Michel Serrault

 
Michel Serrault
1928 - 2007
 

Acteur français de cinéma et de théâtre, l'un des acteurs les plus populaires de sa génération, apprécié aussi bien par l'intelligentsia que par le grand public pour s'être coulé avec aisance et authenticité, tout au long d'une carrière forte de 135 longs métrages, dans des rôles très différents: du boulevard (La Cage aux folles), de la comédie absurde ou délirante (Buffet froid, Le Miraculé, Rien ne va plus) à un registre plus sombre (Garde à vue, Les Fantômes du chapelier, Mortelle randonnée, Docteur Petiot) en passant par une palette d'interprétations dramatiques nuancées (Nelly et Monsieur Arnaud, Le Monde de Marty). Il est le seul comédien à avoir obtenu le César du meilleur acteur à 3 reprises.

Nationalité française Francais, né le 24 janvier 1928 et mort le 29 juillet 2007

79 ans Mort à l'âge de 79 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Michel Serrault ?


Contribuez !

Biographie

Michel Lucien Serrault (Brunoy, le 24 janvier 1928 - Équemauville, le 29 juillet 2007) est un comédien français. Il fut l'un des acteurs les plus populaires de sa génération. Il fut apprécié aussi bien par l'intelligentsia que par le grand public pour s'être coulé avec aisance et authenticité, tout au long d'une carrière forte de cent trente cinq longs métrages, dans des rôles très différents: du boulevard (La Cage aux folles), de la comédie absurde ou délirante (Buffet froid, Le Miraculé, Rien ne va plus) à un registre plus sombre (Garde à vue, Les Fantômes du chapelier, Mortelle randonnée, Docteur Petiot) en passant par une palette d'interprétations dramatiques nuancées (Nelly et Monsieur Arnaud, Le Monde de Marty). Il est le seul comédien à avoir obtenu le César du meilleur acteur à trois reprises.

Entré à 14 ans au petit séminaire de Conflans, il souhaite devenir prêtre et proclame avoir deux passions : « faire rire et m'occuper de Dieu ». C'est le père Van Hamme qui l'oriente alors vers son métier de comédien. Michel Serrault dira plus tard qu'il n'aurait pas aimé le voeu de chasteté.

En duo avec Jean Poiret, qu'il rencontre en 1952, il a fait les belles heures des cabarets parisiens dans les années 1950 et 1960.

Il fait également partie de la troupe Les Branquignols. Au cinéma, il débute avec un rôle dans Les Diaboliques (1953) d'Henri-Georges Clouzot puis avec la troupe des Branquignols dans Ah ! Les belles bacchantes. Il participera à leurs nombreux autres films.

Il se lance dans une longue aventure dans le film comique Assassins et voleurs (1957) de Sacha Guitry avec Jean Poiret, Le Viager (1972) de Pierre Tchernia (qui le fera tourner dans plusieurs films) avec Michel Galabru. Michel Galabru avec qui il tourne aussi un grand nombre de films comme Les Gaspards, Room service. Il fait ses débuts aussi avec un certain Louis de Funès peu connu à cette époque, Nous irons à Deauville, Des pissenlits par la racine, Carambolages.

Figure du théâtre de boulevard, avec ses rôles dans des pièces télévisées de Au théâtre ce soir, il triomphe en 1973 dans le rôle de l'excentrique travesti « Zaza Napoli » de La Cage aux folles, qu'il rejouera plus tard avec un succès international dans ses adaptations au cinéma et dont le premier opus lui vaudra le César du meilleur acteur en 1979.

Puis arrive L'Ibis rouge (1975) de Jean-Pierre Mocky avec Michel Simon. C'est un grand ami du cinéaste avec lequel il tourne un grand nombre de films dont le plus gros succès reste Le Miraculé (1987) où il joue pour la dernière fois avec son vieil ami Jean Poiret et donne la réplique à Jeanne Moreau qu'il retrouve pour un autre face à face truculent dans La Vieille qui marchait dans la mer (d'après Frédéric Dard) de Laurent Heynemann en 1991. Il reviendra à la comédie incisive avec Rien ne va plus (1997) de Claude Chabrol où il forme avec Isabelle Huppert un couple d'arnaqueurs à la petite semaine pris dans les mailles du filet d'un parrain des Antilles interprété par Jean-François Balmer. Serrault a également servi le comique grinçant, absurde et ubuesque de Bertrand Blier en l'espace de trois collaborations: Préparez vos mouchoirs (1978), Buffet froid (1979) et Les Acteurs (2000) où, comme le reste de la prestigieuse distribution, il interprète son propre rôle.

L'adaptation de la pièce La Cage aux folles au cinéma étant un succès international, il est un des rares acteurs français à pouvoir se permettre de tourner à la fois dans de grosses productions mais aussi des films d'art et essai, souvent à moins grand public.

En 1977, il perd sa fille Caroline (alors âgée de 19 ans) dans un accident de la route à Neuilly-sur-Seine.

Ce drame familial est relativement parallèle à un changement de cap artistique: c'est désormais dans des rôles dramatiques que l'acteur va exceller, soulevant parfois au passage de vives polémiques notamment en 1997 lors de la présentation au Festival de Cannes du film Assassin(s) de Mathieu Kassovitz . Après l'obtention d'un deuxième César pour Garde à vue (1981) de Claude Miller, où il campe un notaire cynique et ambigu, soupçonné d'être l'auteur d'un double viol et homicide sur fillettes, son dialoguiste Michel Audiard a déclaré à son sujet : « il est le plus grand acteur du monde ». Ce huis-clos policier où il se confronte à Lino Ventura marque sans conteste un grand tournant dans sa carrière puisque s'ouvre devant lui la porte d'interprétations plus ténébreuses: il apparaît en 1982 au côté de Charles Aznavour en petit commerçant provincial voué aux meurtres de vieilles dames dans les Les Fantômes du chapelier de Claude Chabrol (adapté de Georges Simenon) ou devient, dans Mortelle randonnée (1983) de Claude Miller, un père qui croit reconnaître sa fille décédée en la personne d'une jeune meurtrière (interprétée par Isabelle Adjani) qu'il suit et dont il efface les traces laissées sur les scènes de crime.

Il affronte ensuite, paralysé et aphone, sa bru adultérine campée par Nathalie Baye dans En toute innocence (1988) d'Alain Jessua et endosse, pour Christian de Chalonge, les oripeaux de l'abject criminel de guerre Marcel Petiot dans Docteur Petiot (1990). C'était par ailleurs ce réalisateur qui avait révélé ses capacités à endosser des rôles ambigües avec L'Argent des autres en 1978 où il était un bien inquiétant banquier. En 1995, Nelly et Monsieur Arnaud, le film testament de Claude Sautet, est une autre étape décisive pour Serrault puisqu'il y fait preuve d'une nuance dramatique qu'il avait rarement manifestée auparavant. Sa prestation en militaire retraité et veuf, désenchanté, solitaire et mélancolique, sollicitant les services d'une jeune femme délaissée (jouée par Emmanuelle Béart) pour rédiger ses mémoires, est unamimement reconnue comme étant sa composition la plus aboutie. Elle lui permet d'ailleurs de remporter un ultime César en 1996. En 1999 dans Le Monde de Marty de Denis Bardiau, il tient le rôle d'un vieillard muet et paralysé, atteint de la maladie d'Alzheimer mais dont la voix commente en off les récits de son amitié naissante avec un enfant malade de la leucémie.

À la fin de sa vie, l'acteur jouait plutôt des rôles de « pépé » campagnard à la française, bougon, un peu rustre, mais avec un grand coeur, comme dans Les Enfants du marais (1999) de Jean Becker, avec Jacques Villeret et Jacques Gamblin, Une hirondelle a fait le printemps (2001) de Christian Carion, Le Papillon (2002) de Philippe Muyl, Albert est méchant (2003) aux côtés de Christian Clavier ou Les Enfants du pays de Pierre Javaux.

Il est mort chez lui le 29 juillet 2007, à l'âge de 79 ans, des suites d'un cancer. Le 2 août 2007, de nombreux amis du monde du cinéma et quelques représentants officiels ont assisté à ses obsèques en l'église Sainte-Catherine de Honfleur. Il est inhumé au cimetière Sainte-Catherine.

a écrit trois ans avant sa mort une oeuvre autobiographique : Vous avez dit Serrault ?, et un journal: Les pieds dans le plat !, 2004, Oh! Editions, dans lequel il fait part des remarques, pensées et critiques qui s'offrent à son regard de comédien et à son coeur de chrétien.

Dans son autobiographie, il a expliqué combien la foi chrétienne avait marqué son existence et donné un sens à sa vie.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Michel Serrault en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Michel Serrault.

Vous savez où se trouve la tombe de Michel Serrault ?

Citations

Les meilleures citations de Michel Serrault.

Le rire doit être construit, basé sur la réalité de la vie, sur des faits communs. La folie, oui, mais avec un cadre.
Si je ne suis pas devenu prêtre, c'est à cause des voeux de chasteté.
Je n'ai plus peur de la mort depuis que j'ai appris que je ne serai pas le premier à passer par là.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Michel Serrault. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Michel Serrault, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Michel Serrault.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : Acteur
  • Autres activités : Artiste
  • Domaines : Art, Cinéma, Théâtre

Noms

  • Nom usuel : Michel Serrault
  • Nom complet : --
  • Prénom : Michel
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Serrault
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : michel serault, michel serrot, michel serreau, Michel SEREAU, michel serraut

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 79 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Michel Serrault ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Michel Serrault, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
16 notes
5 étoiles
16
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Michel Serrault est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Michel Serrault au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 16 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Qu'est ce qu'il a pu me faire rire dans « La cage aux folles » !
qu'est ce qu'il a pu me faire rire dans la cage aux folles !!! il était aussi épatant dans les roles sérieux et émouvant comme dans une hirondelle à fait le printemps... il est allé retrouvé son compère jean poiret la haut..
Commentez - il y a 3 ans
 Le meilleur acteur, autant dans le drame que dans la comédie.
Tout simplement le meilleur acteur, autant dans le drame que dans la comédie.
Commentez - il y a 3 ans
 Acteur magnifique et si touchant
acteur magnifique et si touchant
Commentez - il y a 3 ans
16 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Michel Serrault ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Clo63 "aux côtés" de Charles Aznavour !
Répondre - il y a 3 ans
Spectre-du-vexin1968 tombe Michel Serrault
Répondre - il y a 3 ans
Jesuismort (admin) Merci pour la photo de sa tombe.
Répondre - il y a 3 ans
Clo63 gravures plus lisibles...
Répondre - il y a 3 ans
Donias https://www.youtube.com/watch?v=EB64e30qNvI
sortie de l'église
Répondre - il y a 3 ans
Donias Michel Serrault souffrait d'une maladie rare, auto immune appelée Polychondrite chronique atrophiante. je ne crois pas qu'il s'agisse d'un cancer:

REF//: http://bateau-ivre.cultureforum.net/t4660-michel-serrault-est-mort-de-cancer-faut-pas-le-dire
Répondre - il y a 3 ans

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Michel Serrault et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres acteur francais

Portrait de Jean-Paul Belmondo
 

Drapeau France 1933 - 2021
Francais, 88 ans

Acteur français, sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure contribuent à en faire rapidement l'une des plus grandes vedettes du cinéma français. Champion incontesté du box-office au même titre que Louis de Funès et Alain Delon à la même époque, Jean-Paul Belmondo a attiré dans les salles, en 50 ans de carrière, près de 160 millions de spectateurs ; entre 1969 et 1982, il a joué à 4 reprises dans les films les plus vus de l'année en France : Le Cerveau (1969), Peur sur la ville (1975), L'Animal (1977), L'As des as (1982), égalant le record de Fernandel et n'étant dépassé sur ce point que par Louis de Funès. Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, tels Alain Resnais, Louis Malle, Philippe de Broca, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Jean-Paul Rappeneau, Georges Lautner, Gérard Oury ou encore Alexandre Arcady, ainsi qu'avec quelques réalisateurs étrangers comme Vittorio De Sica, Mauro Bolognini ou Peter Brook. Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent mille dollars au soleil (1964), Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) ou Hold-up (1985).
Portrait de Charles Gérard
 

Drapeau France 1922 - 2019
Francais, 96 ans

Acteur français, ami de Jean-Paul Belmondo, il interprète souvent son acolyte au cinéma, notamment dans « L'Incorrigible » (1975), « L'Animal » (1977) ou encore « Flic ou voyou » (1979).
Portrait de Jean Gabin
 

Drapeau France 1904 - 1976
Francais, 72 ans

Acteur français, figure incontournable du cinéma français, son physique imposant et son regard sombre lui feront incarner la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard. Sa filmographie de 95 films compte un nombre important de classiques comme «Le Quai des brumes» (1927), «Gueule d'amour» (1937), «Pépé le Moko» (1937), «La Bête humaine» (1938), «La Grande Illusion» (1937), «Touchez pas au grisbi» (1954), «La Traversée de Paris» (1956), «Un singe en hiver» (1962), «Le Pacha» (1968) ou «Le Chat» (1971). Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l'époque comme Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon.
Portrait de Louis De Funès
 

Drapeau France 1914 - 1983
Francais, 68 ans

Acteur comique français le plus célèbre du cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle, interprétant son personnage de français moyen impulsif, râleur, au franc-parler parfois dévastateur, aux mimiques et verbigérations muettes. Il a joué dans + de 140 films dont « La Traversée de Paris (1956) », « Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) » et ses suites, la trilogie « Fantômas » (1964), « Le Corniaud » (1965), « La Grande Vadrouille » (1966), « Le Grand Restaurant » (1966), « Oscar » (1967), « Le Petit Baigneur » (1967), « Hibernatus » (1969), « La Folie des grandeurs » (1971), « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973), « L'Aile ou la Cuisse » (1976), « La Zizanie » (1978), « La Soupe aux choux » (1981), « L'Avare » (1980). Très peu récompensé, il reçoit seulement un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1980.
Portrait de Yves Rénier
 

Drapeau France 1942 - 2021
Francais, 78 ans

Acteur franco-suisse, connu pour son rôle du commissaire Moulin dans la série éponyme sur la chaine de télé française TF1.
Portrait de Fernandel
 

Drapeau France 1903 - 1971
Francais, 67 ans

Acteur comique français et chanteur devenu l'une des plus grandes stars du cinéma français pendant plusieurs décénnies, avant et après la Seconde Guerre mondiale. Ses films les + célèbres sont : « Le Petit Monde de don Camillo » (1952), « Le Retour de don Camillo » (1953), « La Vache et le Prisonnier » (1959) et « La Cuisine au beurre » (1963, avec Bourvil), « Le Schpountz » (1938), « L'Auberge rouge » (1951), « Ali Baba et les Quarante voleurs » (1954). Il a rendu célèbre le personnage de Don Camillo (créé en 1948 par Giovannino Guareschi). Chanteur populaire, il a également laissé une discographie importante, parsemée là aussi de classiques tels que « Félicie aussi » (1939), « Ignace » (1937) ou « Le Tango corse ».

Autres points communs avec Michel Serrault