée, Azzedine Alaïa se fait plus discret, son activité est nettement en retrait. Il décide de faire moins de collections. Depuis le début de sa carrière, il ne livre les vêtements que lorsque ceux-ci sont « prêts », ne cédant jamais aux impératifs des saisons ou des délais. Il présente une collection utilisant l'imprimé pied-de-poule de Tati et dessine quelques accessoires pour l'enseigne, expliquant que « ce qui m'excitait, c'était d'accoler mon nom, l'univers de la haute couture, avec cette marque qui était alors la moins chère de toutes ». À New York, centre de la mode américaine où il connait un succès immense dans les années 1980, il n'est plus commercialisé que par l'enseigne Barneys qui ira jusqu'à supprimer de son magasin la marque française Hervé Léger, souvent comparée à Alaïa avec ses robes zippées ou en bandages, pour satisfaire le couturier. Finalement, Bergdorf Goodman, qui avait arrêté de commercialiser la marque depuis plusieurs années par faute d'approvisionnements réguliers, reprend ses commandes. Mais sa sœur Hafida meurt, le temps semble s'arrêter pour le couturier qui ne renouvèle plus ses créations comme le précise Simon Doonan de Barneys : « Gene Pressman [le coprésident] et moi sommes allé le voir dans les années 1990, et c'était la même robe sur la même forme […] le temps s'était arrêté ». La dernière grande présentation des collections Alaïa, pour les années à venir, a lieu ; ce sera également le tout dernier défilé de mode pour sa muse Farida Khelfa qui l'accompagne depuis une dizaine d'années ; elle deviendra directrice du studio couture. Travaillant « à l'instinct », indépendant, il ne veut pas vendre sa maison, soutenu par ses lignes de prêt-à-porter et chaussures qui restent un succès commercial durant toutes ces années où l'on voit Gaultier ou Lacroix sur le devant de la scène.

Une première rétrospective est organisée au musée de Groningue aux Pays-Bas ; elle est suivie deux ans plus tard du musée Guggenheim de SoHo qui lui consacre une exposition, sur mannequins transparents pour faire ressortir ses robes, que WWD qualifiera de « superbe ». Sa marque compte alors plus d'un centaine d'acheteurs de boutiques et grands magasins internationaux. Mais l'époque est aux regroupements : LVMH, Gucci intégré plus tard à PPR, Richemont achètent et recyclent les marques du luxe. Voulant conserver son indépendance, Azzedine Alaïa signe un partenariat avec le maroquinier italien Prada en 2000, lui permettant de développer des accessoires à forte valeur ajoutée, dont des chaussures, tout en conservant sa liberté de création : il garde la propriété de son nom en tant que marque, son autonomie, en ne se focalisant pas sur l'aspect financier de son activité. La très proche et influente Carla Sozzani supervise l'opération. Prada finance la rénovation de ses locaux rue de Moussy dont une boutique dédiée aux accessoires, mais aussi son projet de fondation : depuis plusieurs années, le couturier souhaite créer une structure afin de conserver ses archives personnelles : ses réalisations sur plusieurs décennies, mais également sa collection de costumes du cinéma, des pièces de design, des vêtements de nombreux couturiers comme Madeleine Vionnet et Balenciaga ses couturiers préférés, Paul Poiret, Schiaparelli, ou plus récents avec Margiela, Comme des Garçons, ou encore Junya Watanabe (en). « Plus des collections d'amis » dira-t-il sans autre précision, dont la collection de photos de Bettina Graziani. Collectionneur d'art contemporain et de photographies, Azzedine Alaïa ouvre rue de la Verrerie, une galerie d'art décorée par Julian Schnabel où sont exposées des œuvres liées au design ou à la photo, dont des créateurs de meubles comme Pierre Paulin, Shiro Kuramata, Marc Newson, l'architecte Andrea Branzi ou la peintre Candida Romero. Mitoyen à ses locaux de la rue de Moussy, Alaïa fait aménager, avec l'aide de Carla Sozzani qui reproduira ce petit Bed and Breakfast à Milan prêt de son propre concept store 10 Corso Como, un tout petit hôtel, le 3Rooms composé de trois chambres. Une table de Jean Prouvé, des sièges Pierre Paulin, ou d'autres objets de design émanant de la collection du couturier, meublent ces trois appartements à la décoration épurée.

Mais le mariage Alaïa - Prada semble contre nature : le travail artisanal du « petit » couturier, face à la marque de luxe à la communication de masse et au marketing développé. En juillet 2007, Azzedine Alaïa rachète à la maison italienne toutes les parts, pour s'allier à la Compagnie Financière Richemont, toujours sous le suivi de Carla Sozzani. « Richemont est un bon groupe. Ils devront seulement mettre leur nez dans mes affaires si je ne travaille pas, ce qui n'arrivera jamais » dit-il. Alors qu'historiquement Alaïa travaillait à ses débuts avec Massaro pour les chaussures, ses collections d'accessoires de cuir sont toujours réalisées par Prada.

Après avoir déjà décliné deux fois les années passées, Azzedine Alaïa est nommé en 2008 chevalier de la Légion d'honneur mais refuse sa médaille : « Je l'ai fait uniquement parce que je n'aime pas les décorations, sauf sur les femmes ». Alors que le créateur est connu et reconnu dans le monde entier, ses robes étant portées par de nombreuses personnalités, Michelle Obama apporte une autre dimension en affichant à de nombreuses reprises des robes Alaïa, tout comme Carla Bruni-Sarkozy, durant des réceptions officielles. Lors d'une interview, le couturier critique publiquement l’inépuisable Karl Lagerfeld et la puissante Anna Wintour ; la presse en fait écho, tout comme le fait qu'il soit un temps pressenti pour succéder à John Galliano chez Christian Dior Couture. Mais Azzedine Alaïa refuse le poste, comme il l'avait déjà fait plusieurs années auparavant à la suite du départ de Gianfranco Ferré.

Azzedine Alaïa devient « membre correspondant » de la Chambre syndicale de la Haute Couture : le créateur, qui réalise une à deux collections par an présentées uniquement dans son showroom « en tout petit comité » et « quand il veut » organise en 2011 dans ses locaux son premier défilé simultanément à la Semaine de la haute couture parisienne. Ne remplissant pas tous les critères de la haute couture et adepte de la tendance de la « demi couture », il définit celui-ci comme « semi couture ». Cela fait de nombreuses années qu'il n'a pas défilé officiellement, Azzedine Alaïa le « perfectionniste » restant éloigné des tendances, des diktats du prêt-à-porter, ainsi que de tout calendrier. Sont présentes moins de deux-cents personnes, dont la journaliste Suzy Menkes qui suit Azzedine Alaïa depuis longtemps, le styliste Nicolas Ghesquière, grand admirateur du couturier, l'Italienne Donatella Versace, la réalisatrice Sofia Coppola, ou le proche Olivier Saillard, historien. Tellement ému par l'ovation à la fin de la présentation, Azzedine Alaïa ne peut venir saluer le public. Quelques mois plus tard, une rétrospective des dix dernières années de son travail est organisée pour la seconde fois au musée de Groningue au nord des Pays-Bas, elle-même suivie fin 2013 par une exposition au Palais Galliera.

En 2013, il crée les costumes du ballet Les Nuits du chorégraphe Angelin Preljocaj inspiré des contes des mille et une nuits, puis ceux du spectacle le Mariage de Figaro donné au Walt Disney Concert Hall.

La marque Azzedine Alaïa est commercialisée par 300 points de vente dans le monde. Plusieurs projets du couturier, habillé de son éternel costume chinois dont il possède plusieurs centaines d'exemplaires et qu'il a acheté pour la première fois à Tunis lors de sa jeunesse, sont en voie de concrétisation : de nouveaux locaux rue de Marignan, à deux pas de l'avenue Montaigne ; un prochain parfum alors que le couturier signe un contrat avec Beauté prestige International qui fabrique déjà les fragrances pour la maison Jean Paul Gaultier.

Azzedine Alaïa est mort le samedi 18 novembre 2017 à l'âge de 77 ans des suites d'une chute à l'hôpital Lariboisière (Paris, France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Où se trouve la tombe d'Azzedine Alaïa ?

La position exacte de la tombe d'Azzedine Alaïa n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Azzedine Alaïa ?

Cimetière de Sidi Bou Saïd
Sidi Bou Saïd
Tunisie Drapeau tunisien

Il est enterré 2 jours après sa mort au cimetière de Sidi Bou Saïd, après le rapatriement de sa dépouille de Paris à Tunis et en présence de personnalités comme le président tunisien Béji Caïd Essebsi, le ministre Mohamed Zine El Abidine et l'ancien ministre Abderrahim Zouari, l'ambassadeur de France Olivier Poivre d'Arvor, le grand couturier Karl Lagerfeld ou les mannequins Naomi Campbell, Farida Khelfa et Afef Jnifen

La tombe d'Azzedine Alaïa est au Cimetière de Sidi Bou Saïd, Sidi Bou Saïd, Tunisie Drapeau tunisien.

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Azzedine Alaïa pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Azzedine Alaïa, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Azzedine Alaïa.

Fiche d'identité

Identité

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Azzedine Alaïa
  • Nom complet : --
  • Prénoms : --
  • Noms dans d'autres langues : عز الدين عليّة (arabe)
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : --
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 77 ans (environ)
  • Cause de mort : Chute (Accident domestique)

Obsèques

Que recherchez-vous sur Azzedine Alaïa ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Azzedine Alaïa, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Azzedine Alaïa est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Azzedine Alaïa au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Un homme exceptionnel, un grand couturier, s'agissant d'un créateur, d'un artiste hors du commun.
Un homme exceptionnel , un grand couturier , s'agissant d'un créateur , d'un artiste hors du commun
Commentez - il y a 9 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Azzedine Alaïa ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 71849 fier de ce tunisien qui s'est erige parmi les grands. paix sur son ame
Répondre - il y a 4 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Azzedine Alaïa et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres couturier francais

Portrait de Christian Dior
 
Notez-le !

Drapeau France 1905 - 1957
Francais, 52 ans

Grand couturier français, il donne son nom à la maison de haute couture homonyme, financée par Marcel Boussac. Maison qui s'illustre, dès 1947, dans la haute couture et la parfumerie, puis dans tous les métiers du luxe.
Portrait de Yves Saint Laurent
 

Drapeau France 1936 - 2008
Francais, 71 ans

Couturier français, l'un des plus célèbres au monde et dont les collections de haute couture font partie de l'histoire du XXe siècle. Il connaît un triomphe dès l'âge de 21 ans lors de sa première collection « Trapèze ». Il fut le compagnon Pierre Bergé jusqu'à sa mort. Il est le créateur de la robe Mondrian, du smoking, du tailleur-pantalon, de la saharienne, des cuissardes, des blouses transparentes… Il est le premier à engager pour ses défilés des mannequins d'origine asiatique ou africaine. Perpétuellement entouré et inspiré par les femmes, de Victoire à Betty Catroux, de Catherine Deneuve à Katoucha, Yves Saint Laurent sait au cours de sa carrière créer pour elles, et laisse à sa mort en 2008 un héritage majeur pour la mode ainsi que de nombreux classiques de la garde-robe féminine. Les musées, le cinéma ou les éditeurs ne cesseront de lui rendre hommage.
Portrait de Hubert De Givenchy
 

Drapeau France 1927 - 2018
Francais, 91 ans

Grand couturier français, créateur de la marque de haute couture française Givenchy, son style incarné par Audrey Hepburn a fait le tour du monde. Il était un des derniers grands noms de l’âge d’or de la haute couture.
Portrait de Pierre Balmain
 
Notez-le !

Drapeau France 1914 - 1982
Francais, 68 ans

Couturier français qui créa sa propre maison de couture en 1945 et la dirigea jusqu'à sa mort en 1982.
Portrait de Hervé Léger
 
Notez-le !

Drapeau France 1957 - 2017
Francais, 60 ans

Créateur de mode français connu pour avoir habillé Cindy Crawford, Karen Mulder ou Carla Bruni et s'être imposé comme l'un des créateurs emblématiques des années 1990, notamment pour ses robes à bandes qui donnaient aux femmes un corps de sirène.
Portrait de Guy Laroche
 
Notez-le !

Drapeau France 1921 - 1989
Francais, 67 ans

Artiste, Couturier, Dessinateur, Styliste (Mode).

Autres points communs avec Azzedine Alaïa