Jean-Pierre Marielle

 
Jean-Pierre Marielle
1932 - 2019
 

Acteur français, connu pour sa voix chaude et caverneuse, a joué dans plus de 100 films. Grande figure du cinéma et du théâtre français, habitué des personnages comiques hauts en couleur (Les Galettes de Pont-Aven, Comme la lune, La Valise, Le Diable par la queue…), il s'est aussi fait remarquer dans les rôles dramatiques (Les mois d'avril sont meurtriers, Tous les matins du monde, La Controverse de Valladolid, Les Âmes grises…) ou encore dans des classiques en demi-teinte comme « Quelques jours avec moi » de Claude Sautet.

Nationalité française Francais, né le 12 avril 1932 et mort le 24 avril 2019

87 ans Mort victime de la maladie d'Alzheimer (maladie) à l'âge de 87 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean-Pierre Marielle ?


Contribuez !

Biographie

Jean-Pierre Marielle, né le 12 avril 1932 à Paris 13e arrondissement et mort le 24 avril 2019 à Saint-Cloud, est un acteur français. Connu pour sa voix chaude et caverneuse, il a joué dans plus de 100 films. Grande figure du cinéma et du théâtre français, habitué des personnages comiques hauts en couleur ( Les Galettes de Pont-Aven, … Comme la lune, La Valise, Le Diable par la queue…), il s'est aussi fait remarquer dans les rôles dramatiques (Les mois d'avril sont meurtriers, Tous les matins du monde, La Controverse de Valladolid, Les Âmes grises…) ou encore dans des classiques en demi-teinte comme Quelques jours avec moi de Claude Sautet.

Jean-Pierre Marielle est né à Dijon d'un père industriel et d'une mère couturière vivant à Précy-le-Sec où il a grandi1. Ses premières expériences d'acteur remontent au lycée où il monte quelques pièces de Tchekhov avec ses camarades. Il voulait initialement étudier la littérature mais l'un de ses professeurs l'encourage plutôt à devenir comédien de théâtre. Reçu au Conservatoire national, il s'y lie d'amitié avec Jean-Paul Belmondo et Jean Rochefort et en sort avec le second prix de comédie en 1954.

D'abord voué aux seconds rôles (notamment dans Faites sauter la banque ou Le Diable par la queue), il s'est imposé comme un acteur de premier plan et compte dans sa filmographie un nombre important de classiques, parmi lesquels Les Galettes de Pont-Aven, Que la fête commence, La Valise, Coup de torchon, Uranus, Tous les matins du monde ou plus récemment Les Âmes grises. Alternant films grand public et films d'auteurs, il est devenu une référence dans le cinéma français.

Il est nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 1992 et est promu Officier en avril 2007.

Il est marié à l'actrice Agathe Natanson depuis le 4 octobre 2003 et a un fils d'une union précédente.

C'est un grand amateur de jazz et de New York.

Ses débuts consistèrent en quelques rôles sur les planches avec la compagnie Grenier-Hussenot, notamment dans des pièces de Pinter, et quelques petites apparitions sur grand écran à la fin des années 50, avec sa voix particulière lui donnant les moyens de jouer des personnages plus âgés. Mais, déçu par ses premiers rôles au cinéma, il se tourna un moment vers le cabaret.

Il a obtenu des rôles un peu plus consistants dans les années 60, dans des films tels que Faites sauter la banque (1963), jouant aux côtés de Louis de Funès, Week-end à Zuydcoote (1964), Un monsieur de compagnie (1965) et surtout Le diable par la queue (1969), où le réalisateur Philippe de Broca lui donna l'occasion d'exprimer tout son talent. Mais sa popularité explosa vraiment au cours des années 70 où il apparut dans beaucoup de comédies notamment dans Sex-shop (1972) de Claude Berri dans lequel il incarne un dentiste vicieux fort en gueule, La Valise (1973) de Georges Lautner où il incarne un espion israélien qui tente de rejoindre la France dans la valise diplomatique à travers des pays arabes, Comment réussir quand on est con et pleurnichard (1974) de Michel Audiard, On aura tout vu (1976) de Georges Lautner où il incarne un producteur de films pornographiques savoureux, Calmos (1976) de Bertrand Blier considéré comme un véritable pamphlet anti-féministe et Cause toujours... tu m'intéresses ! (1979) de Edouard Molinaro où il donne la réplique à son amie de toujours, Annie Girardot.

Mais ce sont des rôles dramatiques qui lui apportèrent une grande notoriété dans la profession, notamment dans Que la fête commence (1974) de Bertrand Tavernier où il incarne un Marquis de Pontcallec grandiloquent, Les Galettes de Pont-Aven (1975) de Joël Séria, film devenu culte dans lequel il explose littéralement dans le rôle d'un citoyen banal en quête d'identité et de bonheur, cette performance lui vaudra une nomination en tant que meilleur acteur à la première cérémonie des César, Un moment d'égarement (1977) de Claude Berri où il incarne un rôle difficile de père de famille tombant amoureux de la fille de son meilleur ami, et enfin Coup de torchon (1981) de Bertrand Tavernier, il y incarne à la fois un proxénète ordurier et son frère militaire, cette double composition lui vaudra une seconde nomination aux César, cette fois-ci en tant que second rôle.

Les années 1980 sont marquées par de multiples comédies où Marielle excelle, notamment dans Signes extérieurs de richesse (1983) ou Hold-up (1985), mais il prouve une fois de plus son aisance de la registre dramatique notamment dans Les mois d'avril sont meurtriers (1987) de Laurent Heynemann dans lequel incarne un flic désabusé et suicidaire, sa prestation lui permettra d'être récompensé au MystFest. Durant cette décennie, on retiendra aussi Quelques jours avec moi (1988) de Claude Sautet, dans lequel il incarne face à Daniel Auteuil et Sandrine Bonnaire, un personnage qui se révèle d'une profonde humanité, avec à la clé une nouvelle nomination pour le César du meilleur acteur dans un second rôle.

Les années 1990 marquent un tournant dans la carrière de l'acteur, il est considéré par beaucoup comme un mercenaire du cinéma français (c'est son ami Bernard Blier qui le qualifiait ainsi). Il tourne notamment Uranus (1990) de Claude Berri réunissant un casting de premier choix, à ses côtés Gérard Depardieu, Michel Blanc, Philippe Noiret, Fabrice Luchini, Gérard Desarthe, Daniel Prévost et Michel Galabru, Marielle y incarne un ingénieur hypocrite rongé de remords dans ses actions durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1991, il tourne le film le plus important de sa carrière : Tous les matins du monde réalisé par Alain Corneau. Il s'agit de l'un des chefs-d'oeuvre du réalisateur, adapté de Pascal Quignard, qui pose des questions existentielles sur l'art, la musique et l'émotion. Jean-Pierre Marielle y incarne Jean de Sainte-Colombe, violiste veuf et jeanséniste, refusant les honneurs de Versailles et les sollicitations de Louis XIV pour vivre en reclus à la campagne avec ses deux filles avant qu'il n'accepte, malgré lui, de recevoir un élève nommé Marin Marais, interprété à la fois par Guillaume et Gérard Depardieu. Le film attire plus de 2 millions de spectateurs en salles et devient le succès inattendu de 1991 avec Delicatessen de Jean-Pierre Jeunet. Tous les matins du monde est récompensé par le Prix Louis-Delluc 1991 et sept Césars en 1992. Néanmoins, à la surprise générale, le César du meilleur acteur n'est pas attribué à Marielle, grand favori, mais à Jacques Dutronc pour sa composition de Vincent Van Gogh dans le film éponyme réalisé par Maurice Pialat.

Il est une nouvelle fois nommé pour le César du meilleur acteur dans un second rôle en 1993 pour sa prestation dans Max et Jérémie de Claire Devers.

En 1996, il livre une performance hilarante aux côtés de ses deux amis Jean Rochefort et Philippe Noiret dans la comédie Les Grands Ducs, où il interprète un acteur « has-been » râleur et dézingué, bien que le film n'ait pas rencontré le succès escompté à l'époque, il devient au fil du temps un film culte.

En 1999, il joue son propre rôle dans le film Les Acteurs de Bertrand Blier dans lequel il donne la replique à André Dussollier et Jacques Villeret, eux-mêmes dans leur propres rôles.

En 2005, on le retrouve aux côtés de Jacques Villeret et Denis Podalydès dans Les Âmes grises où il interprète un procureur mystérieux et austère mêlé à deux meurtres.

En 2007, il joue le rôle d'un homme voulant éternellement rester jeune et ne pensant qu'à faire le beau auprès de femmes bien plus jeunes que lui dans Faut que ça danse !, ce qui lui vaudra une nouvelle nomination pour le César du meilleur acteur.

Il a également effectué une brillante carrière sur les planches et a reçu un Molière du meilleur comédien en 1994 pour son interprétation dans Le retour de Harold Pinter.

Il fait partie de ces grands acteurs à avoir de nombreuses fois été nommé pour les César (7 fois au total) sans en remporter la palme, mais il dit s'en moquer éperdument et a même déclaré qu'il n'était pas un acteur de « tombola ».

Il est considéré aujourd'hui comme l'un des derniers monstres sacrés du cinéma français.

Jean-Pierre Marielle a également effectué une brillante carrière sur les planches et a reçu un Molière du meilleur comédien en 1994 pour son interprétation dans Le retour de Harold Pinter.

Il fait partie de ces grands acteurs à avoir de nombreuses fois été nommé aux César (sept fois au total) sans jamais remporter le prix. Lui-même revendique de ne jamais avoir assisté à la cérémonie et déclare : « Les César ? J'en ai rien à foutre, je ne suis pas un acteur de tombola. L'important, c'est devant la caméra. C'est servir un auteur, en découvrir un nouveau ».

En 2014, il est membre du comité de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris.

Jean-Pierre Marielle est mort le 24 avril 2019 à l'âge de 87 ans, de la maladie d'Alzheimer, à Saint-Cloud (France, département des Hauts-de-Seine, en région Île-de-France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean-Pierre Marielle en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean-Pierre Marielle.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean-Pierre Marielle ?

Citations

Les meilleures citations de Jean-Pierre Marielle.

Ça fait toujours ça, on n'est jamais sûr de soi vraiment. Des fois le rôle vient à vous, des fois il ne vient pas. Des fois vous essayez d'aller au rôle et vous n'y arrivez pas. C'est pour ça qu'on a toujours une petite angoisse, qui est toujours la même depuis qu'on passait son temps au conservatoire ou dans les cours d'art dramatique.
Moi, j'ai toujours adoré les cancres. J'ai été un cancre et je le revendique !
L'esprit du vêtement c'est toujours de l'ordre du détail, mais un détail qui vous rend complet, si j'ose dire.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jean-Pierre Marielle. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jean-Pierre Marielle, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Où est né Jean-Pierre Marielle ? Répondu à 0%
0 Anonyme 60002

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : Acteur
  • Autres activités : Artiste
  • Domaines : Art, Cinéma, Théâtre

Noms

  • Nom usuel : Jean-Pierre Marielle
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean-Pierre
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Marielle
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : jean pierre marielle

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 87 ans
  • Cause de mort : Maladie d'alzheimer (Maladie)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean-Pierre Marielle ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean-Pierre Marielle, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
9 notes
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Jean-Pierre Marielle est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean-Pierre Marielle au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 9 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Je l'ai connu dans "Les Galettes De Pont-Aven".
Un géant du cinéma de plus qui hélas nous quitte !
Je l'ai connu dans "Les Galettes De Pont-Aven"
Bon voyage Jean-Pierre
Commentez - il y a 1 mois
 Votre voix va beaucoup nous manquer et votre présence encore plus.
grand acteur, merci pour tout les films que vous nous avez donner du rire au larmes , votre voix va beaucoup nous manquer et votre présence encore plus, merci monsieur MARIELLE .
Commentez - il y a 1 mois
 Dans un monde où les conventions sont des dictatures, c'est un esprit libre qui va nous manquer.
Un grand acteur est partie avec sa façon de vivre, de penser bien à lui ! Dans un monde où les conventions sont des dictatures, c'est un esprit libre qui va nous manquer !
Commentez - il y a 1 mois
9 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean-Pierre Marielle ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean-Pierre Marielle et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres acteur francais

Portrait de Jean Gabin
 

Drapeau France 1904 - 1976
Francais, 72 ans

Acteur français, figure incontournable du cinéma français, son physique imposant et son regard sombre lui feront incarner la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard. Sa filmographie de 95 films compte un nombre important de classiques comme «Le Quai des brumes» (1927), «Gueule d'amour» (1937), «Pépé le Moko» (1937), «La Bête humaine» (1938), «La Grande Illusion» (1937), «Touchez pas au grisbi» (1954), «La Traversée de Paris» (1956), «Un singe en hiver» (1962), «Le Pacha» (1968) ou «Le Chat» (1971). Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l'époque comme Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon.
Portrait de Bourvil
 

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Fernandel
 

Drapeau France 1903 - 1971
Francais, 67 ans

Acteur comique français et chanteur devenu l'une des plus grandes stars du cinéma français pendant plusieurs décénnies, avant et après la Seconde Guerre mondiale. Ses films les + célèbres sont : « Le Petit Monde de don Camillo » (1952), « Le Retour de don Camillo » (1953), « La Vache et le Prisonnier » (1959) et « La Cuisine au beurre » (1963, avec Bourvil), « Le Schpountz » (1938), « L'Auberge rouge » (1951), « Ali Baba et les Quarante voleurs » (1954). Il a rendu célèbre le personnage de Don Camillo (créé en 1948 par Giovannino Guareschi). Chanteur populaire, il a également laissé une discographie importante, parsemée là aussi de classiques tels que « Félicie aussi » (1939), « Ignace » (1937) ou « Le Tango corse ».
Portrait de Louis De Funès
 

Drapeau France 1914 - 1983
Francais, 68 ans

Acteur comique français le plus célèbre du cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle, interprétant son personnage de français moyen impulsif, râleur, au franc-parler parfois dévastateur, aux mimiques et verbigérations muettes. Il a joué dans + de 140 films dont « La Traversée de Paris (1956) », « Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) » et ses suites, la trilogie « Fantômas » (1964), « Le Corniaud » (1965), « La Grande Vadrouille » (1966), « Le Grand Restaurant » (1966), « Oscar » (1967), « Le Petit Baigneur » (1967), « Hibernatus » (1969), « La Folie des grandeurs » (1971), « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973), « L'Aile ou la Cuisse » (1976), « La Zizanie » (1978), « La Soupe aux choux » (1981), « L'Avare » (1980). Très peu récompensé, il reçoit seulement un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1980.
Portrait de Erik Colin
 

Drapeau France 1947 - 2013
Francais, 66 ans

Acteur français connu pour avoir joué dans « Et la tendresse ? Bordel ! » (1979) et les deux premier films de la trilogie « La Septième Compagnie » (1973 et 1975). Il est connu pour être la voix française de Patrick l'étoile de mer dans la série d'animation « Bob l'éponge ».
Portrait de Coluche
 

Drapeau France 1944 - 1986
Francais, 41 ans

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).

Autres points communs avec Jean-Pierre Marielle