Jean Marais

 
Jean Marais
1913 - 1998
 

Acteur français, César d'honneur en 1993, connu pour ses rôles dans les films : « La Belle et la Bête » (1946, fantastique, de Jean Cocteau), « Le Bossu » (1959, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitan » (1960, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitaine Fracasse » (1961, cape et d'épée) et la trilogie Fantômas avec Louis de Funès : « Fantomas » (1964), « Fantômas se déchaîne » (1965) et « Fantômas contre Scotland Yard » (1967).

84 ans Mort à l'âge de 84 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean Marais ?


Contribuez !

Biographie

Jean Marais (né Jean Alfred Villain-Marais le 11 décembre 1913 à Cherbourg, mort le 8 novembre 1998 à Cannes) est un acteur français, ainsi qu'un metteur en scène, écrivain, peintre, sculpteur, potier, cascadeur. En 1993, Jean Marais reçoit un César d'honneur. Il est connu pour ses rôles dans les films : « La Belle et la Bête » (1946, fantastique, de Jean Cocteau), « Le Bossu » (1959, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitan » (1960, cape et d'épée, avec Bourvil), « Le Capitaine Fracasse » (1961, cape et d'épée) et la trilogie Fantômas avec Louis de Funès : « Fantomas » (1964), « Fantômas se déchaîne » (1965) et « Fantômas contre Scotland Yard » (1967).

Quand Jean Marais eut quatre ans, sa mère alsacienne décida de partir pour Paris avec ses deux fils. Ils vivaient jusque là à Cherbourg avec son frère et son père vétérinaire dont sa mère décida de se séparer. Elle était souvent absente. Le petit Jean lui écrivait des lettres mais c'était sa tante qui inscrivait l'adresse sur l'enveloppe. Il comprendrait plus tard que c'était parce que sa mère, kleptomane, effectuait des séjours en prison. Il fut élève au lycée Condorcet. Jean Marais ne reverrait son père que près de 40 ans plus tard, sans être sûr qu'il fût bien son père.

Il eut un fils adoptif, Serge. Dans l'émission L'Invité du jeudi présentée par Alain Cances diffusée le 26 avril 1979 sur Antenne 2, Jean Marais contesta cette information et annonça qu'il avait reconnu cet enfant

Il commence comme figurant en 1933 dans les films de Marcel L'Herbier, qui ne lui donnait jamais sa chance. En 1937, il échoua au concours d'entrée au Conservatoire et étudia chez Charles Dullin, au théâtre de l'Atelier. Il y découvrit les pièces classiques, où il tint des rôles de figuration qui lui permirent de financer ses cours.

Sa rencontre avec Jean Cocteau en 1937, lors d'une audition pour la mise en scène de sa réécriture d'OEdipe Roi, marqua le véritable lancement de sa carrière. Le cinéaste et dramaturge tomba amoureux du jeune acteur, qui fut son amant, puis son ami jusqu'à sa mort en 1963. Cocteau donna à Jean Marais un rôle muet dans OEdipe Roi : Jean Marais y joua le rôle du Choeur. Dans cette pièce Marais apparaissait vêtu de bandelettes, costume créé par Coco Chanel, amie de Cocteau. Son rôle était muet car Marais ne maitrisait pas encore assez sa voix pour le théâtre, la cigarette l'aida à la transformer. Cocteau lui écrivit rapidement une pièce sur mesure : Les Parents terribles (1938), qui lui donna la reconnaissance de la profession.

1942 le vit aux côtés de Viviane Romance dans l'adaptation par Christian-Jaque de Carmen.

En 1943, il joua un Tristan moderne dans L'Éternel Retour de Jean Delannoy. Il eut une vive altercation avec le critique artistique Alain Laubreaux, du journal collaborationniste Je suis partout, qui l'avait qualifié de "L'homme au Cocteau entre les dents" (cette altercation a d'ailleurs été reprise dans Le Dernier Métro de François Truffaut) et affirmait qu'il ne devait son salut qu'aux hautes relations de Cocteau. Il devint l'idole de sa génération.

En 1944, il monta Renaud et Armide, mais la pièce fut victime d'une cabale, semble-t-il menée par les collaborationnistes, et s'arrêta très vite. Marais gagna encore en popularité et devint un symbole de résistance à l'occupant.

Après la libération de Paris, en août 1944, Jean Marais s'engagea dans l'armée française et rejoignit la 2ème DB du général Leclerc.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Cocteau écrivit pour lui La Belle et la Bête, un film très difficile à tourner, et auquel personne ne croyait. Marais entra alors dans la légende. En 1946, il joua dans la pièce L'Aigle à deux têtes de Cocteau, puis en 1949, dans l'un des plus célèbres films de Jean Cocteau, Orphée.

À la fin des années 1940, il entra à la Comédie-Française. Il y fut à la fois comédien, metteur en scène et décorateur. Ce fut la première fois qu'une telle fonction avait été donnée à un aussi jeune comédien (il a moins de 40 ans). Marais quitta la Comédie Française après une altercation avec le directeur.

Il tourna auprès des plus grandes vedettes féminines : Les Chouans avec Madeleine Robinson, Ruy Blas avec Danielle Darrieux, Aux yeux du souvenir où il retrouva Jean Delannoy avec Michèle Morgan.

Dans les années 1950, il s'éloigna de Cocteau.

Il tourna pour de grands cinéastes dont Luchino Visconti, Jean Renoir, Sacha Guitry.

1954 fut l'année de son plus grand succès en salles avec Le Comte de Monte Cristo seconde adaptation par Robert Vernay du roman d'Alexandre Dumas.

Il partagea en 1956 avec Ingrid Bergman la vedette d'Elena et les Hommes de Jean Renoir.

Luchino Visconti l'engagea en 1957 pour Nuits blanches.

En 1959, il tourna une dernière fois avec Jean Cocteau, Le Testament d'Orphée dans lequel il joua OEdipe. Marais quitta Cocteau pour un danseur. Jean Cocteau décèda en 1963.

En 1959, André Hunebelle lui proposa de tourner Le Bossu avec Bourvil. Ce fut le début d'une nouvelle carrière. Il était déjà populaire, ces films moins intellectuels que les précédents lui amenèrent un nouveau public.

Il tourna Le Capitan toujours avec Bourvil et André Hunebelle puis une série de films de cape et d'épée comme Le Capitaine Fracasse de Pierre Gaspard-Huit en 1961 ou encore Le Masque de Fer d'Henri Decoin en 1962.

Il connut un nouveau succès avec la série des Fantômas (1964-1966) dans lesquels il joua le double rôle du journaliste Fandor et de Fantômas. Il y effectua ses propres cascades. Mais bien que le public affluât dans les salles et que le nombre d'entrées s'envolât, Marais estima que ces films n'avaient plus le prestige des précédents. De plus, après avoir dû partager la vedette avec Bourvil, le voilà désormais presque relégué au rang de premier second rôle par Louis de Funès, qui interprètait le rôle du commissaire Juve. Il décida alors que le cinéma était fini pour lui, il se retira au théâtre.

En 1970, Jacques Demy lui donna son dernier grand rôle dans Peau d'âne dans lequel il donnait la réplique à Catherine Deneuve.

En 1973, il retrouva le succès pour sa dernière collaboration avec André Hunebelle dans Joseph Balsamo. En tout, il avait tourné huit fois sous la direction d'André Hunebelle.

Jean Marais se retira dans les Alpes-Maritimes, d'abord à Cabris où il passa une quinzaine d'années (un boulevard de la commune près de la maison qu'il habita porte son nom) puis à Vallauris où il pratiqua la poterie, la sculpture et le théâtre. Il y ouvrit un magasin et même une galerie d'art grâce à un couple d'amis potiers.

Vers 1980, il monta le spectacle Cocteau Marais et devint le gardien de l'oeuvre de Cocteau, sans en avoir légalement les droits.

Au cours des années 1980, il joua au théâtre (Don Diègue dans Le Cid, Le Roi Lear, Les Monstres sacrés) et quelques rôles au cinéma (dans Parking de Jacques Demy et dans Les Misérables du XXe siècle de Claude Lelouch). Il joua son dernier rôle au cinéma dans Beauté volée de Bernardo Bertolucci en 1995, et au théâtre en 1997, celui du berger Balthazar dans L'Arlésienne, aux Folies Bergère.

Dans une interview donnée à Bernard Pivot, Jean Marais précisa n'avoir jamais fait de figuration dans Drôle de drame et avoir été remplacé à la dernière minute.

Il écrivit quelques livres dont ses Mémoires, L'Inconcevable Jean Cocteau, des contes et des poèmes.

Comme sculpteur, il réalisa, entre autres, une évocation du Passe-murailles qui fut installée à Montmartre devant la maison où habitait Marcel Aymé, auteur de la nouvelle éponyme.

Jean Marais mourut à Cannes le 8 novembre 1998. Il fut enterré dans le petit cimetière de Vallauris, la ville des potiers, où il avait passé les dernières années de sa vie.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean Marais en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean Marais.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean Marais ?

Citations

Les meilleures citations de Jean Marais.

Je vais essayer de dire la vérité et si je m'applique à dire la vérité, c'est que je pars du mensonge. J'ai très longtemps été menteur.
Je n'ai jamais tenté de diriger mon destin ni de lutter contre. Au contraire, je me suis laissé mené par lui.
Ma vie est une énorme injustice : je suis trop heureux.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jean Marais. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jean Marais, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

La provocation (film) Répondu à 0%
7 Annie2
Tombe de Jean Marais. Répondu à 0%
3 Liloutte
Fantomas, c'est vraiment Jean Marais ? Répondu à 0%
2 Crom
Josette Day me surprend (La Belle et la Bête) Répondu à 0%
0 Ysoline
Qui a connu Jean Marais ? Répondu à 0%
0 Annie2
Ruy Blas sans Jean Marais Répondu à 0%
0 Jessuro
Jean Marais et Fantomas Répondu à 0%
0 Jessuro

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jean Marais
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Marais
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Jean Alfred Villain-Marais, Jean Villain-Marais, jean maret

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 84 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean Marais ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean Marais, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4.8 sur 5
  ?
5 notes
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,80

Au Paradis !

Jean Marais est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean Marais au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4.8 sur 5 avec 5 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Excellent acteur et cascadeur
excellent acteur et cascadeur. Un peu oublié des médias français et du monde du cinéma. Un grand monsieur que je salue
Commentez - il y a 1 an
 Acteur génial avec ses rôles poétiques, d'aventures tels les capes et épées, et de comédies.
Acteur génial avec ses rôles poétiques, d'aventures tels les capes et épées, et de comédie
Commentez - il y a 12 mois
 A laissé une trace dans le monde du cinéma français
Grand comédien, il aura laissé une trace dans le monde du cinéma français.
Repose en Paix Jean.
Commentez - il y a 1 an
5 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean Marais ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 60218 Mon acteur préféré.
Dans la Belle et la Bête, il était merveilleux.
Paix à son Âme.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 60218 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) Pour les petits, le film reste effrayant...
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 60218 Le Château de Raray.
Là ou fut tourné le film La Bête et le Bête..
Répondre - il y a 1 an
Donias Jean Marais meurt d'une insuffisance cardiaque à Cannes le 8 novembre 1998. Il est enterré dans le petit cimetière de Vallauris, la ville des potiers, où il a passé les dernières années de sa vie.

Sa tombe y est profanée dans la nuit du 7 au 8 Janvier 2016
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 59920 Désolé, je n'avais pas vu que vous aviez déjà mis la photo de sa tombe.
Répondre - il y a 1 an
Donias à : pas de soucis ..mieux vos deux fois qu"ube
Répondre - il y a 1 an
Donias tombe Jean Marais pillé et vandalisé
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 59920 Quelle misère, les ..... :-(
Répondre - il y a 1 an
Donias à : oui c'est très triste de voir ce saccage
Répondre - il y a 1 an
Donias tombe Jean Marais
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 Très belle prestation dans les films de cape et d épée formidable
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 Bonsoir en début de biographie il est marque que Jean marais est ne le 11decembre est ce une erreur merci
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) Non, ce n'est pas une erreur.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 à : Alors pourquoi merci
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) à : Nous venons de comprendre, nous avions fait une erreur sur la date tout en haut, au-dessus de la biographie. Nous l'avons corrigé. Merci à vous.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 Bonsoir, quel danseur partagea la vie de Jean Marais après Cocteau ? Merci.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 60218 Georges Reich (1926-2013), on connaît surtout la longue liaison qu'il entretint avec Jean Marais, dont il avait la blondeur wagnérienne et la stature athlétique. La séparation entre les deux hommes se passa d'ailleurs de façon tragique, puisque Jean Marais tenta alors de se suicider. L'acteur laissa du reste un portrait du danseur, représenté avec sa chienne.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 60218 Jean Marais et Geoges Reich.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 59920 à : Tombe de Jean Marais.
Vidéo au cimetière de Vallauris.
https://www.youtube.com/watch?v=nII0wAmjqfg
RIP
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 59920 Georges Reich et la chienne de Jean Marais.
http://www.leninimports.com/jean_marais_reich.html#jmfilms
"L'ami de plus de dix ans...Contraint de ne plus bouger par une forte fièvre, il restera a la Péniche puis sera la vedette de l'Apprenti Fakir."
Jean Nous raconte qu'il travaille sur plusieurs toiles, c'est-a-dire qu'il se repose sur l'une en travaillant sur l'autre: "Je ne peux décider qu'une toile est terminée; je la reprends sans cesse; c'est un défaut qui ne va pas sans avantage, par exemple cela me permet de me promener, si j'ose dire, tous les jours sur le visage de mes meilleurs amis, Jean et Georges.
Au portrait de Georges, j'ai ajoute sa délicieuse chienne Curanne qu'il m'a laissé. Je lui fais poser sa main sur le col de Curanne. Sa main, c'est la mienne."
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 62006 Quelle magnifique prestation dans peau d âne avec Catherine Deneuve majestueux repose en paix Jean
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean Marais et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres acteur francais

Portrait de Fernandel
 

Drapeau France 1903 - 1971
Francais, 67 ans

Acteur comique français et chanteur devenu l'une des plus grandes stars du cinéma français pendant plusieurs décénnies, avant et après la Seconde Guerre mondiale. Ses films les + célèbres sont : « Le Petit Monde de don Camillo » (1952), « Le Retour de don Camillo » (1953), « La Vache et le Prisonnier » (1959) et « La Cuisine au beurre » (1963, avec Bourvil), « Le Schpountz » (1938), « L'Auberge rouge » (1951), « Ali Baba et les Quarante voleurs » (1954). Il a rendu célèbre le personnage de Don Camillo (créé en 1948 par Giovannino Guareschi). Chanteur populaire, il a également laissé une discographie importante, parsemée là aussi de classiques tels que « Félicie aussi » (1939), « Ignace » (1937) ou « Le Tango corse ».
Portrait de Louis De Funès
 

Drapeau France 1914 - 1983
Francais, 68 ans

Acteur comique français le plus célèbre du cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle, interprétant son personnage de français moyen impulsif, râleur, au franc-parler parfois dévastateur, aux mimiques et verbigérations muettes. Il a joué dans + de 140 films dont « La Traversée de Paris (1956) », « Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) » et ses suites, la trilogie « Fantômas » (1964), « Le Corniaud » (1965), « La Grande Vadrouille » (1966), « Le Grand Restaurant » (1966), « Oscar » (1967), « Le Petit Baigneur » (1967), « Hibernatus » (1969), « La Folie des grandeurs » (1971), « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973), « L'Aile ou la Cuisse » (1976), « La Zizanie » (1978), « La Soupe aux choux » (1981), « L'Avare » (1980). Très peu récompensé, il reçoit seulement un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1980.
Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Jean Gabin
 

Drapeau France 1904 - 1976
Francais, 72 ans

Acteur français, figure incontournable du cinéma français, son physique imposant et son regard sombre lui feront incarner la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard. Sa filmographie de 95 films compte un nombre important de classiques comme «Le Quai des brumes» (1927), «Gueule d'amour» (1937), «Pépé le Moko» (1937), «La Bête humaine» (1938), «La Grande Illusion» (1937), «Touchez pas au grisbi» (1954), «La Traversée de Paris» (1956), «Un singe en hiver» (1962), «Le Pacha» (1968) ou «Le Chat» (1971). Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l'époque comme Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon.
Portrait de Jean-Pierre Marielle
 

Drapeau France 1932 - 2019
Francais, 87 ans

Acteur français, connu pour sa voix chaude et caverneuse, a joué dans plus de 100 films. Grande figure du cinéma et du théâtre français, habitué des personnages comiques hauts en couleur (Les Galettes de Pont-Aven, Comme la lune, La Valise, Le Diable par la queue…), il s'est aussi fait remarquer dans les rôles dramatiques (Les mois d'avril sont meurtriers, Tous les matins du monde, La Controverse de Valladolid, Les Âmes grises…) ou encore dans des classiques en demi-teinte comme « Quelques jours avec moi » de Claude Sautet.
Portrait de Louis Jouvet
 

Drapeau France 1887 - 1951
Francais, 63 ans

Acteur français, metteur en scène et directeur de théâtre, professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, connu pour ses rôles dans les films : Les Bas-fonds (1936), Drôle de drame (1937, comédie), Hôtel du Nord (1938, comédie/drame), Quai des Orfèvres (1947, policier) ou Knock (1951, comédie).

Autres points communs avec Jean Marais