Jacques Julliard

 
Jacques Julliard
1933 - 2023
 

Historien et journaliste français, considéré comme une figure emblématique de la « deuxième gauche », il aura consacré son existence à l'analyse minutieuse des "Gauches françaises" (ouvrage, paru en 2012, est considéré comme une référence historique et politique). Il fut aussi éditorialiste au Nouvel Observateur et à Marianne et membre de la direction de la CFDT.

Nationalité française Francais, né le 4 mars 1933 et mort le 8 septembre 2023

90 ans Mort à l'âge de 90 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jacques Julliard ?


Contribuez !

Biographie

Jacques Julliard, né le 4 mars 1933 à Brénod (Ain) et mort le 8 septembre 2023, est un historien, essayiste, journaliste et syndicaliste français. Éditorialiste au Nouvel Observateur de 1978 à 2010, à Marianne à partir de 2010 et chroniqueur au Figaro de 2017 à sa mort, il a été, entre autres, responsable syndical, membre de la direction de la CFDT, collaborateur à la revue Esprit et directeur de collection aux Éditions du Seuil. Jacques Julliard est considéré comme une figure emblématique de la « deuxième gauche ». Il aura consacré son existence à l'analyse minutieuse des "Gauches françaises" (ouvrage, paru en 2012, est considéré comme une référence historique et politique).

Jacques Julliard est né le 4 mars 1933 à Brénod, une commune du Haut Bugey dont son grand-père paternel, Marius, puis son père, Marcien, ont été maires. Tous deux ont également été conseillers généraux radicaux. Marius, d'abord paysan, est devenu marchand de vins, profession également exercée par Marcien ; il porte de fortes convictions anticléricales et entretient des relations amicales avec Paul Painlevé. Marcien est révoqué par Philippe Pétain en 1940.

Selon l'historien Christophe Prochasson, « il ne fait guère de doute que cet environnement familial, où l’on admirait beaucoup la personnalité d’Édouard Herriot, a contribué à familiariser Jacques Julliard avec la vie politique ». Dans sa jeunesse, il est séduit à la fois par Pierre Mendès France et Charles de Gaulle, rejette la Quatrième République et prône un régime présidentiel dans les années 1956-1958, sous l'influence de constitutionnalistes comme Georges Vedel et Maurice Duverger.

Jacques Julliard suit les cours de catéchisme, sous l’influence d’une mère catholique pratiquante, tandis que son père est agnostique et anticlérical.

Il fait ses études secondaires au collège de Nantua.

Après le baccalauréat, Jacques Julliard entre en 1950 en classe préparatoire littéraire au lycée du Parc à Lyon. Là, il va être marqué par deux professeurs proches d'Emmanuel Mounier : Jean Lacroix, collaborateur d’Esprit et philosophe personnaliste intéressé par la pensée de Proudhon ; et Lucien Fraisse, aumônier de la khâgne, qui enseigne un mélange de christologie et de réflexion sur l’insertion politique de la religion. Mais les lectures de Proudhon, Marx, Pascal, Kant et Jules Lagneau restent prépondérantes chez quelqu'un qui se définit alors comme « catho-proudhonien ». Politiquement neutraliste et anticommuniste mais ni pacifiste ni antiaméricain, il fonde un club de réflexion dans la mouvance de L’Observateur, ce qui lui permet de faire la connaissance de Gilles Martinet.

En 1954, Jacques Julliard est reçu à l’École normale supérieure en tant que germaniste. Grâce à Jean Lacroix, il entre l’année suivante dans les instances de la revue Esprit, notamment dans son groupe politique, où il croise Pierre Viansson-Ponté, Olivier Chevrillon, Claude Bourdet et Michel Crozier.

En 1958, il est reçu 41e à l'agrégation d'histoire.

Durant ses études supérieures, Jacques Julliard adopte des positions anticolonialistes et est éveillé à la question de l’impérialisme et du totalitarisme soviétiques. Mais même s’il est « compagnon de route » de divers mouvements catholiques de gauche, il est opposé au rôle que certains veulent faire jouer à l’Église dans la vie politique.

Il s’investit dans le syndicalisme étudiant à l’UNEF où, à la suite d’un voyage en Algérie en 1955, il succède à Robert Chapuis au poste de vice-président aux affaires d’outre-mer.

En juillet 1956, il organise avec François Borella la conférence nationale étudiante pour une solution au problème algérien, dont il prononce l'allocution d'ouverture. Cette initiative vaut à Borella une inculpation pour atteinte à la sûreté de l'État.

C'est ainsi qu’il entre en contact avec Paul Vignaux, qui le fait entrer au SGEN et participer au groupe Reconstruction de la CFTC. Ce groupe est après Esprit et l’UNEF, le troisième lieu important de sociabilité où s’effectue sa formation intellectuelle et politique. Il y fait notamment la connaissance d’Edmond Maire, d'Eugène Descamps, d'Albert Détraz, de Gilles Declercq et de Pierre Mendès France.

En septembre 1959, Jacques Julliard est appelé au service national en Algérie, où il sert comme officier d’action psychologique auprès des populations civiles. De retour à Paris en mai 1961, il est nommé professeur au lycée de Chartres.

L’année suivante, il devient secrétaire du SGEN pour le second degré.

En 1962, Jacques Julliard entre au CNRS comme attaché de recherches. Il est accueilli dans le groupe constitué autour d’Ernest Labrousse et collabore à la revue Le Mouvement Social, aux côtés notamment d'Annie Kriegel, de Madeleine Rebérioux, de Jacques Ozouf et de Jean Maitron. Il commence une thèse sur Fernand Pelloutier et le syndicalisme révolutionnaire qui, finalement, ne sera pas soutenue.

L’année 1965 le voit abandonner la recherche : il enseigne pendant un an à l’Institut d'études politiques de Bordeaux. L’année suivante, il quitte le CNRS pour enseigner à la fois à l’Institut d'études politiques de Paris comme maître de conférence et à la Sorbonne comme assistant d’histoire contemporaine.

En septembre 1968, il fonde avec Jacques Ozouf le département d'histoire de l'Université de Vincennes. Promu maître-assistant membre du noyau cooptant chargé de recruter les enseignants, il fait venir son ami Michel Winock. La même année 1968, il commence à enseigner également au Centre de formation des journalistes (CFJ) et publie Naissance et mort de la Quatrième République (Calmann-Lévy), son second livre après Clemenceau, briseur de grèves (Julliard, 1965), où il était notamment question de la grève sanglante de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges survenue en 1908.

En 1976, il présente sa candidature à l'EHESS. Il est élu directeur d’études en 1978.

En février 1979, il fait partie des 34 signataires de la déclaration rédigée par Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet pour démonter la rhétorique négationniste de Robert Faurisson. Il sera un peu plus tard l'un des instigateurs de la pétition Liberté pour l'histoire.

Sur le plan intellectuel, Jacques Julliard s’investit à la revue Esprit avec par exemple un article sur « La morale en question » (no 310, octobre 1962) et des chroniques sur le mouvement syndical, la crise de l’UNEF ou l’évolution du Parti communiste. C'est d’ailleurs par Esprit qu’il côtoie le Club Jean Moulin sans y adhérer de crainte d’être mal vu à la CFTC.

Il devient en effet semi-permanent du SGEN et milite auprès de Paul Vignaux pour la déconfessionnalisation de la CFTC, qui a lieu en 1964 avec la création de la CFDT.

En 1967, il entre au bureau confédéral de la CFDT comme représentant du SGEN. Il participa activement aux débats internes Confédération sur ses rapports avec les partis politiques, défendant ardemment une stratégie d'autonomie.

En Mai 68, il participe comme représentant de la CFDT à la Sorbonne aux discussions, y apparaissant comme un élément modéré de la contestation. Son soutien à cette dernière provoque sa rupture avec Paul Vignaux et sa démission, quelques mois plus tard, du bureau national du SGEN.

Soulignant l’impasse politique du « gauchisme » comme du PSU, il soutient et participe aux processus des Assises du socialisme jusqu’à son adhésion au PS en 1974. Il salue d’ailleurs les ouvrages de Michel Rocard (Questions à l’État socialiste, 1973), Robert Chapuis (Les Chrétiens et le socialisme, 1976) et Patrick Viveret (Attention Illich, 1976), amis politiques avec qui, au sein de la revue Faire, il s’attache à la modernisation idéologique du parti à partir de 1975.

Il quitte ses fonctions au niveau confédéral au congrès de 1976 de la CFDT. Il intervint cependant épisodiquement à propos des problèmes de l’Université et de la CFDT, soutenant la démarche de sa direction lors des Assises du socialisme ou du congrès de 1979.

En 1966, grâce à Jean-Marie Domenach, Jacques Julliard entre aux éditions du Seuil comme directeur de la collection « Politique ». Il continue de collaborer activement à la revue Esprit, en particulier à travers des chroniques de politique intérieure.

C'est grâce à cela que Jacques Julliard est remarqué par André Gorz qui le présente à Jean Daniel pour collaborer au Nouvel Observateur. Dès sa première entrevue avec le directeur de la rédaction apparaît une profonde connivence intellectuelle qui débouche sur une proposition de collaboration au journal.

Sa collaboration s’amorce en décembre 1969 et prend un rythme plus soutenu en 1973. À partir de septembre 1977, il remplace Jacques Ozouf pour l’analyse des sondages politiques, mais reste extérieur au service politique, ses interventions prenant surtout la forme de tribunes et d’articles de fond sur la situation politique. Il joue aussi un rôle de premier plan dans les débats intellectuels qui ont lieu dans la rédaction. Ainsi, il lance le débat sur la nouvelle philosophie (mai 1977) et sur « Le tiers-monde et la gauche » (5 juin 1978), participe au débat sur la révolution iranienne (décembre 1978), le boycott des jeux olympiques de Moscou (février 1980) et conclut celui sur L’Idéologie française de Bernard-Henri Lévy (mars 1981).

Faisant parfois la recension critique d’essais dans les pages littéraires, il s’attache à faire connaître Hannah Arendt, Georges Sorel, Proudhon, Charles Péguy ou Antonio Gramsci. En dehors de livres d’histoire, il salue aussi les ouvrages d’auteurs proches (de lui-même ou du journal) – comme Pierre Vidal-Naquet (La Tribune dans la République, 1972), Maurice Clavel (Les Paroissiens de Palente, 1974), Roger Priouret (Les Français mystifiés, 1974) ou André Gorz (Adieux au prolétariat, 1980). En mars 1981, il n’hésite pas à critiquer avec force L’Idéologie Française de Bernard-Henri Lévy et à s’en prendre au rôle de « directeur de conscience » joué par Jean Daniel. Enfin il lui arrive de faire des interviews d’historiens (Emmanuel Le Roy Ladurie, Marc Ferro) ou d'hommes politiques, comme Pierre Mendès France (4 mars 1978).

Nommé éditorialiste du Nouvel Observateur en juillet 1978 aux côtés d’André Gorz, Roger Priouret et Claude Roy, il est cependant peu présent au journal.

Il réduit alors sa collaboration à Esprit, tout en restant membre du comité de rédaction installé en 1977 avec une nouvelle formule de la revue.

En 2006, il s'oppose à la proposition de loi concernant la reconnaissance du génocide arménien et prend la défense de l'historien controversé Bernard Lewis.

Il est nommé membre du Comité pour la réforme des collectivités locales en octobre 2008.

À la fin de 1982, Jacques Julliard crée la revue politique et culturelle Intervention, proche de Michel Rocard et de la « deuxième gauche ». En 1983, à la suite de la constitution de la Société d'études soréliennes, naissent les Cahiers Georges Sorel, dont il prend la direction. En 1989, cette revue adopte un nouveau titre : Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle.

Jacques Julliard a été sur France Culture le producteur de l'émission Le grand débat, qui réunissait chaque semaine plusieurs personnalités venant débattre de thèmes divers de l'actualité. Ces émissions ont figuré parmi les grandes heures de la chaîne, d'octobre 1984 à juin 1989 ; Jacques Julliard y était assisté de Jacques Rouchouse.

Le 17 novembre 2010, ne partageant plus la ligne éditoriale du Nouvel Observateur et soucieux de se « remettre en cause », Jacques Julliard quitte l'hebdomadaire pour Marianne, où il intervient comme éditorialiste à partir du 1er décembre.

Il porte un jugement sévère sur le philosophe Jean-Paul Sartre, le décrivant comme « mauvais romancier, dramaturge injouable, philosophe prolixe mais sans originalité » et lui reprochant d'avoir « encensé toutes les dictatures, justifié tous les massacres. »

À partir de 2017, Jacques Julliard tient une chronique mensuelle au Figaro.

Jacques Julliard épouse Suzanne Agié en 1957. Ils ont trois enfants dont un fils, Jean-François Julliard, né en 1963 à Paris, journaliste au Canard enchaîné ; il en devient directeur en 2023.

Jacques Julliard est mort le vendredi 8 septembre 2023, à l'âge de 90 ans.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jacques Julliard en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jacques Julliard.

Vous savez où se trouve la tombe de Jacques Julliard ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Jacques Julliard pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Jacques Julliard, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Jacques Julliard.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jacques Julliard
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jacques
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Julliard
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 4 mars 1933
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 90 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jacques Julliard ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jacques Julliard, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Jacques Julliard ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jacques Julliard et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres journaliste (hommes) francais

Portrait de Christophe Deloire
 

Drapeau France 1971 - 2024
Francais, 53 ans

Journaliste français, engagé, infatigable défenseur de la liberté de la presse, directeur général de Reporters Sans Frontières (RSF) de 2012 à sa mort en 2024.
Portrait de Alain Gillot-Pétré
 

Drapeau France 1950 - 1999
Francais, 49 ans

Journaliste français, célèbre pour avoir présenté la météo sur Antenne 2 et TF1, avec son humour, pendant 18 ans.
Portrait de Bernard Giroux
 
Notez-le !

Drapeau France 1950 - 1987
Francais, 37 ans

Journaliste sportif français ayant commenté sur TF1 le Tour de France, et les Grands Prix de Formule 1, en compagnie de José Rosinski et a participé aux premières émissions Auto-Moto. Il s'est engagé ensuite dans diverses compétitions dont le rallye Paris-Dakar en tant que copilote. Il a réalisé la traversée du désert du Ténéré à pied, et a écrit « Désert, l'aventure tout terrain » (1987). Il fut le compagnon de la chanteuse Jeane Manson.
Portrait de Jean Mamère
 
Notez-le !

Drapeau France 1951 - 1995
Francais, 44 ans

Journaliste français, a travaillé pour le groupe France Télévisions, il est le frère du politicien français Noël Mamère.
Portrait de Emile Zola
 

Drapeau France 1840 - 1902
Francais, 62 ans

Écrivain et journaliste français, considéré comme le chef de file du naturalisme, ses romans les + célèbres sont « L'Assommoir » (1876), « Nana » (1879) et « Germinal » (1885). Il est l'un des romanciers français les plus populaires, les plus publiés, traduits et commentés au monde et dont les oeuvres ont connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Les dernières années de sa vie sont marquées par son engagement dans l'affaire Dreyfus avec la publication en janvier 1898, dans le quotidien L'Aurore, de l'article intitulé « J'accuse » qui lui a valu un procès pour diffamation et un exil à Londres la même année.
Portrait de Claude Sempère
 
Notez-le !

Drapeau France 1964 - 2019
Francais, 55 ans

Journaliste français, remporte le prix Albert-Londres en 1997 pour un reportage sur le milieu corse. Ses nombreux reportages et enquêtes ont marqué l’histoire du magazine « Envoyé Spécial ».

Autres points communs avec Jacques Julliard